Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Chrysler 300C à TI 2011 : essai routier

Chrysler 300C à TI 2011 : essai routier

Améliorée là où elle en avait besoin Par ,

La Chrysler 300 a causé tout un remous lorsqu’elle a été réintroduite sur le marché pour le millésime 2005. Arborant une carrosserie pour le moins frappante, elle n’a laissé personne indifférent. En fait, la 300 a plus ou moins porté la division Chrysler sur ses épaules depuis, constituant le produit le plus intéressant de la gamme.

Chrysler 300C à TI 2011 vue 3/4 arrière
La Chrysler 300 2011 arbore un look adouci, plus élégant. (Photo: Michel Deslauriers/Auto123.com)

Six ans sans changement majeur, c’est long pour une voiture, alors la refonte de la 300 en 2011 est plus qu’appréciée. Cette fois-ci, toutefois, son style gangster prend une approche un peu plus conservatrice.

Elle exhibe maintenant une présence adoucie, plus élégante avec ses phares affleurés, ses garnitures chromées additionnelles et ses phares un tantinet plus étroits. On a entièrement redessiné la carrosserie de la voiture, mais elle demeure sans contredit une 300. Puisqu’elle s’est taillé une certaine notoriété, Chrysler semble avoir décidé qu’un style encore plus agressif n’était pas nécessaire. Et elle a raison.

Oui, elle a toujours un HEMI
Que serait une 300C sans un moteur V8. De retour donc, le HEMI de 5,7 litres, produisant 363 chevaux et un couple de 394 lb-pi tout en étant jumelé à une boîte automatique à 5 rapports. Notre voiture d’essai dispose également d’une transmission intégrale, ajoutant 2 000 $ au PDSF.

La 300C à TI décolle de 0 à 100 km/h en 6,0 secondes et franchit le quart de mille en 14,2 secondes à 160 km/h : plutôt rapide pour une berline de 4 500 lb (2 045 kilos). La boîte de vitesses travaille vraiment bien, rétrogradant en un instant et conservant le moteur dans sa plage de puissance lorsqu’on le désire.

À 100 km/h, cependant, le HEMI révolutionne à 1 900 tr/min, un peu vite pour un gros V8 avec un couple généreux. Durant un voyage aller-retour de Montréal à Monticello, New York, la 300C a consommé en moyenne 9,9 L/100km. Une boîte à 8 rapports sera ajoutée à la 300 pour 2012, mais pour le moment, elle ne servira qu’à gérer le V6 de 3,6L. On assume qu’elle sera éventuellement appariée au V8, réduisant logiquement la consommation de carburant.

Côté tenue de route, la 300C nous fait gratter la tête un peu. Elle se débrouille bien sur la route, pourtant en entrant dans une courbe, cette grosse Chrysler semble hésitante à obéir et sous-vire un peu. Et puis elle finit par abdiquer, prenant la courbe comme vous le souhaitiez. Ceci se passe évidemment très rapidement, et ça ne représente pas vraiment un gros problème, puisqu’on ne s’attend pas à ce que la 300C soit une bête des routes sinueuses de toute façon.

Chrysler 300C à TI 2011 moteur
Le V8 HEMI de 5,7 litres est toujours offert, générant 363 chevaux et un couple de 394 lb-pi. (Photo: Michel Deslauriers/Auto123.com)