Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Un Canadien mène Cadillac vers un horizon de nouveaux produits

Un Canadien mène Cadillac vers un horizon de nouveaux produits

Par ,

De par les longs processus de développement d'un véhicule et le remue-ménage constant des ressources humaines dans l'industrie automobile, il est plutôt rare de voir une personne hautement impliquée dans la création d'une voiture en faire aussi la promotion.

Mais c'est ce qui est arrivé à Jim Taylor, qui était un des cadres responsables du développement des Cadillac CTS, SRX et STS, et qui est maintenant devenu directeur général du marketing de la célèbre marque de luxe de GM.

C'est en fait une situation que Taylor, qui se décrit à la blague comme «la personne la plus prolifique à être débarquée à Peterborough, en Ontario», croit pouvoir être bénéfique pour Cadillac. «C'est un avantage énorme», a-t-il explicitement affirmé en entrevue avant d'aller s'adresser aux détaillants canadiens réunis récemment à Toronto.

«Rien n'arrive jamais par hasard et on en a la preuve aujourd'hui. Il y a un avantage certain à miser sur un gars du développement dans une telle fonction; beaucoup de personnes chez GM et Cadillac anticipent l'opportunité de compter à leur table une ressource comme moi.»

Taylor a également déclaré que les détaillants «sont fébriles à l'idée de conserver la même recette et de ne pas trop la changer, étant donné qu'elle s'avère gagnante. Ils ne s'intéressent qu'aux produits qu'ils ont dans leurs salles de montre et sont donc contents de voir que je suis là pour les rassasier.»

Avoir un heureux regroupement de détaillants est un élément très important pour le succès d'une compagnie automobile. En d'autres mots, des concessionnaires qui se montrent non coopératifs et peu enthousiasmés rendent difficile, voire impossible, la réussite globale de la compagnie.

La continuité est importante, soutient Taylor, parce qu'elle maintient la philosophie que Cadillac a développée à la fin des années 1990 et qui s'est avérée si fructueuse dans le processus de résurrection de la marque de renom.

Cette philosophie «énergisante» centrée sur la performance et les regards froids a joué beaucoup dans le virage entrepris par Cadillac, au dire de Taylor. Toutefois, il y a encore plusieurs pas à franchir, car la marque américaine n'a pas encore atteint l'échelon supérieur des grands constructeurs de luxe mondiaux tels que BMW, Lexus et Mercedes.

Taylor croit que Cadillac sera de ce groupe, mais pas avant que deux générations d'excellents produits aient fait le tour du monde, ce qui veut dire à la fin de la présente décennie.

Bien qu'une telle échéance semble lointaine pour une changer le statut d'une compagnie (même si celle-ci était connue auparavant comme le «Standard du monde»), Taylor dit que des spécialistes de l'évolution des entreprises se sont montrés impressionnés par le progrès réalisé par Cadillac en si peu de temps.

Ce qui intéresse aussi le nouveau boss du marketing, c'est le temps qu'une compagnie met à s'asseoir sur ses lauriers. Plusieurs pensent que cela pourrait se produire avec Mercedes-Benz ou BMW, si on se fie à leurs efforts continus pour diluer leur réputation avec des voitures toujours plus bon marché, un stylisme pas très populaire, une technologie complexe et un niveau de qualité à la baisse.

Le fait de vendre des voitures accrocheuses a eu un certain effet sur l'âge moyen des acheteurs de Cadillac au cours des dernières années. Selon Taylor, la véritable percée de la compagnie se fera le jour où les gens actuellement trop jeunes et pas assez riches se tourneront vers des voitures de luxe. C'est à ce moment-là que le fait d'être une marque «qui aspire» à séduire les adeptes du Hip-Hop rapportera ses fruits, a-t-il précisé.