Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Rouage intégral? Génial!

Rouage intégral? Génial!

Par ,

L'hiver, vous connaissez? Ça dure habituellement cinq mois (quatre si on est vraiment, vraiment chanceux) et c’est tellement abominable. Des froids sibériens aux conditions routières atroces qui rebuteraient même des conducteurs chevronnés, nous Canadiens, avons à nous battre avec toute la m***e que notre hiver d’enfer nous envoie quotidiennement.

Pour cette raison, je ne comprends vraiment pas ceux qui magasinent pour un nouveau véhicule et ne considèrent même pas une transmission intégrale. Dois-je leur rappeler le climat dans lequel nous vivons et prendre leur température?

Voici comment je résume n'importe quel système qui transfère la puissance du moteur aux quatre roues du véhicule, aidant à garder celui-ci sur le droit chemin au lieu de le faire valser à n'en plus finir : c'est fantastique! Il permet d'avancer en ligne droite (par exemple au décollage) et de négocier les virages comme si la chaussée était sèche.

Moi qui conduis depuis longtemps une Subaru Impreza WRX, je connais très bien les avantages d'un rouage intégral. En plus de stabiliser le véhicule lorsque les conditions se détériorent, ce système rehausse la confiance au volant pour nous aider à éviter de mauvais pas. Mes parents se promènent en Nissan Rogue et ma mère m'a raconté plusieurs fois à quel point ses quatre roues motrices l'avaient sortie du trouble en hiver.

Je crois que le dédain de certaines personnes envers la transmission intégrale provient de quelques fausses croyances :

Un véhicule à transmission intégrale coûte beaucoup plus cher
Dans certains cas, c'est vrai. La différence entre une Honda Crosstour à traction et une autre à transmission intégrale est d'environ 10 000 $. Toutefois, on peut acheter un très bon véhicule à quatre roues motrices pour un peu plus de 20 000 $ seulement (Subaru, Suzuki, etc.). De plus, si vous voulez mon avis, payer plus cher pour une transmission intégrale est beaucoup plus raisonnable que de débourser le même supplément pour une marque ou encore un kit d'options qui fait paraître le véhicule plus rapide.

Un véhicule à transmission intégrale consomme beaucoup plus de carburant
C'était peut-être le cas jadis, mais la course à l'économie de carburant que se livrent les constructeurs automobiles a permis de rétrécir grandement l'écart. Par exemple, une Suzuki SX4 à traction affiche un rendement officiel de 8,2 L/100 km sur l'autoroute, alors que celle à rouage intégral n'augmente qu'à 9,0 L/100 km. Lors d'un récent test comparatif, nous avons obtenu un chiffre un peu plus élevé, mais tout de même acceptable pour un véhicule à transmission intégrale.

Certes, le système ajoute du poids, mais pas tant que ça. Reprenons l'exemple de la SX4 : elle pèse normalement 3 721 livres et s'alourdit d'à peine 170 livres avec la transmission intégrale. C'est le même poids qu'un passager que vous transporteriez toujours avec vous. Pas si mal.

Seuls les VUS en sont équipés et je désire une petite voiture
Pardon? Avez-vous bien magasiné? Il existe présentement sur le marché une foule de berlines, de hatchbacks et de multisegments compacts disponibles avec un rouage intégral. De la Subaru Impreza à la MINI Cooper S Countryman ALL4, il y en a pour tous les goûts et tous les budgets.

Une transmission intégrale ne vaut rien en été
Rien de plus faux! Muni de pneus appropriés et bien gonflés, un véhicule à transmission intégrale n'offre pas une sensation différente à certains mois de l'année qu'à d'autres. En fait, vous profiterez d'une meilleure motricité et d'un meilleur contrôle lorsqu'il pleuvra abondamment en avril ou en septembre.

Après avoir essayé un modèle à rouage intégral en hiver, je peux vous garantir que vous ne voudrez plus revenir en arrière. Bref, si vous songez à acheter un nouveau véhicule et que vous demeurez dans une région où la neige recouvre le sol pendant une bonne partie de l'année, je vous invite fortement à considérer cette option. Vous ne le regretterez pas, promis!

Subaru AWD vue 3/4 avant
Photo: Philippe Champoux