Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

L'art de freiner

L'art de freiner

Par ,

Bon, disons la vérité : conduire n'est pas facile. Je le sais, croyez-moi. Ça prend un mélange de talent et de confiance, sans oublier un œil averti et un soupçon d'instinct. Ce n'est pas tout le monde qui peut y arriver. Pourtant, la majorité d'entre nous conduit sur une base quotidienne. Alors, écoutez moi...

En dehors de mon travail de journaliste automobile, je me retrouve souvent derrière un volant. Je demeure très loin du centre-ville et mes parents habitent sur une terre au beau milieu de la campagne, ce qui m'amène à passer beaucoup de temps sur la route – jour, soir, beau temps, mauvais temps.

J'en ai vu de toutes les couleurs au fil des ans, allant des conducteurs hyper courtois aux fous qui ne savent pas ce qu'ils font. De toutes les folies qui existent, les plus fréquentes et les plus effrayantes impliquent une manœuvre de freinage.

Des accrochages, il en arrive tous les jours; j'en compte habituellement un ou deux lorsque je me rends au bureau chaque matin. D'après mes observations, je gagerais que 90 % de ces accidents sont attribuables à un automobiliste qui a inutilement écrasé la pédale de frein.


Je ne peux vous dire le nombre de fois que j'ai failli emboutir un véhicule parce que son conducteur a mal réagi au trafic devant lui et appliqué brusquement les freins au lieu de ralentir en douceur. Alors que je crois pouvoir décélérer en roue libre, ces insouciants ressentent le besoin de s'arrêter immédiatement, même si un espace de dix voitures les sépare d'un autre usager de la route. Ça m'enrage.

Je ne dis pas qu'il faut coller le pare-chocs arrière du véhicule qui précède, quitte à freiner très brièvement à de nombreuses reprises pour suivre le rythme (c'est aussi pire, selon moi). Voici plutôt ce que je propose : le respect et la courtoisie entre automobilistes. De plus, ayons donc confiance en nous et en nos véhicules. Tâchons de bien comprendre les grandes lois de la physique et le fonctionnement d'une automobile.

Si vous maintenez une distance raisonnable entre vous et le véhicule qui précède, vous n'aurez pas à appuyer sur la pédale de frein – du moins, pas souvent. En relâchant simplement l'accélérateur, vous ralentirez. L'inertie, la résistance au mouvement... c'est fascinant, tout ça. Si vous misez sur une boîte de vitesses manuelle, c'est encore plus facile, car il suffit d'exploiter le frein moteur en rétrogradant pour vous immobiliser.

Je ne suis pas contre l'utilisation des freins, seulement une utilisation soudaine et/ou exagérée quand ce n'est pas nécessaire. Oui, je sais, nous sommes parfois distraits au volant et personne ne peut prévoir l'imprévu, mais rappelez-vous ce que j'ai écrit en introduction : conduire n'est pas facile. Si nous en prenions tous conscience et conduisions avec un peu plus de sérieux, je vous parie qu'il y aurait beaucoup moins d'accidents et d'accrochages sur nos routes.

Tenez compte de votre environnement, oubliez la radio, votre café, votre cellulaire, votre petit déjeuner et, pour l'amour de Dieu, ne vous maquillez pas et ne lisez pas le journal tout en conduisant, même si la circulation avance à pas de tortue. Avouez-le, vous ne le feriez pas si vous escaladiez une falaise ou dévaliez les pentes de Whistler...

Conduire demande du talent. On étudie pour passer un examen et obtenir notre permis. Puis, chaque fois qu'on se retrouve sur la route, on apprend, on s'améliore (espérons-le) et on développe de nouvelles habiletés.

Alors pourquoi ai-je l'impression que nous avons autant régressé dernièrement?