Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Nouvelle loi sur les biocarburants

Nouvelle loi sur les biocarburants

Par ,

Le gouvernement du Canada veut réduire les émissions de gaz à effet de serre de 20 % d'ici 2020. Dans cette optique, on a voté une nouvelle loi afin d'augmenter l'offre en matière de carburant renouvelable. D'ici 2010, l'essence vendue au Canada devra obligatoirement contenir un minimum de 5 % de carburant dérivé d'une source renouvelable, comme l'éthanol.

L'éthanol est produit à partir du maïs, une alternative renouvelable, à première vue, intéressante. Mais il peut être produit à partir de diverses sources autres que le maïs. À ce sujet, le gouvernement du Canada investira 500 millions $ dans la recherche de nouvelles technologies permettant de transformer les résidus, comme la paille et les copeaux de bois, en carburants renouvelables propres.

L'éthanol est produit à partir du maïs, une alternative renouvelable, à première vue, intéressante.

D'ici 2012, le diesel devra lui aussi se conformer à cette nouvelle loi. Afin de diminuer l'impact qu'a ce carburant sur l'environnement, on exigera qu'il contienne 5 % de biodiesel, un carburant obtenu à partir d'huile végétale ou animale.

En adoptant un tel projet de loi, les conservateurs veulent, entre autres, créer de nouveaux débouchés pour les agriculteurs tout en améliorant la qualité de l'air à l'échelle nationale. Mais cette réflexion est de plus en plus contestée. Effectivement, plusieurs remettent en question le bien-fondé de l'éthanol et du biodiesel, deux carburants qui, à première vue, semblent très respectueux de l'environnement.

Mais plusieurs condamnent leur utilisation car, pour produire de l'éthanol en quantité suffisante, on doit cultiver beaucoup de maïs. Dans certains pays comme le Brésil, on rase des forêts afin de faire place au maïs. Le problème, c'est que ces forêts contribuent grandement à réduire les gaz à effet de serre. De plus, en agissant de la sorte, on réduit le volume des terres disponibles pour l'agriculture alimentaire, ce qui est responsable de la hausse du prix des céréales et du maïs.
photo:Jupiter images