Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

J'ai vu Superman à Tremblant !

J'ai vu Superman à Tremblant !

Par ,

Depuis ma tendre enfance, je rêvais de rencontrer mon héros volant dans
(Photo: Dany Flageole, Flagworld)
son costume de travail. Pas à la télé ou dans un vieux film, en chair et en os. C'est maintenant chose faite ! Dimanche le 4 juin dernier, j'ai vu rouler Pascal Picotte pour la première fois de ma vie sur le bitume. Si Superman existe vraiment, c'est lui, c'est certain !

Mon ami et mentor, Pierre Lecours, du Journal de Montréal, m'avait souvent parlé de lui, et je pense l'avoir déjà vu une ou deux fois à moto sur glace à Sherbrooke. Mais là, j'ai vu Superman Picotte dans sa spécialité et j'en suis encore époustouflé. Quel passionné !

Si je vous disais que je connais les courses de Superbike, la série Parts Canada Superbike ou encore les classes qui y sont inscrites, que je sais qui en sont les vedettes, avec quelle équipe ou quel fabricant ils se démènent sur la piste, vous pourriez me traiter de fieffé menteur. En effet, je suis totalement ignare de ce sport. Je sais que nous avons des pilotes
(Photo: Dany Flageole, Flagworld)
québécois qui sont des vedettes comme Pascal Picotte et Miguel Duhamel, que d'autres aspirent à le devenir comme les jeunes Carl Daigle et Kevin Lacombe, mais c'est tout. Je suis un amateur d'automobiles, un gars de formules à roues ouvertes !

Invité et accrédité comme média lors du dernier week-end à Tremblant, je ne savais pas à quoi m'attendre. Toutefois, mon gendre, Jean-Philippe Mercier, un adepte de la moto, m'avait averti que je serais surpris des vitesses de ces bolides; et il avait raison. Les gars et les filles qui chevauchent ces machines infernales doivent tous et toutes avoir une pierre tombale à la place du coeur et ne connaissent pas la peur.

Samedi le 3 juin, déception. On a annulé les qualifications des grosses classes parce qu'on jugeait la piste détrempée trop dangereuse pour les
(Photo: Dany Flageole, Flagworld)
PRO 600 et les superbikes. Dommage, j'avais bien envie de les voir en action, de les entendre aussi. Et je n'avais pas prévu revenir le dimanche : famille oblige !

Changements de plan au cours de la soirée de samedi et négociation avec l'épouse. Ma douce accepte que j'y retourne dimanche. Super ! Me revoilà sur la 15 nord en direction de Tremblant dès 7 heures du matin. Encore des nuages, mais plus je m'approche du Circuit, plus le ciel se dégage, il y a espoir. On aura de la lumière pour les photos... et de l'asphalte sec pour les motos... enfin j'espère !

Superman entre en piste !

À première vue, Picotte semble mal en point, et je me demande s'il se rendra à sa moto Picotte Performance Yamaha que ses mécanos ont
(Photo: Dany Flageole, Flagworld)
placée à sa position sur la grille de départ. Pascal sort de son box et enfourche le mur de béton qui sépare la ligne des puits de la piste. Première grimace de douleur ! Avec difficulté, il se rend à sa monture sur laquelle on doit l'aider à monter. Je me place directement devant lui et je tire quelques photos avant que la direction de course donne le signal à tous de quitter la piste pour le départ qui sera donné dans deux minutes.

Je traverse le muret d'un seul saut et j'observe Pascal attentivement. Il décolle comme une flèche de la deuxième ligne et s'engouffre dans le coin Un. Je les perds de vue. Je suis déjà impressionné de voir la meute des 28 compétiteurs dévorer la piste. Je marche à pas rapides vers le coin 15 et le Namerow, deux endroits que j'adore au Circuit, mais je n'ai même pas le temps d'arriver au coin 15 à l'entrée de la ligne des puits que déjà les leaders filent devant moi à la ligne de départ-arrivée à une vitesse infernale.

Ma foi du bon Dieu, à quelle vitesse peuvent-ils bien rouler ? Je n'ai encore jamais vu une bombe sur deux roues rouler à une telle vitesse. La première chose à laquelle je pense est la suivante : je dois vérifier dès que possible et comparer les temps par tour avec les très puissantes Ferrari et Porsche qui étaient en piste le week-end précédent.