Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Shiro Nakamura : l'as caché de Carlos Ghosn

Shiro Nakamura : l'as caché de Carlos Ghosn

Par ,

Lorsque Carlos Ghosn devint le grand patron de Nissan en 1999, il demanda alors au président de l'époque qui était son styliste en chef. Son interlocuteur ne savait même pas son nom. Ce qui explique en grande partie pourquoi la silhouette de la plupart des produits Nissan de l'époque était davantage la cible de critiques que de louanges. Comme le plan de relance de la nouvelle administration mise en place par Renault comptait énormément sur le renouvellement du design, Carlos Ghosn choisit Shiro Nakamura pour diriger le département de stylisme de la compagnie et celui-ci devait lui rendre compte directement.

Au cours des trois dernières années, les succès spectaculaires du numéro deux japonais reposent en bonne partie sur un design qui a reçu une approbation universelle. Nous avons d'ailleurs rencontré M. Nakamura lors de son passage au Salon de l'auto de Toronto en février dernier et nous lui avons posé quelques questions.

LMA - Comment avez-vouseu la piqûre du design automobile ?

SN - J'avais neuf ans lorsque j'ai acheté ma première revue spécialisée. Il s'agissait de "Cars of the World". Cela m'a allumé et, dès cette époque, j'avais la conviction que je deviendrais designer. D'ailleurs, je passais mon temps à dessiner des voitures et des trains. Puis, à l'âge de 14 ans, j'ai acheté mon premier numéro de la revue "Car Graphic". Même si dans mon adolescence je me suis passionné pour la musique, je me suis inscrit en dessin industriel à la Musashino Art University de Tokyo. Malheureusement, le cursus était loin du design automobile et j'ai consacré beaucoup de temps à la musique. En fait, une fois mes études terminées, j'étais convaincu que j'allais devenir musicien. D'ailleurs, je joue toujours du violoncelle et de la contrebasse. En plus, j'ai commencé à m'intéresser à la lutherie. Heureusement, Isuzu m'offrit un poste de designer dans son département de stylisme. J'ai accepté. Pour la première fois, j'allais pourvoir travailler dans mon secteur de prédilection.

LMA - Cet emploi a certainement influencé votre carrière?

SN - C'est vraiment chez Isuzu que j'ai parachevé ma formation et mes études. De 1973 à 1980, j'ai travaillé dans le cadre d'un projet international de développement d'une berline appelée à être distribuée dans plusieurs marchés au travers des filiales de GM puisque Isuzu était contrôlé par ce constructeur. Cela m'a permis d'acquérir une expérience au niveau du marché global et de découvrir les inter-relations entre divers studios de design répartis un peu partout sur la planète.

Puis, en 1980, Isuzu m'a envoyé à l'Art Center College of Design à Passadena en Californie. Détail intéressant, Chris Bangle, l'actuel directeur du design chez BMW, est un confrère de classe. Dans cet établissement, j'ai travaillé pratiquement jour et nuit pendant une année et j'y ai obtenu une maîtrise. J'y ai appris beaucoup, notamment qu'on pouvait pratiquement tout réussir si on s'en donnait la peine.

LMA - Comment avez-vous hérité du poste de designer en chef chez Nissan ?

SN - Après être retourné chez Isuzu en 1981, j'ai dirigé de nombreux projets. Puis, en 1985, j'ai été délégué au Centre de style de GM à Détroit où j'ai travaillé en collaboration avec Chuck Jordan, le grand patron du stylisme chez ce constructeur à l'époque. Par la suite, je suis allé étudier la possibilité d'ouvrir un centre de stylisme pour Isuzu en Europe pour retourner à Tokyo en 1993. J'ai ensuite été nommé responsable du design pour Isuzu en avril 1999. Puis à l'été de la même année, Nissan me proposait le poste que j'occupe présentement.