Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Chevrolet Camaro 2LT 2010 : essai routier

Chevrolet Camaro 2LT 2010 : essai routier

Par ,

Loin de moi l’idée de trahir mon âge, mais disons que je me souviens avoir vu rouler les Camaro de toute première génération. Pas au point de les avoir conduites, mais tout de même… Alors imaginez mon enthousiasme à l’idée d’enfin conduire cette iconique voiture…

Je dois tout de même l’admettre, quelle gueule elle a cette jolie Camaro.

Il faut cependant que j‘avoue un malaise. Alors que ses rivales, les Dodge Challenger et Ford Mustang, ont misé sur la nostalgie et l’aspect rétro (on pourrait presque confondre la Dodge avec une vraie vieille édition…), la Camaro elle, mise surtout sur le modernisme, au détriment de cette tradition.

Quelle gueule!
Je dois tout de même l’admettre, quelle gueule elle a cette jolie Camaro. Mesurée à d’autres rivales sportives, elle était pour moi, la plus distinctive, la plus inspirante. De l’avant, la calandre aplatie mais très large lui donne une présence et une méchanceté peu communes.

Les lignes, fortement appuyées des arêtes latérales longent la caisse jusqu’à l’arrière, lui donnant un petit aspect de Monsieur Muscle bien préparé. La ligne de toit aérodynamique, l’arrière bien défini, bref, un style unique, ont fait de moi la grande vedette des rues de la ville au moment de mon essai : j’ai rarement reçu autant d’attention, et de conducteurs de tous les âges majoritairement masculins, dois-je confesser.

Ce design unique, on a tenté tant bien que mal de le transposer dans l’habitacle, avec un peu moins de succès puisqu’on a voulu y mélanger aussi la nostalgie. Mais l’hétéroclite ne fait pas toujours l’unanimité. La présence de cadrans carrés, tant dans le tableau de bord que sur la console centrale, doit rappeler les Camaro d’anciennes générations, mais dans un environnement aussi moderne, ils détonnent sans grâce.

Heureusement, quelques petites touches, aux limites du kitsch, sont intéressantes. C’est le cas par exemple, de lumières installées à l’intérieur des portières et qui s’illuminent la nuit venue.

La grande faiblesse de tout cela cependant, c’est l’espace. À l’avant, un conducteur de ma taille n’a aucune difficulté. Mais un collègue de grande taille avait la tête littéralement appuyée au plafond tout au long de notre randonnée. Je sais qu’un coupé sport ne doit pas se mesurer à l’espace disponible pour les passagers, mais si on est incapable d’en fournir, on devrait peut-être tout simplement les oublier.

La présence de cadrans carrés, doit rappeler les Camaro d’anciennes générations mais dans un environnement aussi moderne.