Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Cadillac ATS 2013 : premières impressions

Cadillac ATS 2013 : premières impressions

La Cadillac ATS remplit sa promesse de sportivité Par ,

TORONTO, Ontario — « Nous avons tenu compte de l'ensemble de la concurrence, mais il n'y a pas de doute que nous visions d'abord et avant tout la BMW Série 3 », affirme Scott Meldrum, directeur de produit en charge de la nouvelle Cadillac ATS 2013 chez General Motors du Canada.

Après une courte présentation PowerPoint, nous nous retrouvons au volant d'une ATS dite « de base », dont le prix de départ s'élève à 35 195 $. Quelques mètres suffisent pour nous convaincre : voici une très sérieuse menace aux berlines compactes de luxe allemandes.

L'agilité d'une athlète
Même dans la circulation lente, la Cadillac ATS 2013 semble dynamique, agile et prête à passer à l'action. Sa répartition de poids quasi parfaite entre l'avant et l'arrière saute aux yeux lorsqu'on tourne le volant.

Merci également à la nouvelle plateforme à roues motrices arrière, qui utilise abondamment de métaux précieux par souci de légèreté. La voiture fait osciller la balance à seulement 1 503 kilogrammes, soit moins que la Série 3 (sauf la 320i exclusive au Canada), l'Audi A4 et la Mercedes-Benz Classe C.

L'ATS exploite par ailleurs la première suspension arrière à cinq bras indépendants de Cadillac. Jumelée à une suspension avant à jambes MacPherson à double articulation, elle optimise la géométrie et adoucit le roulement.

Ajoutez à cela une nouvelle direction électrique à crémaillère signée ZF, qui transmet clairement les informations de la route, et vous comprendrez facilement pourquoi la Cadillac ATS 2013 procure d'aussi bonnes sensations. Même sur une chaussée endommagée, elle conserve toujours son sang-froid. La preuve : on ne ressent pratiquement aucune vibration dans le volant.

Moteur de base honnête
En me rendant à Mosport, je me demandais bien si le quatre-cylindres de 2,5 L à injection directe allait nuire à l'agilité dont fait preuve le châssis de la Cadillac ATS 2013. Sur la route, ce moteur retravaillé de 202 chevaux livre des sprints de 0 à 60 mi/h (96 km/h) en un temps raisonnable de 7,5 secondes et il ne hausse légèrement le ton qu'à haut régime.

La boîte automatique à six rapports qui l'accompagne préfère le statu quo à une rétrogradation rapide lorsqu'on enfonce modérément l'accélérateur. Ça ne me dérange pas, car l'économie d'essence est au rendez-vous. Par contre, on sait qu'il existe sur le marché des boîtes à sept et à huit rapports plus sportives.

Place au turbo!
Il pleuvait et la piste était détrempée. Oh-oh. Mosport est déjà un circuit très technique, alors la partie s'annonçait difficile. Sur une note positive, j'ai eu la chance d'essayer le nouveau quatre-cylindres turbocompressé de 2,0 L à injection directe, qui développe une puissance de 272 chevaux et un couple de 260 livres-pied.

En passant, la boîte manuelle à six rapports n'est disponible qu'avec ce moteur et en version à propulsion (35 480 $). La boîte automatique permet d'opter pour la transmission intégrale, autant avec le moteur turbo de 2,0 L que le V6 de 3,6 L.

Évidemment, je me concentrais moins sur le moteur que sur la tenue de route de la belle Cadillac. Les conditions météo nous ont forcés à rouler plus lentement, mais je sentais bien toute la fougue du turbo étant donné l'absence de décalage. Par surcroît, j'ai trouvé que la boîte manuelle assurait des passages rapides en dépit d'un léger manque de sensation dans le levier de vitesses.

Le roi V6
De son côté, le V6 de 3,6 L génère 321 chevaux et 275 livres-pied de couple. Tout comme l'autre moteur atmosphérique de la gamme, il s'abreuve d'essence ordinaire. À Mosport, j'ai pu le tester en compagnie de la suspension magnétique de Cadillac, qui varie l'amortissement en temps réel au-delà des trois modes préréglés : Tourisme, Sport et Hiver.

J'ai surtout choisi le mode Sport, bien sûr, qui favorisait des rétrogradations « automatiques » et une belle direction ferme. Toutefois, je me demande s'il ne serait pas trop agressif en conduite normale, sur les voies publiques. La puissance du moteur et celle des freins Brembo m'ont impressionné.

La Cadillac ATS 2013 à moteur V6 se vend à partir de 43 935 $. Calculez 46 600 $ avec la transmission intégrale.

Mot de la fin
La volonté de rivaliser avec la BMW Série 3 nous donne un habitacle chaleureux et raffiné. Les passagers arrière jouissent d'un bon dégagement pour les jambes si l'on regarde la moyenne des berlines compactes de luxe, mais sans plus.

La Cadillac ATS 2013 vise à plaire d'abord et avant tout à son conducteur. Celui-ci profite d'un merveilleux siège, d'une excellente visibilité et d'un tableau de bord moderne intégrant le nouveau système d'infodivertissement CUE de Cadillac. L'écran tactile demeure étonnamment clair et facile à lire, même en plein soleil. Je ne vous énumérerai pas toute la liste des commodités, mais sachez que les amateurs de luxe seront servis à souhait.

En somme, si vous avez toujours rêvé de retrouver une sportivité et une saveur européennes dans un emballage dernier cri signé Cadillac, voici votre cadeau.

Essais routiers et évaluations

Consommateurs
Cadillac ATS 2013
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler

Sommaire de l'évaluation

    Cadillac ATS 2.0L Turbo 2013
    Cadillac ATS 2.0L Turbo 2013
    Évaluer ce véhicule
    Esthétique
    Accessoires
    Espace et accès
    Confort
    Performance
    Dynamique de conduite
    Sécurité
    Appréciation générale
    Nom
    Courriel
    Commentaire
    Mot de passe
    Mot de passe oublié? Cliquez ici
    Annuler
    Gallerie de l'article