Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Quoi faire avec vos vieux «bazous»

Quoi faire avec vos vieux «bazous»

Décorer la cour ou créer de nouveaux produits? Par ,

Décorer la cour ou créer de nouveaux produits?

Personnellement, la solution que j'aime le plus pour disposer d'un vieux bazou, c'est de l'exposer en arrière de sa cour.

J'ai découvert par hasard cette pratique artistique à l'époque où j'avais peur de voler en avion et qu'il me fallait prendre le train à chaque mois pour me rendre à Los Angeles - afin d'assister à des lancements de véhicules, vous l'aurez compris. Pendant mes longues heures à regarder par la vitre du train, j'ai remarqué que plusieurs familles rurales des États-Unis dont la maison borde la voie ferrée aiment garder leurs vieilles bagnoles au fond de leur terrain, visiblement à titre de référence.

Le tout premier véhicule utilisé par la famille est garé le plus loin de la maison, ce qui veut dire qu'il se trouve le plus près du chemin de fer. Le deuxième véhicule dans la petite histoire familiale vient ensuite, puis le troisième, le quatrième, et ainsi de suite. Parfois, je voyais des rangées de plus de six chars, certains étant à l'état de rouille le plus complet. Pour un passant (comme moi) qui s'intéresse aux automobiles, c'est un bon moyen de mieux connaître les goûts - et le budget - de ces familles. Par exemple, une Cadillac décapotable qui dormait entre deux petites Chevrolet était le signe d'une ère temporaire de prospérité... ou tout simplement d'un moment de folie.

Bien que mon côté artistique apprécie ces jardins de sculptures sur quatre roues, mon côté pratique et soucieux de l'environnement est pleinement conscient que ce n'est pas la façon la plus brillante de se débarrasser de vieux véhicules. Certes, ils ont l'air inoffensifs et même nostalgiques, mais en réalité, ils créent lentement mais sûrement une pollution additionnelle pour notre chère planète.

C'est pourquoi vous devriez agir immédiatement si vous avez une voiture qui pourrit dans le fond de votre cour. Il existe des méthodes écologiques pour disposer des vieux véhicules, comme le recyclage.

N'y voyez pas le reproche d'un environnementaliste; le fait de se débarrasser de ses vieux véhicules est une affaire très sérieuse en Europe. Là-bas, les gens ont tendance à habiter plus près les uns des autres, ce qui fait qu'ils sont moins enclins à laisser de vieilles reliques envahir leur espace.

En 2000, l'Union européenne a instauré une réglementation sévère concernant le traitement obligatoire des véhicules désuets. La responsabilité incombe aux manufacturiers qui les conçoivent plutôt qu'aux consommateurs qui les usent à la corde. À compter de 2007, les
compagnies automobiles devront récupérer les véhicules de leurs clients quand ceux-ci ont fini de les utiliser une fois pour toutes (peu importe le nombre d'années) et payer les frais de traitement. En l'occurrence, l'objectif est de recycler 85 % du poids des vieux véhicules (jusqu'à 95 % à partir de 2015).

La réglementation s'applique à environ 160 millions de véhicules, soit grosso modo 10 fois plus que le nombre de véhicules neufs vendus chaque année en Europe.

Évidemment, les fabricants qui sont actifs sur ce continent ont avalé la pilule de travers... au début. Ils disaient que c'était impossible ou, du moins, que les coûts seraient trop élevés. Certains prétendaient même que la loi les désavantageait par rapport à d'autres. Toutefois, à l'approche de la date d'entrée en vigueur, tous semblent être fins prêts à accueillir leurs vieux bazous, sans trop se préoccuper des coûts. Il faut dire que la demande (et donc le prix) pour l'acier a augmenté de beaucoup, ce qui vient contrebalancer l'équation.

Essentiellement, le processus s'amorce avec le drainage minutieux de tous les liquides du véhicule et la récupération de toutes les composantes qui ne sont pas en acier. Celles-ci sont recyclées ou carrément détruites. Il ne reste alors que le métal, qui est compressé en un gros bloc avant d'être retravaillé pour entrer dans la composition d'un autre produit.

Bref, j'ai trouvé amusant de voir ce que font certaines familles du Nouveau-Mexique et de l'Arizona, mais les actions des Européens sont sans doute plus intelligentes et nous devrions les imiter.