Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

La planète n'a pas besoin de nous... nous avons besoin d'elle ! (Suite et fin)

La planète n'a pas besoin de nous... nous avons besoin d'elle ! (Suite et fin)

Par ,

Vous rappelez-vous ?

Vous rappelez-vous les catastrophes naturelles récentes que nous avons vues et (ou) vécues comme la crise du verglas, l'inondation au Saguenay, la canicule de 2003 en Europe, les grands feux de forêts au Québec et dans l'ouest du continent, etc. ? Ces cataclysmes naturels ont eu lieu dans le contexte d'une augmentation de la température de la planète de 0,5 degré Celsius. Maintenant, imaginez ce qu'une augmentation de 1,5 à 7 degrés Celsius pourrait avoir comme effet !

(Comme vous savez, je vous ai mentionné que le nombre de catastrophes dites naturelles a triplé de la décennie 80 à la décennie 90. Mais je vous ai aussi révélé que le nombre de ces bouleversements pendant les années 90 était 15 fois plus élevé que lors des années 50 !

Mais, vous direz-vous peut-être, est-ce possible que je ne sois réellement qu'un autre prophète de malheur écolo qui cherche à vous faire peur pour des raisons d'intérêts personnels comme obtenir du financement pour défendre ma cause, des fonds de recherche ou juste un besoin de me sentir important ? Bonne question...Voyons voir.

Je suis le porte-parole de la coalition Québec-Vert-Kyoto. Cela peut effectivement me porter à exagérer afin de donner à notre mouvement une plus grande importance. Je ne peux obtenir de fonds de recherche, mais mes collaborateurs le pourraient. Je pourrais aussi le faire pour aider ma carrière en me faisant la voix héroïque que tant de gens sont prêts à écouter et à suivre. Ce genre d'engagement en apparence plein d'abnégation est très à la mode ces temps-ci, spécialement dans un contexte où les gens d'affaires et les politiciens sont perçus de façon presque systématiquement cynique à la lumière de toutes les affaires embarrassantes qui ont été dévoilées.

Que mon engagement soit sincère ou non n'est cependant pas la question. Cela dit, je vous suggère fortement de toujours rester vigilants face aux informations qui vous parviennent, que ce soit par moi ou qui que ce soit d'autre. Je vous suggère d'être encore plus aux aguets dans ces cas où ce que vous lisez, voyez ou entendez vous est spontanément sympathique ou vous réconforte dans vos croyances. Car c'est dans ces situations-là qu'on est portés à baisser la garde et cela nous rend dès lors susceptibles d'être manipulés, consciemment ou non, par une quantité innombrable de gens. Et lorsque cela nous arrive et que nous en venons à l'apprendre, nous nous sentons alors trahis. C'est à ce moment que le cynisme né de la peur que cela ne se reproduise nous rend malheureusement de plus en plus distants.

Ce point ayant été clarifié, je peux passer à la question qui nous occupe : ces affirmations avancées dans l'article de la semaine dernière sont-elles vraies ou fausses ? Suis-je alarmiste ou réaliste ? C'est ici que vous devrez faire votre part. Il est de votre devoir de vous renseigner sur le sujet. Une fois cela fait, je pourrai vous suggérer des solutions. À cet égard, la semaine dernière, je vous ai invités à visiter certains sites Internet afin que vous puissiez évaluer votre niveau d'émission de gaz à effet de serre et ensuite trouviez conseil quant aux moyens de les réduire.

Le cocktail transport d'Équiterre

Ceci se veut la suite de mes recommandations de la semaine dernière.

En addition aux sites Internet cités la semaine dernière s'ajoute celui d'Équiterre où l'on retrouve ce que l'organisme appelle « le cocktail transport ». Ce programme vous aidera à poser des gestes concrets afin de réduire vos émissions de gaz à effet de serre. Le but de ce site est de vous conscientiser aux différents moyens qui s'offrent à tous ceux et celles qui habitent en régions urbaines et sont ouverts aux moyens de transport le plus vert possible. Je dois cependant vous avertir. Ce cocktail préconise un plus grand recours aux moyens autre que la voiture. Que ce soit le vélo, le transport en commun, le covoiturage ou des services comme Commun-auto et même... la marche. L'avez-vous déjà essayée ? Vous savez, ce n'est pas si souffrant que ça n'en l'air...

Leur adresse est :
http://www.equiterre.org/transport/transportez/

Leur site, en complément à celui du « défi une tonne » du gouvernement du Canada et celui de l'AQLPA, crée un tout très complet pour tous ceux et celles qui cherchent des moyens de se déplacer de la façon la plus respectueuse de l'environnement possible.