Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Chevrolet Traverse 2LT 2009 : essai routier

Chevrolet Traverse 2LT 2009 : essai routier

À la plage avec mon Chevrolet... Par ,

On n’en finit plus de critiquer les utilitaires sport et autres gros véhicules de ce bas monde. «Les gros VUS sont néfastes», «Ces mastodontes polluent trop» et «Pourquoi avez-vous besoin d’un aussi gros camion?» sont des phrases qu’on entend souvent sortir de la bouche d’individus qui se disent verts et respectueux envers Dame Nature. Ironiquement, certains d’entre eux conduisent des Tercel ou des Accent vieilles de 15-20 ans qui polluent encore plus que les nouveaux VUS et véhicules multisegments récemment lancés sur le marché.

Le Chevrolet Traverse 2010 est assurément un véhicule compétent et polyvalent.

En fait, cette situation n’est pas rare… même s’il faut reconnaître que très peu de gens ont véritablement besoin de remorquer une charge de plus de 2300 kilos (5200 livres), par exemple. On revient toujours à la question du besoin : tant que des consommateurs exigeront de gros véhicules et que les manufacturiers feront des profits à leur en offrir, ces modèles continueront d’exister. Évidemment, ces mêmes manufacturiers ne pourraient pas continuer à produire des monstres aussi assoiffés de pétrole qu’autrefois. Cela représente d’ailleurs un autre besoin des acheteurs -- des véhicules plus efficaces et plus propres.

Pour l’amour de l’essence
Plusieurs l’ignorent, mais General Motors détient depuis longtemps le titre de champion de l’économie d’essence dans le créneau des véhicules pleine grandeur. Ainsi, ses camionnettes et utilitaires figurent souvent parmi les plus économiques de l’industrie. Il ne faut donc pas se surprendre que le nouveau Chevrolet Traverse 2009 soit relativement peu accro à l’or noir. J’ai eu la chance d’en faire l’essai routier pendant un peu plus de deux semaines et j’ai obtenu une moyenne tout juste inférieure à 12 litres aux 100 kilomètres (total de 1750 kilomètres). Je dois préciser que j’ai complété les trois quarts en compagnie de trois autres personnes et des bagages pour une semaine à la plage. Chemin faisant, nous avons sillonné le Crawford Notch State Park et les White Mountains de la Nouvelle-Angleterre. Le moins que je puisse dire, c’est que le Traverse m’a impressionné!

À mon avis, ce dernier renferme le meilleur V6 atmosphérique de l’histoire de GM. Il s’agit d’un moteur de 3,6 litres à haut rendement qui génère une puissance appréciable de 281 chevaux et un couple de 266 livres-pied via une boîte automatique à six rapports et un système à traction avant (traction intégrale en option). Il se veut non seulement fluide et raffiné, mais il sait aussi livrer la marchandise. Au décollage, les roues motrices plantent leurs griffes et le véhicule bondit instantanément. Or, si le moteur possède beaucoup de cœur, la transmission représente un point faible. À moins d’appuyer doucement et progressivement sur l’accélérateur, elle tend à hésiter et à fouiller avant de trouver le bon rapport. Quand c’est fait, par contre, le Traverse se déplace vraiment à vive allure.

Le moteur de 3,6 litres à haut rendement génère une puissance appréciable.