Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Chevrolet Volt 2016 : essai routier

Chevrolet Volt 2016 : essai routier

Elle se fond mieux dans la jungle urbaine Par ,

Le réputé animateur américain – et avide collectionneur automobile doit-on le rappeler – Jay Leno, l’a déjà dit lors d’une entrevue avec James May de la populaire émission britannique TopGear, il y a de cela quelques années déjà : « cette voiture pourrait bien être celle qui va sauver nos belles voitures propulsées à l’essence », avait-il mentionné à son interlocuteur en parlant de la Honda FCX Clarity à l’époque. 

C’est un peu avec cette mentalité que j’ai abordé cet essai de la Chevrolet Volt 2016. J’aime – que dis-je? – j’adore les voitures de ma jeunesse et même celles qui ont précédé mon existence pour leurs caractères uniques, leurs imperfections, leurs vibrations, leurs histoires respectives  et même leurs odeurs. Mais, comme le faisaient remarquer ces 2 vedettes de l’automobile moderne, un jour ou l’autre, il va falloir dire adieu à notre dépendance au pétrole. 

En attendant cette date inconnue, l’industrie automobile se penche déjà sur des solutions alternatives et je n’ai même pas besoin de les énumérer, car elles roulent déjà sur nos routes. C’est là qu’entrent en jeu des véhicules comme la Chevrolet Volt 2016 qui entame sa 2e génération cette année. Pourquoi, me direz-vous? Parce que ce genre de voiture qui fuit les stations-service comme la peste contribue à retarder cette fameuse date où la dernière goutte d’huile sera extraite du sous-sol de notre planète. Si une voiture comme la Volt peut nous permettre de prolonger le plaisir avec nos vieilles voitures du passé, j’embarque et je suis persuadé que d’autres sont prêts à passer en mode électrique rechargeable.

Les nouveautés
Mais qu’a-t-elle de si intéressant cette Chevrolet Volt 2016? Eh bien, sans vouloir froisser les propriétaires de la première Volt, celle-ci est, à mon humble avis, plus jolie. Sa silhouette est plus attrayante que l’ancienne, et ce, malgré le fait que le département de design a su garder les spécificités de la 1re génération comme cette pointe noire qui prolonge la fenestration latérale ou le fait que la voiture soit équipée d’un hayon par exemple. La bonne nouvelle, c’est qu’elle se fond beaucoup mieux dans la jungle urbaine, contrairement à d’autres véhicules verts qui essaient de trop en faire en matière de design. 

Heureusement, les améliorations ne s’arrêtent pas uniquement au look de la voiture. Non, car le poids total de la caisse a lui aussi été abaissé de 108 kg, un exploit rendu possible par l’utilisation de 2 moteurs électriques plus légers que par le passé, mais aussi en réduisant le nombre de batteries nécessaires pour alimenter la voiture. En effet, en plus d’offrir une capacité supérieure (18,4 kWh), le bloc de batterie ne fait appel qu’à 192 cellules, soit 96 de moins que dans l’ancien modèle. Chevrolet affirme que la voiture peut rouler en mode électrique sur une distance théorique de 80 km.

Les ingénieurs ont également troqué l’ancien moteur 4-cylindres de 1,4-litre pour un bloc à injection directe d’une cylindrée de 1,5-litre pouvant carburer à l’essence ordinaire, ce dernier agissant encore à titre de générateur lorsque les batteries tombent à plat. Le système de freinage a lui aussi été révisé à la hausse, ce qui veut dire qu’il est plus efficace que l’an dernier, tandis que la rigidité de la plateforme serait supérieure à l’ancienne, une caractéristique qui améliore le silence de roulement. 

