Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Audi R8 Spyder 2011 : premières impressions

Audi R8 Spyder 2011 : premières impressions

Toujours exceptionnelle! Par ,

L'Audi R8 Spyder a beau avoir perdu le toit, elle continue dans la lignée de sa sœur, la version Coupé, en offrant une allure exotique et des performances enlevantes. Je dois tout de même souligner quelques bémols, puisqu’on a l’impression, quand on roule à son bord, que le facteur WOW qui soulevait les passions lors de nos premiers passages en public avec la R8, n’a pas autant d’effet sur la population. Ni sur les journalistes automobiles qui, lors du dernier festival des essais, ont beaucoup moins insisté pour en faire l’essai justement.

Malgré tout, la R8 Spyder n’a rien d’une voiture ordinaire, et offre encore des qualités que l’on ne peut négliger.

Le style extérieur est un peu modifié, et probablement moins extrême que dans la version coupé. (Photo: Matthieu Lambert/Auto123.com)

L’exotique perd la tête
Vous l’aurez compris, l’appellation Spyder provient du fait que la voiture est désormais cabriolet. En conséquence, le style extérieur est un peu modifié, et probablement moins extrême que dans la version coupé. En fait, on peut même lui reprocher d’avoir perdu les deux coquilles de couleur de chaque côté qui découpaient si efficacement sa silhouette.

Dommage aussi, puisque le toit, même s’il est bien réussi, n’offre pas tout à fait la même douceur dans la ligne de la voiture. Mais elle reste tout de même exceptionnelle.

Même son de cloche dans l’habitacle, qui répète exactement la recette précédente, et qui procure un confort étonnant, une position de conduite irréprochable, et une finition haut de gamme. Bref, de la R8 coupé, elle a repris les qualités intérieures, mais a perdu un tantinet de son cachet extérieur.

Trouvaille technique agréable, le toit s'escamote en quelques secondes du bout du doigt, et se remet tout aussi rapidement évidemment. Mais on peut se contenter d’abaisser les fenêtres, y compris la glace arrière, ce qui favorise une bonne circulation d’air sans endurer les turbulences pour qui veut tout de même soigner sa coiffure…

Une mécanique de rêve
Sous le capot, enfin quelque part au milieu de ce bijou de technologie, se retrouve probablement le meilleur moteur disponible actuellement sur le marché : un V10 de 5,2 litres FSI développant la bagatelle de 525 chevaux et de 490 livres-pied de couple. Si vous n’êtes pas amateur de statistiques, sachez que si vous utilisez toute cette puissance, avec ou sans le toit, votre coiffure cette fois n’y résistera pas.

Quoi qu’il faille bien l’admettre, la beauté de ce moteur réside dans sa progressivité. Contrairement aux rivales plus féroces (quiconque a appuyé sur l’accélérateur de la Porsche 911 Turbo S vous le dira), la puissance se dégage avec fermeté mais constance. Pas d’explosion soudaine, mais un contrôle absolu sur toutes les accélérations.

Cette fois, le toit de cabriolet mérite bien d’être enlevé, ne serait-ce que pour apprécier le son de cette mécanique roucoulante. (Photo: Matthieu Lambert/Auto123.com)