Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Un monde différent et étrange (deuxième partie)

Un monde différent et étrange (deuxième partie)

(deuxième partie) Par ,

(deuxième partie)

Comme je l'écrivais la semaine dernière sur ce site, je vais tenter de vous expliquer pourquoi acheter des automobiles plus vertes et pourquoi il est temps pour chacun d'entre nous de les considérer.

L'exercice de déprogrammation que je vous ai invité à faire, bien qu'humoristique, avait un but sérieux : celui de vous faire réaliser que, trop souvent, notre comportement automobile était guidé par des émotions qui allaient à l'encontre de notre sécurité et du bon sens. Un ami m'a déjà dit qu'il savait s'il se portait bien en observant son propre comportement au volant. Il m'avait révélé que lorsque les autres conducteurs et conductrices le frustraient, qu'il se mettait à vociférer à propos des feux de circulation, des bouchons ou des travaux, il réalisait alors qu'il était temps pour lui de se calmer dans sa vie.

Les critères émotifs d'achat

De la même manière que pour notre comportement au volant, nous n'achetons pas une automobile en fonction de critères purement rationnels, mais aussi en fonction de critères émotifs. Vous me direz sans doute que je ne vous apprends rien; je sais déjà cela. Je ne suis pas non plus assez naïf pour m'imaginer que cela va changer un jour. Nous sommes bien plus des êtres d'émotion que de raison. Mais les questions qui me semblent importantes à poser sont : quels sont ces critères ? Et quels effets ont ces critères sur nos décisions et de ce fait, sur l'environnement ? C'est là que le débat devient intéressant.

Pour avoir travaillé dans le milieu de la publicité et notamment à faire des pubs d'automobiles, je peux vous affirmer que les constructeurs et les publicitaires misent à fond sur l'aspect émotif, car comme nous le savons tous, l'amour rend aveugle... Ainsi, tout est fait pour séduire plutôt que d'informer.

Le premier critère que je pourrais nommer est évidemment la beauté. En cette ère où le design prend de plus en plus de place dans la conception automobile, les courbes extérieures et intérieures, les couleurs et les textures sont étudiées de façon à nous les faire sembler confortables, aguichantes et sensuelles.

Le deuxième critère est le statut. Ce critère est lié à l'image qu'au fil du temps chaque compagnie va réussir à développer. On associe une certaine personnalité à une marque comme BMW, Honda, Rolls-Royce, Volkswagen et les autres. C'est ainsi qu'une partie plus ou moins consciente de nos critères d'achats est orientée autour de l'image que nous voulons dégager en possédant et en conduisant une certaine auto, indépendamment parfois de leur qualité réelle.

Le troisième critère est la puissance. Ce critère est aussi un critère de séduction. Il est faux de penser que les grands constructeurs vendent des automobiles de plus en plus puissantes pour des raisons pratiques. Ici, le vrai but est de convaincre les acheteurs qu'au jeu des comparaisons entre leur modèle et ceux des concurrents vous saurez que vous possédez plus de puissance avec leur modèle et donc que VOUS serez plus puissant. En cette ère où la concurrence fait foi de tout, chaque avantage qu'on peut avoir l'impression de se procurer à l'achat d'un objet quelconque, mais spécialement avec une auto (vu l'effet que cet objet particulier a sur la société) nous sera attirant.