Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Interview avec Sébastien Bourdais

Interview avec Sébastien Bourdais

Par ,

Le pilote français Sébastien Bourdais, triple champion de la série Champ Car et nouveau pilote de l'écurie de formule 1 Toro Rosso l'an prochain, a répondu à nos questions.


Sébastien, tu viens de signer un contrat avec l'écurie de formule 1 Toro Rosso. Pourtant, tu as bien failli aller en F1 à plusieurs reprises dans le passé ?

Tout a commencé en 1999 avec un contrat de cinq ans signé avec Prost Grand Prix. Ça sentait plutôt bon jusqu'à l'été 2000 quand l'écurie a commencé à avoir des ennuis financiers. Puis, j'ai obtenu un test, qui s'est très bien passé d'ailleurs, avec Arrows. On a même signé une entente de second pilote, mais deux mois après, l'écurie fermait ses portes. Enfin, il y a eu le test avec Renault, mais il n'y avait tout simplement pas de place pour moi à ce moment-là.

Pourquoi ?

Je savais qu'il n'y avait aucune garantie avec Renault et que je n'avais aucune assurance d'aller en F1 même si j'étais sacré champion de formule 3000. À la limite, ce qu'on me proposait n'était pas ce que je recherchais. Dix jours d'essais en F1, c'est bien si tu as déjà un programme principal. Ce n'était pas un poste de pilote-essayeur comme Fernando Alonso venait de vivre l'année précédente. Ça n'avait pas du tout la même saveur.

Tu as décroché le titre de champion de F3000 et, au lieu de monter en F1, tu es allé courir en Champ Car aux États-Unis avec l'écurie Newman-Haas. Comment cela s'est-il produit ?

Bernard Cahier [l'ancien photographe de F1] a eu une grosse influence dans cette affaire. Il connaissait personnellement Carl Haas et lui a beaucoup parlé de moi. Quand mon patron de F3000, David Sears, est allé rencontrer Haas au début de novembre 2002, il savait qui j'étais. Ça s'est rapidement transformé en un test, surtout que Justin Wilson avait décliné l'offre de Haas. Je me suis retrouvé confronté à Ricardo Zonta. J'ai fait un super test. J'étais aussi vite que Ricardo qui est quand même une référence. Ça s'est transformé en accord de principe.