Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Le passé rencontre le présent (première partie)

Le passé rencontre le présent (première partie)

Par ,

Je suis et serai toujours jaloux de ceux qui, comme mon père, étaient en âge de conduire à la fin des années 50. La formidable période des années 50 et 60 nous a non seulement apporté l'essence à bas prix et la guerre froide mais aussi une pluie de glorieuses automobiles. Mon père vous dira que les temps étaient durs, mais je ne peux m'empêcher de penser aux Bel Air, Impala, Barracuda, Dart, Galaxie et Falcon.

Le muscle car est apparu en 1964, alors que mon vieux était âgé de 16 ans et qu'il vivait mon rêve. Il lavait des voitures pour se faire un peu d'argent de poche et avait l'occasion, à un moment ou à un autre, de conduire chacune d'entre elles. Détenteur de permis ou non, personne ne lui aurait fait de remontrances, et il avait un plaisir fou.

Mon père se rappelle les Roadmaster, les Chevrolet Big Block, les HEMI original, les Torino... Ce sont tous des souvenirs que je n'aurai jamais. À la fin des années 1960, mon père et son groupe d'amis se sont rassemblés pour former un petit club. Leur passion : les petits roadsters britanniques. Papa s'était déniché une MGB 1966 de couleur bleu foncé vieille de deux ans. Avec beaucoup d'attention et une main habile, il a lui-même peint deux lignes blanches sur le capot et le couvercle du coffre arrière. Quelle classe! Ses amis avaient jeté leur dévolu sur des Triumph, Austin Healy et Sunbeam. Il leur arrivait, à l'occasion, de courser pour le plaisir, mais plus souvent qu'autrement, ils ne faisaient que se promener, simplement pour la joie que cela leur procurait. Des temps merveilleusement quasi insouciants...

Seulement quelques années plus tard, une bonne partie de cette liberté prendra fin. La crise du pétrole en 1973 a littéralement mis un frein à ce bon temps. La bataille des chevaux-vapeur qui faisait rage se termina, et l'ère des voitures plus petites, sensibles et économiques arriva. Trente ans plus tard, nous sommes encore à nous battre pour réduire la pollution et la consommation de carburant. Notre dépendance au pétrole étranger est devenue un enjeu social, et les constructeurs automobiles travaillent fort au développement de moteurs plus propres et plus efficaces.

Au même moment, d'autres services et ingénieurs de ces compagnies empruntent des avenues très différentes. Ceux d'entre vous qui suivent attentivement l'industrie automobile ont probablement remarqué que les quatre ou cinq dernières années ont affiché une augmentation importante de la puissance des moteurs. Chaque fois qu'un constructeur introduit un nouveau produit muni d'un impressionnant 240 chevaux-vapeur, vous pouvez être assuré que le prochain en offrira 250...

À suivre...