Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Maux de tête: Fermez votre yeule!

Maux de tête: Fermez votre yeule!

#3 Par ,

J'ai remarqué une chose flagrante entre les dévoilements du salon de Détroit et ceux de Montréal. Bien sûr, les expositions et les lancements de modèles n'étaient pas aussi flamboyants chez nous qu'à Détroit. Pourtant, ce qui m'a surpris lors de la journée de presse, c'était plutôt les spectateurs.

Les médias présents à Détroit, lorsqu'une conférence de presse débutait, devenaient silencieux. À part quelques uns, le monde suivait attentivement. Et, lorsqu'on levait les voiles sur les voitures, les journalistes applaudissaient et criaient.

À Montréal, nos journalistes locaux ont une approche différente.

Durant les discours des dirigeants des constructeurs, certains parlaient entre eux. Certains n'ont pas daigné fermer leurs cellulaires, ou du moins, les mettre en mode vibration. Enfin, d'autres n'écoutaient carrément pas le discours, préférant aller s'asseoir dans les voitures en démonstration. Et lorsqu'ils sortirent de ces voitures, ils claquaient les portières.

Donc, j'essaie de prendre des notes, mais tout ce que j'entends, c'est du monde parler de leur chalet dans le nord, des téléphones qui sonnent, et des portes de char fermer. On lève le voile sur la nouvelle voiture, et on n'entend que quelques applaudissements à gauche et à droite, c'est tout. Pourtant, ces journalistes ont déjà tous hâte de conduire ce véhicule.

Est-ce que je me trompe, ou est-ce un manque total de respect? C'est irrespectueux envers ceux qui sont à l'origine de votre gagne-pain. Pensez-y. Vous allez vous goinfrer de déjeuners et dîners gratuits, vous roulez en voiture de presse flambant neuve à chaque semaine, vous profitez de voyages payés au salons et lancements de voitures. Mais lorsque vient le temps de vous fermer le clapet cinq minutes pour écouter les présidents de compagnies citer fièrement leurs chiffres de ventes et parler de leurs nouveaux produits, vous ne portez aucune attention et demander une version écrite du communiqué de presse à la place. Aie, c'est bien plus facile comme cela.

De plus, lorsque la conférence de presse se termine, vous courrez vers le relationniste de presse pour lui jaser de la pluie et du bon temps, ou pour quêter d'autres voitures de presse. Par contre, ce ou cette pauvre relationniste n'a que quelques minutes pour échanger avec les dizaines de journalistes qui se ruent vers eux. Dites-leur bonjour et merci, donnez-leur votre carte d'affaires, et laissez la place au autres.

Je suis peut-être relativement nouveau dans le monde du journalisme automobile, mais vous, chers membres de la presse, me faites déjà honte. La prochaine fois que vous assistez à une conférence de presse, fermez votre yeule!