La nouvelle Volt n’est toutefois pas parfaite. La vision arrière est toujours aussi exécrable, tandis que l’assise à l’arrière, malgré la présence de 3 ceintures de sécurité, est loin d’être idéale pour celui ou celle qui prend place au centre. Autre constat : les essuie-glaces à angle inversé émettent un vacarme franchement désagréable lorsqu’ils ne sont pas suffisamment lubrifiés. Quant à l’accès à bord, disons qu’il existe des options plus pratiques pour ceux qui recherchent un véhicule à caractère familial.

Le quotidien d’une Volt
J’ai beau être attaché aux vieilles voitures, cette Chevrolet Volt 2016 m’interpelle. Bon, elle a moins de points en commun avec l’automobile telle qu’on la connaît, mais en revanche, elle se comporte comme une berline compacte moderne et c’est probablement ce qui ressort le plus de ce bref contact. Outre le silence (en mode électrique bien sûr), c’est ce côté rassurant qui règne à bord de la petite voiture. 

Le châssis rigide est un gage de sécurité et la suspension ferme rend la conduite plus excitante qu’elle n’y paraît. Disons que jusqu’ici, à l’exception d’une certaine Tesla, les voitures vertes n’ont pas réellement soulevé de passion chez les automobilistes. J’ai tout de même ressenti un certain flou dans la direction, mais bon, il se fait pire sur le marché.

La Chevrolet Volt 2016 profite de la technologie électrique pour enregistrer des accélérations surprenantes en ville. Un simple coup de pédale et vous voilà rendu à une vitesse supérieure aux 40 km/h permis, tandis que les freinages sont impressionnants surtout avec la palette logée du côté gauche du volant qui permet la récupération d’énergie. À vitesse d’autoroute, la berline demeure très stable grâce à son centre de gravité plus bas que la moyenne, mais à quelques reprises, j’ai pu ressentir une hésitation provenant du groupe motopropulseur. L’anomalie – si c’en est une – n’a pas été ressentie trop souvent, ce qui me laisse croire à un incident anodin, du moins je l’espère!

La beauté d’une voiture munie d’une génératrice comme la Volt est qu’il est impossible de tomber en panne à cause d’une baisse d’énergie électrique. Non, grâce à ce moteur thermique, les 2 moteurs électriques ne manqueront jamais d’électricité, à condition de passer à la station-service à l’occasion. Toutefois, les acheteurs de ce genre de véhicule savent à quoi s’attendre. En calculant bien ses distances à parcourir, il est possible de rouler en mode strictement électrique pendant plusieurs jours consécutifs sans même entendre le moindre son provenant du moteur 4-cylindres. 

Le hic avec la Volt et la technologie électrique en général, c’est lorsque le mercure descend sous zéro. En effet, malgré une recharge complète, je n’ai pu surpasser la marque des 56 km d’autonomie théorique en mode électrique, alors que le constructeur annonce 80 km dans son document officiel. Avec un garage chauffé, cette situation aurait été différente. Vous comprenez donc qu’une fois la saison chaude revenue, cette perte d’autonomie sera résorbée.

Conclusion
Après 5 jours au volant de cette électrique rechargeable, mon impression est favorable. J’ai obtenu une moyenne de consommation de 5,1 L/100 km en mode combiné, car j’ai dû conduire au-delà des 56 km d’autonomie théorique. La Chevrolet Volt 2016 ne s’adresse pas encore à un vaste auditoire à cause de son prix de départ de 40 000 $ et des poussières. Bien entendu, il y a ce rabais provincial de 8000 $ qu’il ne faut pas oublier de soustraire à l’équation, mais malgré tout, avec quelques options, la facture demeure salée. En attendant une solution durable en matière d’énergie propre, cette Chevrolet Volt 2016 représente tout de même le meilleur compromis pour sauver à la pompe… et peut-être même sauver nos vieilles bagnoles encore quelques années!

Essais routiers et évaluations

Consommateurs
Chevrolet Volt 2016
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Chevrolet Volt 2016
Chevrolet Volt 2016
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Photos :V.Aube
2016 Chevrolet Volt pictures