Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

La marque Scion au Salon de l'auto de Détroit...

La marque Scion au Salon de l'auto de Détroit...

Par ,

Une présentation... à la hauteur!

Il est évident que les constructeurs automobiles se donnent toutes les misères du monde pour épater la galerie à Détroit. Après tout, c'est LA ville de l'automobile. Mercedes-Benz, par exemple, a sa propre patinoire intérieure afin de démontrer la tenue de route de ses véhicules. Il y a bien d'autres aménagements tout aussi impressionnants, mais aucun ne se compare à celui de Scion.

Scion est la marque d'entrée de gamme de Toyota aux États-Unis. Son objectif premier est d'attirer les consommateurs de la génération Y, qui devraient surpasser en nombre ceux de la génération X d'ici 2020 selon les prédictions des experts.

J'ignore si leur présentation se veut la façon moderne de s'adresser aux jeunes ou si le coût pour chaque pied carré d'aire d'exposition est très élevé, mais une chose est sûre: le fait de voir leurs produits bien rangés sur des immenses étagères a attiré mon attention et piqué ma curiosité.



Est-ce là un aperçu du futur? Est-ce que nous magasinerons nos autos dans 10-15 ans comme nous magasinons actuellement nos boîtes de conserve à l'épicerie? Imaginez un Wal-Mart avec une allée où s'empilent des voitures. «Oui, Monsieur, les Scion sont tout juste à côté des produits de salle de bain, au-dessus des mets surgelés...» Au lieu de négocier avec un vendeur à pression, on demande simplement à un jeune préposé boutonneux d'aller chercher son «lift» pour descendre une belle Scion aux vitres teintées!

Ça me rappelle un peu les autos jouets de TOYS"R"US. Dans mon temps, on pouvait en avoir seulement une à la fois et elle nous était présentée dans une petite boîte en carton. De nos jours, les jeunes se font des collections avec des petites voitures emballées dans le plastique. Bref, les idées évoluent... et les consommateurs aussi. Bravo aux gens de Scion pour avoir concocté un étalage aussi accrocheur et spectaculaire. C'est une des choses que je retiendrai le plus de Détroit cette année.


Photos: Kevin Corrigan