Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Audi TT 2016 : premières impressions

Audi TT 2016 : premières impressions

Ne vous inquiétez pas, elle a changé! Par ,

Málaga, Espagne – Dans son discours d’ouverture, le relationniste de la marque aux 4 anneaux a tenu à préciser que l’endroit choisi pour le lancement de la nouvelle Audi TT était extraordinaire, au même titre que la 3e génération du modèle. Est-ce le cas? C’est ce que nous sommes allés voir.
 

Ne cherchez plus l’écran
Ironiquement, la première innovation mise de l’avant à cette présentation portait sur le nouvel écran multifonctions qui prend place derrière le volant. Eh oui, le traditionnel emplacement pour l’écran de navigation – c’est-à-dire entre les 2 occupants – est remis en question avec cette nouvelle approche. Le passager n’a peut-être plus le loisir de naviguer via le système, mais en revanche, le conducteur peut le faire sans trop quitter la route des yeux.

Élaboré en collaboration avec NVIDIA, l’écran regroupe tout ce dont a besoin le conducteur en matière d’information : que ce soit la radio satellite, les ajustements de la voiture, la vitesse ou le régime moteur, tout y est. Tout ceci est accessible via les boutons sur le volant ou la molette logée non loin du levier de vitesse.

La carte de navigation GoogleEarth est certainement ce qui impressionne le plus, surtout lorsque la fonction agrandie est sélectionnée. Le seul hic dans cette histoire, c’est que cette collaboration avec Google n’est pas dans les plans pour notre marché – nos voisins du Sud l’auront, eux, mais pas nous! Au moment d’écrire ces lignes, Audi travaille très fort pour contourner les obstacles administratifs afin de rendre l’option accessible au pays.  

Si cet écran constitue à lui seul une autre occasion pour impressionner le beau-frère, le reste de l’habitacle n’est pas mal non plus. Le volant est vraiment un charme à prendre en mains, et l’est davantage dans les versions équipées du groupe S-Line, tandis que la position de conduite s’avère idéale, surtout avec les baquets sport. À l’avant, l’espace est suffisant, mais à l’arrière, c’est une autre histoire!

Design évolutif
Il est difficile de renouveler une voiture aussi reconnaissable que la TT. Parlez-en aux gens de MINI ou Porsche par exemple. Néanmoins, le département de design a réussi à insuffler une quantité suffisante de nouveautés pour justifier ce paragraphe. D’entrée de jeu, la grille de calandre continue d’occuper une large part du bouclier avant, mais celle-ci semble avoir été taillée au couteau. De plus, l’emblème de la marque a rapetissé et se retrouve désormais au bout du capot. Les phares, eux aussi ciselés, proposent une nouvelle signature grâce aux feux de jour qui, nous dit-on, seraient inspirés de la R18 e-tron quattro, rien de moins.

Fidèle aux plus récents modèles de la marque, la TT est plus musclée au niveau de la tôle, même si les non-habitués n’y verront que du feu! Bien entendu, le design des multiples jantes disponibles (de 17 à 20 pouces) a changé quelque peu, et croyez-moi, le choix ne manque pas! À l’arrière, philosophie oblige, les feux aiguisés se trouvent toujours aux coins de la caisse, tandis qu’au bout du coffre se trouve un petit aileron dissimulé qui s’élève à vitesse d’autoroute.

Le 2.0T de retour
Malgré la disponibilité d’une option TDI en Europe, ce choix ne traversera pas l’Atlantique. Le public canadien devra donc se contenter du bon vieux 4-cylindres turbo à injection directe de 2,0-litres. Heureusement, les ingénieurs ont extirpé 19 chevaux-vapeurs de plus (pour un total de 230) et 14 lb-pi additionnels (pour un total de 272 lb-pi). Côté transmission, la seule boîte disponible est l’excellente unité double-embrayage S Tronic à 6 rapports. Oubliez l’option manuelle, il s’agit d’un concept du passé… à ce qu’il paraît!

Au volant
La sublime région de Málaga est réputée pour une chose : sa température. Il y aurait environ 320 jours de temps ensoleillé par année dans ce coin du monde. Et, devinez quoi, le soleil était au rendez-vous. Dans ces conditions, l’Audi TT brillait sur le tracé sinueux de la route de Ronda, celle-ci étant à flanc de montagne et aussi tortueuse qu’un spaghetti. Sur une route si majestueuse, je n’ai pas besoin de vous dire que la voiture était en mode Dynamic, cette fonction du système Audi Drive Select permettant de rehausser plusieurs paramètres de la voiture.

La nouvelle TT est plus puissante, plus agile, mais aussi plus confortable. Malgré le groupe S-Line optionnel, la suspension absorbe mieux les imperfections du bitume qu’auparavant et c’est parfait ainsi. La direction adaptative autorise une conduite agressive et même dans les virages abordés avec trop d’entrain, la TT demeure facile à manœuvrer, une réalité également rendue possible par la traction intégrale quattro. S’il est vrai que la boîte de vitesses cherche parfois à trop en faire, la majorité du temps, cette unité accomplit un travail quasi irréprochable.

Est-ce une authentique sportive?
Certains rétorqueront que la TT n’est pas aussi pure qu’une Porsche Boxster par exemple. Il est vrai que la motorisation placée à l’avant peut handicaper quelque peu les performances de la voiture, mais dans les faits, cette nouvelle mouture, malgré les ressemblances avec l’ancienne, s’avère une agréable évolution qui a l’avantage de pouvoir être conduite douze mois par année.


 

Essais routiers et évaluations

Consommateurs
Audi TT 2016
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler

Sommaire de l'évaluation

    Audi TT 2016
    Audi TT 2016
    Évaluer ce véhicule
    Esthétique
    Accessoires
    Espace et accès
    Confort
    Performance
    Dynamique de conduite
    Sécurité
    Appréciation générale
    Nom
    Courriel
    Commentaire
    Mot de passe
    Mot de passe oublié? Cliquez ici
    Annuler
    Gallerie de l'article