Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Le défi Silverado et Sierra (vidéo)

Le défi Silverado et Sierra (vidéo)

Par ,


Blainville, QC
-- Nous avons été invités à participer à une journée d'essais mise sur pied par General Motors sur la piste de PMG Technologies, à Blainville. Le but de ces essais était de démontrer la supériorité de ses camionnettes pleine grandeur par rapport à la concurrence.

Sur place, les Silverado et Sierra ont affronté trois rivales dans quatre épreuves distinctes au cours de la journée : les Ford F-150 et Super Duty, la Dodge Ram et la Toyota Tundra. Puisque c'est un fabricant qui organise ce comparatif, les épreuves sont évidemment à l'avantage de ses propres produits; alors, il faut considérer les résultats avec un certain recul. Une comparaison organisée par une tierce partie (comme Auto123.com, par exemple) est toujours idéale; cependant, nous en avons quand même tiré des conclusions intéressantes.

Première épreuve : les différentiels
Ce premier test est davantage une démonstration des divers types de différentiels qui sont offerts sur les camionnettes.


Eaton, une firme qui développe plusieurs types de produits pour des véhicules, avait délégué des représentants sur place pour nous expliquer le fonctionnement de son différentiel autobloquant mécanique, offert en option pour 410 $ sur tous les modèles à l'exception des Silverado LTZ, Sierra SLT et Sierra Denali, qui l'offrent en équipement de série.

Contrairement aux différentiels à glissement limité qu'on trouve dans les Ford F-150, Toyota Tundra et Dodge Ram, celui du type autobloquant réagit quand les roues tournent à une vitesse différente : dès qu'il détecte un écart de 100 tours/minute, le différentiel se verrouille et distribue également le couple aux deux roues.

Les différentiels à glissement limité, dans la situation démontrée, devenaient complètement caducs quand une roue arrière montrait une perte d'adhérence totale. Puisque ces dispositifs agissent comme un multiplicateur en tentant de mieux distribuer le couple, une multiplication par zéro donne toujours zéro. Bref, si une roue n'a aucune adhérence, le différentiel sera incapable d'envoyer le couple à l'autre roue, et la camionnette demeurera inerte.

Dans le cas de la Silverado, si l'une de ses roues arrière quittait la chaussée et si on ne lâchait pas l'accélérateur, le différentiel finissait par détecter une différence de vitesse avec l'autre roue. Quand la camionnette se libérait de sa fâcheuse position, on entendait clairement le différentiel se verrouiller.

Il faut noter, par contre, que ce test a été effectué en mode à deux roues motrices. Le hic, c'est que le commun des mortels qui affronterait une telle dénivellation activerait au préalable le système à quatre roues motrices. Cependant, nous avons quitté cette première épreuve convaincus de la supériorité du différentiel des Silverado et Sierra.