Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Tata Nano : c’est la fin pour la voiture à 2500 $

Vous souvenez-vous de la Nano, cette voiture microscopique que le constructeur indien Tata avait lancée en 2008 au prix incroyable de quelque 2500 $ ? Et bien après une dizaine d’années difficiles sur le marché, la firme responsable de sa naissance a annoncé que le modèle ne pouvait pas poursuivre sa carrière sous sa forme actuelle au-delà de l’année 2020.

Puisque l’histoire de la Nano s’est déroulée à l’autre bout du monde, on l’a un peu oublié de ce côté-ci de la planète. Or, les choses ne se sont pas passées comme on l’avait souhaité du côté de Tata.

En fait, avec un prix si bas, on imagine qu’un tel modèle doit se vendre comme des petits pains chauds. C’est d’autant plus le cas dans un pays où le revenu moyen des gens est moindre et où la majorité de la population est sans véhicule et rêve à l’autonomie que celle-ci peut lui procurer.

Pourtant, ce n’est pas ce qui s’est produit. La voiture est même devenue oubliée là-bas. Par exemple, le mois dernier, Tata n’a assemblé qu’un seul exemplaire alors qu’elle en préparait 275 en juin 2017. Pire, la compagnie n’a pas été en mesure d’exporter une seule Nano en juin ; elle en envoyait 25 à d’autres marchés à la même période l’an dernier.

Des problèmes

Bien sûr, la Nano a eu sa part de problème, surtout au début de sa carrière. On se rappellera que certaines éditions prenaient feu facilement et qu’en matière de sécurité, les tests de collisions montraient qu’elle n’était pas la plus solide.

Mais à 2500 $, il était difficile de trouver mieux. En 2015, la voiture a subi quelques améliorations et reçu la téléphonie Bluetooth, des ports USB, une direction électrique assistée et un plus gros réservoir de carburant pour augmenter son autonomie. Ce ne fut de toute évidence pas assez.

Ce qui est intéressant à constater dans cette histoire, c’est la réaction des consommateurs indiens. À l’instar de celle de bien d’autres à travers la planète, les experts ont réalisé qu’ils ne souhaitent pas être identifiés à un produit « bas de gamme ».

Le pire problème de la Nano, finalement, c’était peut-être son prix aussi peu élevé.

Plusieurs préféraient en fait acheter une voiture usagée plus grosse et plus équipée avec le même budget.

Au final, les gens veulent un minimum. C’est la leçon que tire Tata de cette aventure. Pariez que d’autres ont pris des notes.

Néanmoins, une page intéressante de l’histoire de l’automobile se terminera en 2020 avec la fin de la production de cette puce. La Nano aurait pu devenir la Volkswagen Beetle indienne, mais il faut croire que les temps ont changé.

Tata Nano
Photo : Tata
Tata Nano