Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Chevrolet Camaro cabriolet 2011 : premières impressions

Chevrolet Camaro cabriolet 2011 : premières impressions

Par ,

San Diego, Californie—Imaginez la musique à fond, le soleil qui brille, les routes qui louvoient entre les montagnes, et dans les mains, le volant d’un « muscle car » cabriolet. Un rêve? Presque, si la voiture avait été mienne. Il s’agissait de la première mouture de la Camaro cabriolet 2011, qui fera bientôt son apparition sur nos routes.

Une voiture dont on a vu le prototype à plusieurs reprises, dont la version coupé connaît un succès sans précédent et qui, cela va de soi, avait créé de nombreuses attentes auprès des amateurs. Soyez rassurés, vous ne serez pas déçus!

La Camaro Cabriolet sera la voiture officielle du 100e anniversaire des 500 milles d'Indianapolis. (Photo: Bertrand Godin/Auto123.com)

Du style et de la gueule
Je ne m’en cache pas, je suis un fan sans équivoque des « muscle car » américains. Leur silhouette solide, leur personnalité sportive et clairement définie, les rend infiniment désirables. Une ligne de pensée que la Camaro décapotable reprend avec bonheur.

Comme sa sœur à toit rigide, elle possède un capot qui s’étire ainsi que des phares et une calandre unique, on la distingue facilement même de loin, et ces traits rappellent la silhouette des Camaro des années 60. Ce qui, vous l’aurez compris, n’a rien d’un hasard.

Toutefois en version cabriolet, elle perd un peu de sa lourdeur visuelle et devient plus aérée, plus légère. Le toit en tissu (à trois épaisseurs et d’excellente qualité par ailleurs) demeure un choix intelligent puisqu’il vient adoucir une ligne parfois trop carrée.

Quant à l’habitacle, il conserve le style qu’on lui connaît, reprenant encore une fois les grands traits des anciennes générations, en y ajoutant la touche de modernisme souhaitée. En fait, décapotable ou coupé, l’habitacle de la Camaro possède un tableau de bord simple et efficace.

Des sièges confortables, procurant un support quelquefois léger en virage agressif, mais sans plus. En revanche, si le dégagement est intéressant à l’avant, il n’en va pas de même à l’arrière. L’imposant mécanisme servant à retirer le toit de toile en quelque 20 secondes (dans la moyenne pour un système du genre) oblige à rétrécir un peu l’espace disponible pour les passagers, au détriment de leur confort. Déjà que l’accès n’est pas si simple, les places arrière deviennent donc presque inconfortables à la longue.

Une bonne note cependant pour le coffre arrière qui n’a pas vraiment perdu de capacité quand le toit abrite l’habitacle. Décapoté, l’espace suffit pour une petite valise et un sac d’ordinateur.

Une bonne note cependant pour le coffre arrière qui n’a pas vraiment perdu de capacité quand le toit abrite l’habitacle. (Photo: Bertrand Godin/Auto123.com)