Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Essai du Dodge Durango 2019 : juste assez pour nous faire patienter

C’est en 2011 que le Dodge Durango a été introduit sur le marché de l’automobile et bien qu’il ait bien vieilli, le VUS familial a pris un peu de la bouteille. En attendant sa refonte, le Durango 2019 revient avec cinq versions tout en proposant la possibilité d’être alimenté par un moteur V8. Le segment des VUS intermédiaires à sept places étant très populaire, c’est avec ce moteur puissant que Dodge a décidé de se démarquer pour cette année 2019.

Le Durango, friand de regards
Haut et agressif sur ses pattes, le Durango est un véhicule qu’on ne peut pas rater sur la route. Il se situe entre le VUS intermédiaire et le VUS pleine grandeur, et c’est une véhicule qui s’impose naturellement dans la circulation.

La version GT que nous avons conduit propose des roues 20 pouces en aluminium couleur charbon ainsi qu’une calandre et un bouclier avant haute performance pour un rendu un peu plus agressif.

En le regardant de derrière, on retrouve des grands feux arrières à DEL en forme de « piste de course » qui enveloppent toute sa largeur et qui restent unique à Dodge, ainsi qu’un hayon à commande électrique.

Photo : Dodge

L’intérieur, agréable et bien pensé  
À l’intérieur, le Durango propose un espace vaste et bien pensé. Notre véhicule disposait d’un intérieur noir avec des sièges en cuir très confortables et à réglage électrique. Ces sièges sont chauffants à l’avant ainsi qu’à la deuxième rangée.

La première chose que l’on a noté en nous installant dans le véhicule, c’est que tout est à la bonne place pour rendre son utilisation facile. De gros boutons pour le volume et pour régler le ventilateur ne passent pas inaperçus. Impossible de les rater, cependant je doute un peu de leurs qualités sur le long terme.

Le levier de vitesse tombe bien sous la main tout en étant vraiment ergonomique. On retrouve aussi un volant gainé de cuir chauffant, qui chauffe un peu trop à notre avis … les frileux seront contents.

Parmi les fonctions offertes de série, on retrouve aussi le démarrage par bouton-poussoir et la climatisation à trois zones.

Le centre multimédia Uconnect est également inclut de série. Ce système est intuitif, facile d’utilisation et on ne prend pas des heures pour s’y habituer. On y accède via un écran tactile de 7 pouces ; la compatibilité  avec Apple CarPlay et Android Auto est de la partie. Encore mieux, vous trouverez en option un système de catégorie supérieure avec le Uconnect 4C NAV qui propose un plus grand écran avec ses 8,4 pouces. À notre avis, il s’agit là d’un des meilleurs systèmes du marché.

Photo : Dodge

Le VUS est livré avec un système audio à six haut-parleurs et deux ports USB, et parmi les nouvelles options que le Dodge Durango 2019 propose on compte un système audio harman/kardon à 19 haut-parleurs de toute beauté !!

De la place en tab…
Le Durango est un véhicule qui peut accueillir jusqu’à sept passagers bien que la banquette de derrière ne soit pas des plus utiles. Dodge offre également la possibilité d’ajouter des sièges capitaine à la deuxième rangée. Une option tout aussi intéressante pour transporter six passagers et avec plus de confort.

Il ne faut pas se leurrer, comme d’habitude la troisième rangé c’est pour transporter les plus jeunes, et c’est tout. Et si on souhaite y caser deux paires de grandes jambes, on se contentera de petits trajets. Et encore là…

Côté sécurité, on retrouve des fonctions d’assistance active au conducteur pour les versions les plus hautes avec un régulateur de vitesse adaptatif, un avertisseur de sortie de voie, un avertisseur de collision avant ainsi qu’un freinage d’urgence automatique. En facultatif sur tous les niveaux on retrouve la surveillance des angles morts et l’alerte de trafic transversal arrière.

Côté mécanique
Notre véhicule d’essai, la version GT, dispose d’un moteur V6 de 3,6 litres qui développe 293 chevaux (295 ch sur les modèles à double échappement) et 260 lb-pi de couple. On retrouve cette puissance associée à une boite automatique à huit vitesses ainsi qu’une possibilité de remorquer jusqu’à 3946 kg. Plutôt bien adapté aux familles qui veulent partir pour le weekend avec les motoneiges, disons !  

Le moteur répond à la perfection, il est solide et ne demande qu’à être sollicité. C’est sûr, que la consommation s’en refera sentir avec une moyenne observée de 14,8 l / 100 durant notre semaine.

Pour ceux à qui ce « petit moteur » ne suffit pas, ils auront la liberté de choisir deux autres moteurs V8. Le premier de 5,7 litres développe 360 chevaux et 390 lb-pi de couple pour le modèle R/T et le second, un 6,4 litres, développe près de 475 ch et 470 lb-pi de couple pour le modèle SRT … vous aurez l’embarras du choix !!

Sur la route
Nous avons trouvé que le Durango GT offrait une conduite idéale pour le quotidien et que le trajet n’était pas fatiguant à son bord. C’est un véritable poisson dans l’eau sur les routes bien qu’il ne soit pas hyper performant lorsque l’on rencontre un virage serré.

En ligne droite, le Durango offre une forte accélération et une tenue de route plutôt bonne pour un véhicule de cette envergure. Il est parfois un peu raide, mais dans son ensemble le confort est là.

Si la version GT offre une telle accélération, on imagine bien entendu que le Durango SRT muni du 6,4 litres en offre une des plus explosives.

Photo : Dodge

Côté Prix
La version de base SXT coutera aux consommateurs un minimum de 45 395 $ ; notre GT est à 50 395 $, le Citadel 58 395 $, le R/T 58 895 $ et la dernière finition le SRT commence à 73 895 $.

À notre sens, l’écart de prix est trop important et un peu trop élevé sur toute la ligne lorsqu’on le compare à la concurrence, surtout compte tenu de l’ancienneté du Durango sur le marché.

Le Durango reste tout de même pertinent face à ses concurrents du segment des VUS de taille moyenne comme le Mazda CX-9, le Ford Explorer ou encore le Chevrolet Traverse. Cependant, la remise à niveau prévue pour les années à venir lui permettra de rester en lice.

Le Durango reste un vrai VUS. À l’inverse de la concurrence dans ce segment où les véhicules se situent quelque part entre les minifourgonnettes et les VUS, on placerait plutôt le Durango à mi-chemin entre les camionnettes et les VUS. On sent que le véhicule est solide, qu’il peut en prendre et qu’il sera bon pour des centaines de milliers de kilomètres.

Certes, tout n’est pas rose à l’intérieur et le besoin de rafraichissement se fait sentir. Dans un segment aussi concurrentiel que celui dans lequel se trouve le Durango, il est assez peu compréhensible qu’une refonte n’ait pas eu lieu. Bien heureusement, Dodge a quand même réussi à moderniser le véhicule au fil des années. L’expérience de conduite est bonne. Par contre le prix de vente est un peu cher pour les versions V8 surtout. Il ne faut cependant pas oublier que le Durango est le seul de sa catégorie à proposer un moteur V8 de performance !

Consultez notre inventaire de véhicules Dodge Durango d'occasion disponibles dans votre région du Canada

On aime

L’intérieur est ergonomique et spacieux
Le système multimédia est très simple d’utilisation
Il se manipule bien malgré sa taille
Sa puissance et son moteur V8 pour les deux derniers modèles

On aime moins

Sa soif de carburant, et notamment avec le moteur V8
Trop de systèmes d’aide à la conduite ne sont pas proposés de série
Les prix, globalement un peu salés