Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Acura TL 2009 : essai routier (vidéo)

Acura TL 2009 : essai routier (vidéo)

La belle aux dents de cheval Par ,

La nouvelle Acura TL est une superbe voiture, tout y est pour nous séduire. Compétente, intelligente, puissante, galbée et aiguisée à souhait, son seul défaut c'est une dentition pour le moins surprenante.

Elle est superbe, mais c'est quoi le truc en avant qui défigure la voiture?

Acura poursuit la transformation de sa gamme vers un style très anguleux, pointu. Dans l'ensemble c'est une véritable réussite, mais... il y a la calandre

La TL arrive en 2009 avec le même résultat. La berline est encore plus belle sinon la plus belle des Acura. Là encore, il semble bien que la famille ait une malformation congénitale puisqu'elle apparaît avec une calandre encore plus grosse que sur la TSX. Un choix douteux, définitivement.

Mon petit sondage personnel arrive toujours à la même conclusion. Elle est superbe, mais c'est quoi le truc en avant qui défigure la voiture? Sur ma version d'essai, il faut admettre que ce n'était pas très subtil, sur une voiture grise ou blanche, la calandre s'efface, mais la mienne était d'un cuivre brun métallique.

Le reste de la carrosserie fait preuve d'une recherche stylistique poussée. Beaucoup d'angles et d'arêtes qui façonnent une ligne impeccable et des plus élégante tout en étant très agressive. La vue trois-quarts arrière est particulièrement réussie surtout avec présence des doubles sorties d'échappement.

Un F-117 Night Hawk
II n'y a pas que l'extérieur qui s'inspire des avions furtifs. À l'intérieur, on retrouve un peu la même essence. L'habitacle est très concentré sur le conducteur. Le volant est petit et permet une bonne prise en main. Le bloc d'instrumentalisation est très lisible, particulièrement bien exécuté.

Comme dans les autres produits Honda, la quantité de boutons est exagérée. Il y en a partout. Le soir c'est très joli avec l'éclairage d'autant qu'il y a presque un texte explicatif pour chacun d'eux. On en retrouve sur la planche de bord, le pavillon, les portières et la console centrale. Déroutant au début, on s'y adapte, mais un peu de simplicité ne ferait pas de mal. Au plan ergonomique, la seule véritable défaillance vient de la proximité des commandes de la radio et de chauffage. Soit on se trompe, soit on dérègle l'autre commande.

Le style de la planche de bord est intéressant avec les deux vagues qui se perdent dans les portières. L'effet de l'aluminium brossé est toujours aussi efficace. À bord on sent bien la solidité et la qualité des matériaux.

L'habitacle est très concentré sur le conducteur.