Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Audi A4/S4 2002

Audi A4/S4 2002

Par ,

Fiche d'identité

Modèle : A4
Versions : 1.8T, 3.0 et S4
Segment : de luxe de moins de 50 000 $
Roues motrices : avant ; traction intégrale
Portières : 4 portes
Places : avant, 2 ; arrière, 3
Sacs gonflables : 6 (avant etlatéraux) et rideau gonflable ; coussins arrière optionnels
Concurrence : Acura 3,2TL, BMW Série 3, Cadillac CTS, Lexus IS300, Infiniti G35, Mercedez-Benz Classe C, Saab 9-3, Volvo S60, Jaguar X-Type

On ne change pas une formule gagnante. Pour un constructeur, renouveler un modèle qui fait l'unanimité est toujours une opération délicate ; le plus simple pour y arriver, c'est de l'améliorer. Voilà le défi que doit relever Audi, qui vient tout juste de procéder à la première refonte de la populaire A4.Introduite en 1995, cette berline a redoré le blason de la firme d'Ingolstadt. Non seulement a-t-elle accumulé les honneurs, et ce, jusqu'à tout récemment, mais elle a grandement contribué à rétablir la réputation de ce constructeur germanique en Amérique du Nord. Il n'est pas exagéré de dire qu'Audi s'est métamorphosée depuis une dizaine d'années ; elle s'est forgé une identité propre qui repose sur le rouage intégral Quattro et la haute technologie. Qui plus est, les Audi sont devenues des parangons de fiabilité ; qui l'eût cru ?

CARROSSERIE

La petite A4, principale actrice de ce revirement de la part d'Audi, est issue d'une lignéequi en est à sa sixième génération et qui a commencé en 1971 avec la petite Fox. Elle est devenue la 4000, puis la 80 et la 90. On ne reprochait pas grand chose à l'ancienne A4 : des places arrière étriquées, des amortisseurs trop souples et la puissance un peu juste de ses deux moteurs. Et devinez sur quoi ont porté les principales améliorations apportées à l'A4 de deuxième génération ? Vous y êtes !Même si elle a été redessinée à l'intérieur comme à l'extérieur, on reste en terrain connu. Par contre, la nouvelle venue n'affiche pas la même élégance que sa devancière. La caisse, bien que typiquement Audi, manque singulièrement d'éclat. À priori, on dirait une A6 diminuée ; un oeil profane aura tôt fait de confondre l'une et l'autre. Voilà qui apporte de l'eau au moulin du docteur Ferdinand Piëch, le grand vizir du groupe Volkswagen, qui a reproché aux dirigeants de la division Audi leur manque d'imagination.