Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

smart connaît sa part de succès au Canada, mais les ventes stagnent en Europe

smart connaît sa part de succès au Canada, mais les ventes stagnent en Europe

La smart Fortwo sera commercialisée aux États-Unis par la société californienne ZAP Par ,

La smart fortwo sera commercialisée aux États-Unis par la société californienne ZAP

La smart fortwo, la puce sur roues à deux places de DaimlerChrysler, est une nouveauté qui a fait quelques petites vagues au Canada depuis son introduction en septembre. Son apparition sur nos routes confirme que le marché européen n'est pas suffisant pour assurer la rentabilité de cette microvoiture à propulsion et moteur arrière.

Un débardeur, habillé pour s'harmoniser avec les couleurs carrelées noires et blanches d'une smart fortwo, pose à côté de la voiture au moment où les coupés et les cabriolets débarquent au port de Halifax le 24 septembre 2004. (Photo : DaimlerChrysler Canada)
Pourtant, elle y est commercialisée depuis 1998 et elle est presque devenue un véhicule fétiche dans les grandes métropoles européennes comme Londres, Rome, Paris et Munich. Avec une consommation de 3,9 litres/100 km (72 mpg) en ville et 3,1 litres/100 km sur l'autoroute, la smart justifie son existence là où le stationnement est difficile et où le prix de l'essence devient exubérant comme on commence à le voir au Canada.

Avec le lancement d'un élégant roadster en 2003 et de la berline forfour en septembre, smart a ajouté un peu de piquant à sa gamme. Le résultat est que
C'est chez Mercedes-Benz Midtown à Toronto que Mercedes-Benz Canada a ouvert la première salle de montre en Amérique du Nord pour la smart. (Photo : DaimlerChrysler Canada)
les ventes sont passées à 15 200 unités au mois d'octobre affichant ainsi une augmentation de 44 % par rapport à octobre 2003. Au total, smart a vendu 113 400 véhicules cette année. La clientèle est surtout située en Europe, au Japon, à Taiwan et maintenant au Canada.

Si les ventes grimpent, les profits devraient faire de même en théorie. Pourtant, smart reste un trou dans le panier de profit du groupe DaimlerChrysler. Elle devait faire ses frais cette année, mais c'est la situation contraire qui perdure avec des pertes de plus en plus importantes.

La situation est d'autant plus préoccupante puisque Mercedes-Benz, la branche de luxe du groupe DaimlerChrysler, enregistre également de sérieuses pertes. On attribue cela à l'abondance de nouveaux véhicules introduits sur le marché en 2004 et aux améliorations apportées à la qualité des produits. Le point positif est que cette perte de 30% pourrait être renversée par le fait que des fidèles de la marque Mercedes vont remplacer leur vieille voiture d'ici peu. Par contre, les ventes n'ont pas été élevées dernièrement et cela remet en question les profits envisagés. Ce qui ajoute au recul est la force de l'euro par rapport au dollar américain qui a été en chute libre durant toute l'année.

À l'intérieur de la première salle de montre en Amérique du Nord, on y trouve un petit véhicule bien en accord avec la philosophie adoptée par smart. (Photo : DaimlerChrysler Canada)
Quelles solutions y a-t-il? Si le directeur financier de DaimlerChrysler, M. Manfred Gentz, a indiqué que le manufacturier « suit le dossier Smart de très près », la plupart des analystes estiment que la marque vivra de meilleurs jours lorsque le modèle forfour touchera le sol nord-américain en 2006 en compagnie du modèle Formore, un mini VUS. Pourtant, Gentz, le cadre de DCX qui a contribué au retrait du manufacturier de la consolidation de Mitsubishi Motors Corp. plus tôt cette année, a clairement indiqué pendant l'entrevue que l'élimination de la marque smart n'était pas exclue. « Nous devons envisager toutes les alternatives » a-t-il ajouté.