Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Jamie McMurray et Scott Dixon échangent leurs voitures NASCAR et IndyCar (+photos)

Jamie McMurray et Scott Dixon échangent leurs voitures NASCAR et IndyCar (+photos)

Par ,

Scott Dixon était un peu plus à l'aise dans cet échange de voitures IndyCar / NASCAR Coupe Sprint que son collègue chez Ganassi Racing, Jamie McMurray.

Après les essais IndyCar au Barber Motorsports Park, le vainqueur du Daytona 500 et Brickyard 400 2010, Jamie McMurray, a pris le volant de la Dallara/Honda que Scott Dixon va piloter la semaine prochaine à St. Petersburg pour l'ouverture du championnat IndyCar.

Photo: LAT Photography

Scott Dixon a piloté la Chevrolet Impala de Coupe Sprint de Jamie McMurray sur l'ovale de 2.66 milles du Talladega Super Speedway.

Jamie McMurray a vécu un moment intense lorsqu'il est parti en tête-à-queue avec la légère Dallara/Honda IndyCar.

Le pilote de Coupe Sprint indique : « C'était le virage le plus lent de la piste, j'ai juste essayé d'aller un peu plus vite. La voiture s'est mise à partir de l'arrière, je n'avais probablement pas assez chauffé les pneus. En tous cas, si j'avais dû choisir un endroit pour partir en tête à queue, c'était le bon choix, car cela n'a eu aucune conséquence ».

Mais lorsqu'il a compris les nuances de pilotage d'une monoplace, McMurray s'est vraiment amusé.

Scott Dixon donne quelques conseils à Jamie McMurray pour piloter une IndyCar - Photo: Chris Jones

Il ajoute qu'il « pensait que le plus dur aurait été d'être à l'air libre, exposé sans pare-brise. Mais cela ne m'a pas dérangé du tout. J'ai même apprécié d'être ouvert et ne pas avoir à regarder un miroir et à travers un pare-brise. L'ajustement le plus difficile fut de trouver les limites pour ne pas faire glisser la voiture. Lorsque nous roulons à Watkins Glen ou Sonoma, nous dérapons dans les virages durant toute la course. Mais après avoir dérapé à 50 km/h, je n'osais plus entrer vite dans les virages rapides.

Je suis en fait ravi qu'ils m'aient demandé de rentrer, car je continuais de gagner deux secondes au tour. À un moment, ça n'aurait plus passé et j'aurais certainement quitté la piste. Je n'en reviens pas comment je me suis senti à l'aise dans cette voiture ».