Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Tagliani en a gros sur le coeur

Tagliani en a gros sur le coeur

Par ,

La saison 2007 avait bien commencé pour Alex Tagliani. Excité par la fusion des équipes Rocketsport et RuSport et par l'arrivée, donc, de nouveaux membres au sein de l'écurie, « Tag » pensait bien vivre une de ses meilleures saisons depuis longtemps.

Tel qu'espéré, le début de la saison 2007 a été prometteur avec une quatrième et une cinquième place lors des deux premières courses de la saison. Mais peu après, l'équipe s'est séparée et plusieurs chicanes internes ont éclaté. L'ingénieur de Tagliani est retourné dans son équipe d'origine, RuSport, et l'a laissé en plan...

« Tout est question de stabilité en course automobile. On ne s'en sort pas. », dit Tagliani. « J'étais heureux d'avoir enfin obtenu ça quand j'ai su que les deux équipes fusionnaient. J'avais bon espoir que tout irait bien. À première vu, c'était le cas. Justin Wilson, mon nouveau coéquipier, me poussait à être toujours meilleur et à me dépasser. J'adorais travailler avec lui. L'équipe fonctionnait bien et on arrivait à réaliser de bonnes performances. Mais il a encore fallu que tout dégringole. En plus, c'était à un très mauvais moment! »

La défusion subite a grandement nui à l'équipe qui a perdu beaucoup de plumes dans la transition. La stabilité tant recherchée par Alex n'est finalement jamais venue, et la malchance s'est acharnée sur lui. Des ennuis avec le système de ravitaillement l'ont beaucoup fait rager... Quand ce n'était pas les mauvais calculs qui le menaient en panne sèche!

« Ce n'est pas compliqué : pour gagner, il faut savoir travailler ensemble. On n'a qu'à regarder Newman-Haas-Lanigan pour comprendre. Ce n'est pas pour rien que tous les pilotes qui s'y trouvent gagnent! Les membres de l'équipe travaillent ensemble depuis vraiment longtemps et le personnel change très peu. C'est ce que je recherche à ce stade de ma carrière : une équipe stable qui sait comment gagner. »

Cette équipe, il compte bien la trouver avant la saison prochaine. Fort de la quasi-garantie de courir cinq courses en terres canadiennes en 2008 - les trois épreuves de la série Champ Car et celles de Montréal et de Trois-Rivières en NASCAR Canadian Tire - « Tag » croit en la possibilité d'attirer suffisamment de commanditaires canadiens majeurs pour dénicher un volant qui le sortira enfin du milieu de peloton.

« Les milieux de peloton c'est ben le fun parce que ça te permet de toujours te dépasser. Ça te permet aussi de bien paraître quand tu réussis à être dans les premiers malgré tout. Mais crime que c'est dur! C'est vraiment exténuant! Tu dois toujours chercher à résoudre les gros problèmes plutôt que de t'attarder aux détails.

« Quand tout va bien, c'est-à-dire quand tu as une voiture gagnante, tu peux faire du peaufinage, ce qui te permet d'être encore plus rapide. Mais quand tout va mal, quand tu perds ton ingénieur et que les arrêts aux puits te font perdre des courses comme ce fut le cas pour moi en 2007, le peaufinage ne te sert strictement à rien. Tu roules pour rouler. Et ça, j'suis tanné de faire ça. »

Loin d'être découragé par l'allure actuelle de la série, Alex Tagliani est convaincu que les bonnes années ne sont pas si loin devant. « Ils ont fait beaucoup d'efforts dernièrement et continuent à en faire. Quatre-vingt-quinze pour cent des courses qui sont au calendrier sont des courses qui fonctionnent bien et qui aident la série à augmenter sa visibilité et sa crédibilité auprès du public.