Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Dodge Challenger SRT Hellcat 2015 : essai routier

Dodge Challenger SRT Hellcat 2015 : essai routier

Elle impose le respect Par ,

Les passionnés de l’écusson Mopar ont été choyés dernièrement. Non seulement la division Dodge a revu de manière assez convaincante son duo de muscle cars composé de la Challenger et de la Charger, mais en plus, les sorciers du constructeur américain ont trouvé le moyen d’ajouter de l’huile sur le feu. 

Voyez-vous, les récentes additions de la concurrence que sont la Camaro ZL1 (580 ch) et la Ford Mustang Shelby GT500 (662 ch) – un modèle qui n’est déjà plus commercialisé – ont rapidement relégué la Challenger SRT8 au 3e rang de la catégorie en matière de puissance. 

Il n’en fallait pas plus pour que quelqu’un au sein de l’aile SRT se dise qu’il fallait contrattaquer. Voilà la raison d’être de la nouvelle Challenger SRT Hellcat 2015 : dominer la catégorie, et pourquoi pas le monde! Si on exclut quelques exotiques à diffusion extrêmement limitée, le nouveau monstre de Dodge est équipé du V8 le plus puissant sur la planète toutes catégories confondues. Tout cela pour un prix de départ de 63 995$. De la pure folie vous dites?

Mécanique infernale
Parlons-en de cette puissance infernale! Après tout, cette édition spéciale s’appelle bien « Hellcat », n’est-ce pas? Évidemment, c’est un V8 HEMI qui prend place sous le long capot, mais ce dernier a une cylindrée de 6,2-litres et est coiffé d’un compresseur volumétrique de 2,4-litres livrant une pression de 11,6 psi. Résultat : la puissance totale est de 707 chevaux, et le couple maximal est de 650 lb-pi. 
Oui, vous avez bien lu, ce muscle car fièrement assemblé à Brampton en Ontario est plus puissant qu’une Lamborghini Aventador LP700-4. Dans le cas qui nous intéresse, le coupé fourni pour ce bref essai automnal était muni de la boîte de transmission optionnelle, c’est-à-dire une bonne vieille manuelle à 6 rapports provenant de Tremec. 

Rassurez-vous, plusieurs composantes de la mécanique ont été renforcées pour résister à cette cavalerie gonflée à bloc. Mentionnons notamment le vilebrequin, les pistons et les bielles, tous en acier forgé, alors que les culasses en aluminium ont été traitées pour affronter des chaleurs extrêmes. 

La SRT Hellcat a aussi droit à du renfort au niveau des freins à disques Brembo, le diamètre des disques avant étant plus imposant en 2015. De plus, les étriers ont dorénavant 6 pistons pour plus de mordant. Disons seulement que le poids de cette bête exige l’installation de freins plus performants. Le différentiel à glissement limité bénéficie d’un rapport de pont de 3:70 (contre 3:90 sur la SRT8 392), de même que les barres stabilisatrices se font plus grasses. 

Plus moderne à l’intérieur
L’autre bonne nouvelle pour 2015 se trouve à l’intérieur. En effet, l’archaïque planche de bord de la Challenger a été remplacée par une configuration beaucoup plus moderne, assez semblable à celle proposée sur la Charger depuis quelques années. La qualité des matériaux est en hausse, tandis que l’écran du système UConnect est désormais plus joli à regarder. Le volant est également redessiné – lire plus agréable à prendre en main –, et les sièges enveloppants s’avèrent suffisamment moelleux pour les longues balades. Vous aurez peut-être remarqué le levier de vitesse de type « pistol grip » qui a lui aussi été troqué pour un pommeau plus traditionnel. Si la banquette arrière se trouve difficile d’accès, il n’en reste pas moins que la Challenger est la seule voiture du segment à offrir tant d’espace à ce niveau. 

Conduire une Hellcat… en hiver!
Mais, la question qui demeure : peut-on vivre au quotidien avec une telle machine de guerre? Évidemment, la réponse est oui puisqu’il s’agit d’une voiture de production, mais il faut être complètement fou pour considérer la SRT Hellcat comme un choix sensé. Ce symbole suprême de muscle américain est tout sauf sensé! 

Premièrement, il y a la consommation de carburant qui oscille aux alentours des 25 L/100 km en ville! Deuxièmement, cet embrayage est d’une lourdeur inégalée – je n’ose même pas penser au calvaire de la circulation lourde à bord de cette version. Puis, il y a toute cette puissance. Oui, je l’admets, essayer une Challenger Hellcat au début du mois de novembre est une idée farfelue – j’ai même dû composer avec une mince accumulation de neige. Une pression trop grande sur la pédale de droite et les pneumatiques patinent instantanément. 

Malgré tous ses défauts, la Challenger la plus puissante de l’histoire s’avère un jouet extrêmement amusant à conduire. Le son diabolique qu’émettent les 2 pots d’échappement à l’arrière est digne de la série NASCAR et c’est sans compter l’agréable sifflement du compresseur à l’avant chaque fois que le pied droit en redemande. La tenue de route est excellente compte tenu de la bestialité de l’engin, idem pour le freinage et même si la suspension se fait un peu ferme par moments, la Hellcat demeure confortable sur les longues lignes droites de notre continent. 

Puis l’avez-vous regardée? Avec ses jantes de 20 pouces et sa carrosserie noire, la Dodge Challenger Hellcat 2015 impose le respect partout où elle passe. 

 

Essais routiers et évaluations

Consommateurs
Dodge Challenger 2015
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler

Sommaire de l'évaluation

    Dodge Challenger SRT Hellcat 2015
    Dodge Challenger SRT Hellcat 2015
    Évaluer ce véhicule
    Esthétique
    Accessoires
    Espace et accès
    Confort
    Performance
    Dynamique de conduite
    Sécurité
    Appréciation générale
    Nom
    Courriel
    Commentaire
    Mot de passe
    Mot de passe oublié? Cliquez ici
    Annuler