Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Chevrolet Impala LTZ 2006 : essai routier

Chevrolet Impala LTZ 2006 : essai routier

Une rivale américaine pour l'Accord et la Camry? Par ,

Une rivale américaine pour l'Accord et la Camry?
 
Depuis la disparition de la Caprice à roues motrices arrière, l'Impala à traction avant est devenue la plus grande berline de Chevrolet. (Photo: Rob Rothwell, Canadian Auto Press)
Depuis la disparition de la Caprice à roues motrices arrière, l'Impala à traction avant est devenue la plus grande berline de Chevrolet. Équipée de la banquette avant optionnelle, cette dernière est capable d'accueillir six occupants, ce que bien peu de voitures peuvent faire de nos jours en raison de la popularité des sièges baquets, qui privilégient le confort et le support. J'étais tout de même content de voir que mon modèle d'essai était muni de tels sièges entièrement ajustables au lieu de la banquette. C'est déjà assez gênant de se promener dans une berline américaine à traction avant et moteur V6, avec le levier de vitesse sur la colonne de direction en plus - je blague, bien sûr.
 
Chevrolet a rafraîchi autant l'intérieur que l'extérieur de l'Impala pour 2006, question de lui donner un look plus moderne. (Photo: Rob Rothwell, Canadian Auto Press)
Chevrolet a rafraîchi autant l'intérieur que l'extérieur de l'Impala pour 2006, question de lui donner un look plus moderne. À part l'aileron ajouté à l'arrière de ma LTZ d'essai, j'ai trouvé que cette grande berline intermédiaire était relativement attrayante. Elle n'est évidemment pas dans la même ligue que les Infiniti et Lexus, mais elle est tout aussi séduisante que la Honda Accord et la Toyota Camry - peut-être même plus si on compare les habitacles. La compagnie a conçu un intérieur sobre mais dont l'assemblage est hautement précis, marquant ainsi une grande différence par rapport aux habitacles que GM nous offrait il y a quelques années.
 
Les commandes de mon modèle d'essai ont fonctionné à merveille; leur sensation tactile était de plus très raffinée grâce à des surfaces adhérentes sur les boutons de la radio et du climatiseur. (Photo: Rob Rothwell, Canadian Auto Press)
Les commandes de mon modèle d'essai ont fonctionné à merveille; leur sensation tactile était de plus très raffinée grâce à des surfaces adhérentes sur les boutons de la radio et du climatiseur. La disposition des instruments et des divers contrôles est logique et généralement simple. Rien de complexe qui susciterait la colère et l'énervement des néophytes de la technologie, comme des interfaces multifonctions et des écrans ACL avec menus. Malheureusement, on retrouve tout de même de petits indicateurs lumineux sur certaines commandes qui contredisent le souci de l'Impala pour la simplicité en rendant les réglages difficiles à déchiffrer d'un seul coup d'oeil.

La qualité de fabrication de l'Impala est digne de mention, autant à l'intérieur qu'à l'extérieur. Le seuil entre les panneaux est mince et précis.
Le remodelage que Chevrolet a effectué sur l'Impala pour 2006 n'est pas que visuel. (Photo: Rob Rothwell, Canadian Auto Press)
Les portes se ferment facilement et hermétiquement en laissant échapper un son convaincant. Idem pour le coffre. Toutefois, le remodelage que Chevrolet a effectué sur l'Impala pour 2006 n'est pas que visuel. Un nouveau design de suspension sert de base à la voiture, qui bénéficie par surcroît d'une puissance et d'une agilité accrues grâce à de nouveaux moteurs. Celui de base est le vénérable V6 de 3,5 litres de GM, mais son rendement a été augmenté de 30 chevaux pour un total de 210. On retrouve aussi le V6 de 3,9 litres développant 240 chevaux que le constructeur a récemment introduit. Cette nouvelle recrue comprend deux soupapes par cylindre (et non quatre comme beaucoup de compétiteurs) ainsi que la technologie de calage variable des soupapes. Son couple est coté à 245 lb-pi. Pour les fans des moteurs à huit cylindres, sachez que l'Impala SS est alimentée par un V8 de 5,3 litres libérant 303 chevaux.