Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

L'offre et la demande pour des autos plus vertes

L'offre et la demande pour des autos plus vertes

Par ,

Lors de ma visite au salon de l'auto de Montréal où je n'ai pas pu faire abstraction du manque flagrant d'engagement à l'égard de l'environnement de la part de la plupart des constructeurs des voitures de luxe, je me suis dit qu'il faudrait peut-être regarder le dossier de plus prêt.

Pourquoi se fait-il que ces constructeurs semblent se moquer totalement de ces impératifs? Est-ce une simple question d'offre et de demande?

L'offre et la demande

Un des arguments que l'on m'a asséné ad nauseam depuis le nombre d'années que je rencontre des gens du milieu de l'automobile et leur indique le manque de leadership de la part de la plupart d'entre eux est le suivant : « C'est tout simplement parce qu'il n'y a pas de demande ».

Cet argument, bien que séduisant, n'est pas si pertinent. En effet, comment savoir ce que les gens désirent si on ne leur présente pas d'options? Autrement dit, lorsque les premières automobiles sont apparues, croyez-vous que c'est parce que les consommateurs avaient dit à ces pionniers : « Nous voulons des automobiles! »?
Non, en fait, comme l'a dit son descendant Bill Ford dernièrement, les gens voulaient plutôt de plus rapides chevaux...

Qui a dit à Chrysler que les gens désiraient des minifourgonnettes en 1984? Personne, puisque ce type de véhicule n'existait pas jusque là.

Ainsi donc, ce type d'argument est à manipuler avec soin.

Il y a diverses façons d'aborder l'action à prendre vis-à-vis de l'offre et la demande. En fait, il y en a trois :

-1 : La façon avant-gardiste :

Une entreprise va aller de l'avant avec un produit dont elle n'est pas sûre du succès, bien qu'elle ait fait des études de marché, des sondages et des focus groups. Tout cela, bien qu'aidant une entreprise à mieux voir ce que les gens désirent et ce dont ils croient (notez que je n'ai pas écrit ce dont ils ont besoin, mais ce dont ils croient) avoir besoin n'est en rien une garantie. Si cette entreprise a du succès avec son nouveau produit ou sa nouvelle variante d'un produit, elle va probablement prendre la pôle et ce sera aux autres de perdre des ventes, des revenus et ils n'auront éventuellement pas le choix, s'il veulent avoir une part de ce créneau, de s'y mettre.

Une entreprise qui réussit, malgré la qualité parfois inégale de ses produits, à bien s'en sortir est Chysler. En effet, combien de leurs véhicules se sont mieux vendus qu'ils n'auraient dû grâce à un design audacieux? Comment expliquer leur succès actuel avec un tel choix d'autos et de camions? Il s'agit là d'un exemple intéressant.

Prenons un cas, celui de mon père. La dernière voiture qu'il ait achetée, après avoir pris sa retraite, a été une Intrepid 1995.

Ils nous a tous surpris, car de sa vie, jamais il n'avait possédé quoi que ce soit d'autre qu'une Ford ou une G.M. Mais celle-là, elle l'avait charmé par son design. Ce qui prouve que même les plus conservateurs comme mon père peuvent changer d'idée.

Cela dit, cette façon audacieuse de faire n'a pas toujours fonctionné. Il y a aussi des exemples de constructeurs qui ont pris des risques et qui se sont cassé la gueule. Donc, le leader, celui qui risque peut avoir la gloire si son geste paie mais il peut aussi coûter très cher. Comme on dit, qui ne risque rien n'a rien.

L'histoire récente démontre néanmoins que ceux qui prennent des risques calculés s'en sortent en général beaucoup mieux. Je prends pour exemple des produits comme la nouvelle Mustang, qui force maintenant G.M. à sortir une nouvelle Camaro et Chrysler à ramener leur Challenger, ceci après avoir laissé Ford faire beaucoup d'argent seul dans ce créneau.