Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

NASCAR: Jimmie Johnson n'a pas eu besoin de fer à cheval en or pour gagner à Las Vegas

NASCAR: Jimmie Johnson n'a pas eu besoin de fer à cheval en or pour gagner à Las Vegas

Par ,

Avec une deuxième victoire en deux semaines, Jimmie Johnson et l'équipe de Chad Knaus ont prouvé une fois de plus que la combinaison d'un bon pilote et d'un ravitaillement au bon moment sont imbattables.

Avec sa 49e victoire, Jimmie Johnson se retrouve au 12e rang au classement des vainqueurs en Coupe Sprint de tous les temps : "Je n'avais pas besoin de prouver quoi que ce soit. J'ai bien dormi cette nuit. Heureux de cette nouvelle victoire."

Photo: Philippe Champoux/Auto123.com

La semaine passée Jimmie Johnson avait eu beaucoup de chance avec un jaune alors qu'il était en train de ravitailler. Cette semaine, la décision de changer ses quatre pneus au lieu de deux l'a mis en position de pouvoir dépasser le meneur Jeff Gordon à 17 tours de l'arrivée. Gordon avait mené pratiquement l'ensemble de la course avant d'être battu par son coéquipier.

Lors de la victoire, Chaud Knaus disait dans la radio de Jimmie Johnson "Ce n'est pas la chance cette fois-ci". Chaud Knaus explique : "Je n'ai pas été plus malin que lui (le chef d'équipe de Jeff Gordon), il n'a pas fait de mauvais appel. La seule façon de les battre était de mettre quatre pneus. Mais je ne savais pas ce qu'ils avaient prévu."

Le vainqueur explique : "C'était toute une course. Jeff et moi nous battions si forts à la fin. Je n'étais pas certain de pouvoir m'échapper."

Jeff Gordon s'est fait dépassé par Kevin Harvick sur la fin. Etonnemment, Kevin Harvick n'était pas frustré par sa deuxième place.

"C'était une bonne journée. J'étaits placé loin au départ (à cause d'un accident aux essais de vendredi). C'est excitant de revenir de l'arrière aux avants-postes. C'était difficile de passer." Harvick quitte le circuit avec confiance "nous pouvions nous battre avec eux et ils le savent".

Terminant troisième après avoir mené presque toute la course, Jeff Gordon déclarait être "très déçu d'avoir été battu à cause d'un changement de deux pneus au lieu de quatre. Nous étions venus pour gagner. Nous pensions que ça ne prendrait que deux pneus."

Photo: Philippe Champoux/Auto123.com

Pour le championnat, "J'espère qu'ils (Nº 48) le gagneront tôt cette année !  Je sais que nous n'étions pas favoris. Si nous avions gagné la course nous aurions été des génies. Steve (LeTarte, chef d'équipe) est assez frustré (de sa décision). Il a fallu que la 48 prenne quatre pneus."

Mauvaise journée pour l'équipe Earnhardt Ganassi. Dans le 94e tour, au virage numéro 4, le vainqueur du Daytona 500 Jamie McMurray, a percuté son coéquipier, Juan Pablo Montoya, cassant la voiture du Colombien et du détenteur de la pôle position Kurt Busch.

Montoya criait dans la radio à son chef d'équipe, Brian Pattie: "Il (McMurray) m'a poussé dans le rail. Il m'a percuté à l'arrière. Je sais que c'est un *&ˆ% mais quand même." L'équipe a réparé l'arrière de la voiture mais Montoya a terminé à 20 tours des premiers.

Jaime McMurray s'est alors excusé à la radio auprès de Juan Pablo Montoya et de son chef d'équipe.

Après la course, en montrant sa voiture endommagée, Juan Pablo Montoya déclarait ironiquement "Je sais qu'il veut démontrer qu'il est un bon pilote. Il m'avait déjà presque envoyé dans le rail de sécurité dans le virage numéro deux. Je ne sais pas, il ne fait aucun détail. Il a simplement détruit ma voiture." L'équipe de Montoya avait du remplacer l'arrière de la voiture pour lui permettre de repartir en piste et marquer des points.

Après les problèmes de nids de poule à Daytona, le NASCAR était de nouveau dans l'embarras à Las Vegas avec des disfonctionnements des lumières jaunes, provoquant deux périodes d'interruptions.


Gallerie de l'article