Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Québec annonce un plan ambitieux pour accélérer l'acceptation des véhicules électriques

Québec annonce un plan ambitieux pour accélérer l'acceptation des véhicules électriques

5% du parc automobile serait hybride ou électrique d'ici 2020 Par ,

Le premier ministre du Québec Jean Charest et ses ministres des Ressources naturelles, des Transports, de l'Environnement et du Développement économique ont annoncé aujourd'hui leur Plan d'action 2011-2020 sur les véhicules électriques ayant comme objectif d'accélérer leur arrivée. Selon les projections du plan, un total de 300 000 véhicules utilisant cette technologie devraient être en circulation sur les routes québécoises d'ici 2020, ou 5% du parc automobile de la province.

À ce moment, les véhicules électriques ou hybrides enfichables devraient représenter 25% de tous les nouveaux véhicules vendus, soit un nombre impressionnant de 118 000 unités par année.

Un total de 55 millions de dollars sera injecté. De ce montant, 30 millions seront destinés aux fabricants et assembleurs de composantes pour véhicules électriques et les hybrides du Québec. Les 25 millions restants seront quant à eux réservés à attirer des investisseurs étrangers dans le but qu'ils placent à leur tour 500 millions dans l'économie et par le fait même faire augmenter de 1 500 à 5 000 le nombre d'emplois reliés à ce domaine.

De plus, l'enveloppe budgétaire allouée à la recherche et au développement, notamment en matière de batteries et de stations de recharge, bénéficiera de 36 millions additionnels.

La nouvelle d'aujourd'hui vient compléter une série de mesures de l'administration Charest. La plus récente, datant du 17 mars dernier, consiste d'accorder un rabais à l'achat et à la location de véhicules électriques , hybrides et hybrides enfichables à partir du premier janvier 2012. Cette contribution est évaluée à 50 millions d'ici 2015-2016.

Toutes ces annonces sont intimement liées aux ambitions de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 20% d'ici 2020 en prenant comme base comparative les niveaux de 1990. Il est donc évident que pour le gouvernement du Québec, l'adoption de technologies vertes est essentielle pour y arriver.

Déjà, des mouvements citoyens et environnementalistes déplorent que le plan se concentre davantage sur le transport individuel et semble laisser de côté le côté collectif de la chose.


Sources : La Presse, Le Devoir