Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Portrait d'un pilote : Martin Langlois

Portrait d'un pilote : Martin Langlois

Par ,

Depuis 2010, le championnat de dérapage contrôlé DMCC (Drift Mania Canadian Championship) a mis de l’avant la catégorie Pro Am, pour les pilotes amateurs, afin de bâtir une relève.

Ces pilotes ont la possibilité de se confronter les uns aux autres à moindre coût.

Les bolides s’avèrent, règle générale, moins puissants et l’expérience de ces drifters n’est pas aussi riche que celle des pilotes Pro. Ces derniers font beaucoup parler d’eux et se retrouvent souvent sous les projecteurs.

Toutefois, un pilote de la catégorie Pro Am s’est démarqué en décrochant la première place lors des qualifications et en terminant en deuxième position lors de la manche d’ouverture de la saison 2013.

Martin Langlois, qui habite la région de Trois-Rivières, est machiniste de formation. Il effectue lui-même pratiquement toutes les modifications à son véhicule, tant au moteur que sur le châssis. Il nous explique son parcours.

Comment ta passion pour la discipline est-elle née?
La passion des sports motorisés m’a été transmise par ma famille. Pendant ma jeunesse, j’accompagnais souvent mon père aux événements de Rallye auxquels il participait.

Dès que j’ai obtenu ma première voiture, je l’ai modifiée. Il y a cinq ans, j’ai acheté ma Silvia (Nissan 240SX). Pendant les premiers mois, je l’utilisais dans la rue. Tranquillement, je l’ai transformée en voiture de piste. C’est cette même voiture que je conduis pour le championnat cette année.

As-tu effectué des modifications sur ton bolide cet hiver?
Pendant la période hivernale, j’ai mis beaucoup d’efforts sur mes suspensions. Je n’ai pas touché au moteur, car selon moi, c’est la maniabilité de la voiture qui peut faire une différence. Plusieurs pilotes utilisent des Nissan Silvia pour le drifting. Je crois que c’est un bon investissement de modifier les suspensions afin d’avoir un avantage sur mes compétiteurs.

Vises-tu participer aux compétitions Pro dans un avenir rapproché?

Tout dépend de mes résultats de la saison. Si je réussis à monter sur le podium à quelques reprises, ce sera encourageant. En plus, les bourses sont très intéressantes. C’est ce qui me permettrait d’accumuler l’argent nécessaire pour modifier mon moteur afin de le rendre plus performant.

Avec quel moteur roules-tu présentement?
J’ai un SR20DET. J’ai remplacé le turbo d’origine par un GT3071R à deux volutes (twin scroll).

Mon moteur développe maintenant environ 500 chevaux, soit l’équivalent de 400 ou 430 forces aux roues.

Quel est ton objectif cette saison?
L’année passée, à ma première saison de compétition, je n’ai pas eu l’occasion d’accéder au podium. J’ai été victime de plusieurs problèmes mécaniques. En plus, j’étais stressé et je manquais parfois de confiance. J’ai travaillé sur l’aspect psychologique de la discipline cet hiver et à partir de maintenant, je veux « botter des culs »!

Quels adversaires te donneront le plus de fil à retordre?
Éric Bélanger ne s’est pas qualifié aujourd’hui, mais je suis surpris. C’est un excellent pilote. Maxime Cyrenne et Michel Pelchat seront aussi à surveiller.

Martin Langlois Drift Mania Canadian Championship
Photo: Joel Couture