Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Zotye Hunter

Zotye Hunter

Par ,

Maintenant je sais ce qu'on ressent quand un foutu VUS chinois passe à un cheveu de nous rouler dessus sur une route de montagne de Cuba.

Alors que ma famille et moi étions en vacances là-bas, ma sœur a entendu parler d'une « escapade en Jeep ». Puisque je suis un bon grand frère, j'ai accepté de jouer le rôle de conducteur. Le hic, c'est qu'il n'y a pas de Jeep à Cuba – seulement des utilitaires chinois Zotye Hunter 1.3i, semblables à de vieux Geo Tracker et visiblement construits avec des pièces de machines à laver.

Zotye Hunter vue 3/4 arrière
Photo: Zotye

Son moteur de 1,3 L devait faire neuf chevaux et employait une boîte manuelle à cinq rapports pour les transmettre aux roues arrière. À l'intérieur du Hunter (nous avons découvert qu'il s'agissait d'un modèle 2010), la finition s'apparentait à celle d'une Ford Tempo 1991. Les panneaux et garnitures qui tenaient encore le coup étaient principalement beiges ou piètrement revêtus d'une peinture an aérosol argent.

Il manquait les deux poignées de portes. La radio ne fonctionnait pas. La carrosserie semblait avoir été égratignée par une bande de ratons-laveurs enragés. Et je pourrais vous en dire encore plus...

Quelques heures après le début de notre « escapade en Jeep », nous nous sommes retrouvés au pied d'une grosse montagne en compagnie d'autres touristes à l'air inquiet. Même mon frangin, propriétaire d'une Toyota Tacoma et fervent amateur de conduite hors route, a laissé échapper un juron en voyant la montée devant nous.

Je suis nul en hauteur. Encore plus aux commandes d'un véhicule. Pendant toute la journée, le Zotye Hunter m'avait donné l'impression de tomber en morceaux plus rapidement qu'un bonhomme de neige en avril. Bref, je n'avais aucune confiance.

Je ne pouvais pas décevoir ma famille, cependant. Moi, Justin Pritchard, j'avais la situation en contrôle.

J'ai maintenu une bonne distance avec les autres membres du convoi, gardé la boîte en première vitesse et appuyé à fond sur l'accélérateur. Le climatiseur éteint, bien évidemment.

Aux deux tiers de l'ascension, le Hunter a commencé à s'essouffler brusquement. Tout le monde à bord me criait : « Pèse sur le gaz! Envoye, PÈSE SUR LE GAZ! ». Mon frère a secoué mon siège pour s'assurer que je ne dormais pas. Or, tout ce que je voyais, c'était le ciel.

Non, en fait, je me voyais également pisser dans mes culottes et subir un anévrisme.

Si j'arrêtais avant le sommet, le véhicule ne pourrait jamais repartir. Je devrais faire demi-tour, les freins lâcheraient en dévalant la montagne et nous déboulerions tous jusqu'en bas pour finir dans un amas de ferraille chinoise et d'entrailles canadiennes.

Juste avant de s'immobiliser, le Hunter a craché une fumée infecte qui a envahi la cabine. Le moteur s'est emballé, j'ai actionné l'embrayage, puis les freins, et tout s'est arrêté. Mon univers est soudainement devenu un affreux cercueil métallique chinois rempli de fumée, de cris et de colère.

Encore plus de jurons.

Zotye Hunter vue arrière
Photo: Justin Pritchard/Auto123.com

Le guide n'avait pas l'air content. Il a accouru de la base jusqu'à notre véhicule pour m'engueuler et critiquer mes talents de conducteur. Pendant ce temps, je gardais la pédale de frein enfoncée dans l'espoir que le Zotye Hunter ne se mette pas à glisser.

J'ai bien essayé de le relancer, mais l'embrayage faisait des siennes et le frein à main n'apportait aucune aide. Le guide m'a ordonné de sortir pour qu'il puisse essayer à ma place. J'ai obéi en relâchant très délicatement la pédale de frein, car la pente abrupte sur laquelle nous nous trouvions me faisait encore peur.

C'est là que ça s'est produit...

Comme plus personne ne s'occupait des freins, la gravité a eu raison du Hunter, qui a commencé à dévaler la côte. On entendait encore les pistons à l’œuvre, car le véhicule était resté en première. De l'extérieur, j'ai sauté sur la pédale de frein, imaginant le pire.

Le guide a lui aussi sauté sur la pédale... en me passant sur le corps. Ma jambe gauche a alors glissé sur la terre et abouti sous le véhicule, à moins de trois pieds du pneu avant qui fonçait tout droit vers mon tibia. Dieu merci, frérot a anticipé toute la scène et plongé mains premières sur la pédale de frein. Ouf, jambe sauve!

Éventuellement, le guide a fini par relancer cette stupide machine en martelant la pédale d'embrayage. J'ai gravi le reste de la montagne à pied, heureux d'avoir évité une douloureuse amputation.

Une chance qu'il n'y a pas de Zotye Hunter au Canada; je ne veux plus en voir un seul de ma vie!