Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

L'intérêt pour les hybrides diminue, mais Toyota ne baissera pas ses prix

L'intérêt pour les hybrides diminue, mais Toyota ne baissera pas ses prix

Par ,

Le constructeur japonais envisage d'offrir des modèles hybrides pouvant être branchés

Toyota veut doubler d'ici 2010 le nombre de modèles hybrides dans sa gamme, possiblement en ajoutant des versions qui peuvent être branchées. Toutefois, le géant nippon n'a apparemment aucune intention de réduire le supplément qui est exigé pour chacune de ces alternatives écologiques.

C'est donc dire que tous les véhicules hybrides Toyota et Lexus commercialisés au Canada et aux États-Unis continueront d'engranger des profits faramineux à destination du pays du soleil levant. Pendant ce temps, les acheteurs de ces véhicules continueront de réaliser qu'il est pratiquement impossible de récupérer tout l'argent additionnel qu'ils ont dû débourser simplement en consommant moins d'essence.

Lors d'une conférence de presse au Japon, le président de Toyota, Katsuaki Watanabe, a déclaré qu'une plus grande présence des véhicules hybrides sur le marché «implique de trouver des solutions à de nombreux problèmes. Par exemple, pour la prochaine génération de modèles, nous visons à rationaliser les composantes et à diminuer leur coût de moitié».

Considérant la récente cadence de lancement de modèles hybrides par Toyota, il y a très peu de chances que les prix de vente soient revus à la baisse au cours des prochaines années... à moins que les consommateurs se réveillent et fassent pression.

Ce scénario est peut-être même déjà en train de se concrétiser. En effet, une étude récente a démontré que l'intérêt des consommateurs pour les véhicules hybrides est globalement à la baisse. Même chose pour ce qui est du montant qu'ils sont prêts à payer pour se les procurer.

Selon des analystes de CNW basés à Portland, en Oregon, les Américains à la recherche d'un véhicule neuf ont considéré de moins en moins les hybrides durant les derniers mois. L'intérêt pour ces modèles alternatifs a atteint un sommet de 39,16 % en novembre 2005 avant de chuter à 21,62 % en mai 2006.

Autre conclusion intéressante de l'enquête: les consommateurs américains qui démontrent quand même un intérêt pour les véhicules hybrides ont largement réduit le montant qu'ils sont prêts à débourser en guise de supplément. Selon CNW, leur maximum était de 3142 $US à la fin de septembre 2005; en mai 2006, il avait fondu à 1957 $US.

Précisons que Toyota exige généralement un supplément variant entre 3000 $ et 8000 $ pour ses modèles hybrides vendus chez l'Oncle Sam.

Par-dessus le marché, souligne CNW, seulement 6 % des gens qui ont envisagé l'achat d'un véhicule hybride ont fini par l'acheter. En guise de comparaison, la plupart des véhicules réguliers affichent un taux de succès supérieur à 60 %; certaines marques (dont Toyota) peuvent se vanter de convaincre plus de 80 % des acheteurs qui visitent leurs salles de montre.

Espérons que l'intérêt des consommateurs pour les véhicules hybrides de Toyota continuera à baisser et que Watanabe changera ses intentions.

Sa compagnie a déjà dit qu'elle compte intégrer une fonction de branchement à son système hybride, ce qui permettrait à l'utilisateur de recharger les batteries en les branchant sur une des prises de courant de sa maison, par exemple. Actuellement, les batteries des véhicules hybrides se rechargent elles-mêmes grâce à ce qu'on appelle le «freinage régénérateur».

La théorie veut que cette nouvelle fonction permette au véhicule de se recharger pendant la nuit et de rouler pendant le jour en recourant uniquement aux batteries - pour un usage léger et avec une autonomie maximale d'environ 50 km.

«Pour ce qui est de réduire notre dépendance à l'essence et la pollution atmosphérique que nous créons, l'utilisation efficace et intelligente de l'électricité est une option à approfondir», a dit Watanabe. «En mariant l'énergie électrique à la technologie hybride, nous pouvons entrevoir le potentiel de véhicules rechargeables à partir d'une source de courant externe.»

Du même souffle, le président de Toyota a averti qu'il reste plusieurs questions sans réponse et que «l'implantation à grande échelle de véhicules hybrides qui se branchent n'est pas pour bientôt. Toutefois, notre technologie hybride actuelle, qui comprend déjà un mode entièrement électrique, nous permet de voir les possibilités qu'offriraient de tels véhicules.»

Watanabe a conclu en affirmant: «Nous approfondissons présentement notre recherche et notre développement en matière de véhicules hybrides rechargeables afin que cette nouvelle technologie contribue plus tard à réduire efficacement les émissions de CO2 et de matières toxiques dans l'air, particulièrement en régions urbaines.