Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

L'IndyCar, ça vous dit quelque chose?

Par ,

Jeudi passé, au Salon de l'auto de Montréal, Alexandre Tagliani dévoilait " sa " nouvelle équipe de série IndyCar.

Tagliani en avait assez d'apporter des millions de dollars afin de courir pour des écuries qui, je crois, avaient plus envie de s'en mettre plein les poches que de lui fournir une voiture vraiment compétitive…

Car vous savez, en course automobile, moins le patron dépense d'argent, plus il en a dans ses poches… Il exige alors que ses mécanos installent des vieux disques de freins, des pièces en fin de vie, des moteurs fatigués, des transmissions qui commencent à lâcher, etc.

Qu'on aime Tagliani ou pas, car il a un caractère terriblement difficile, il s'est toujours débrouillé pour courir, allant dénicher de l'argent à droite et à gauche.

Mais pour 2010, il a préféré chercher du financement pour créer " sa " propre équipe en compagnie de l'homme d'affaires André Azzi (propriétaire de La Capsule Sportive, entre autres), de Jim Freudenberg et de Jason Priestley.

Quelques commanditaires se sont déjà joints à l'aventure. La Dallara à moteur Honda de " Tag " a donc été dévoilée jeudi dernier aux membres de médias.

Mais de quelle visibilité ces investisseurs vont-ils bénéficier?

Difficile à prédire, car même si Alex se met à gagner des courses, plus un quotidien montréalais n'envoie de journalistes couvrir ces courses, et la télévision, RDS comme TSN, ne diffuse plus l'IndyCar. Il ne reste que les sites web…

Et puisque les deux seules courses canadiennes ont lieu à Toronto et Edmonton, il serait fort surprenant que les amateurs québécois se mettent soudainement à suivre avec intérêt la carrière d'Alexandre Tagliani, le mal-aimé…

Les dirigeants de FAZZT veulent de l'engouement pour l'IndyCar, mais cette série de monoplaces américaines a bien du mal à trouver sa niche. Entre la Formule 1 et le NASCAR qui prend réellement racine ici au Québec, l'IndyCar tourne en rond, c'est le cas de le dire, sans même intéresser les amateurs nord-américains sauf pour la grande classique du Indy 500. À part cette course, la visibilité de la série frôle le zéro.

Petit test : pouvez-vous me nommer qui est le champion en titre de l'IndyCar?

Alors, Tagliani et l'écurie FAZZT arriveront-ils à renverser un peu cette tendance? Il faudra que le Québécois réalise des prouesses au volant, car il pilote pour sa propre écurie, composée de gens qu'il a choisis. " Tag " n'a plus d'excuses pour justifier son manque de réussite. Sauf, évidemment, un cruel manque d'argent…