Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Essai: BMW 650i 2006

Essai: BMW 650i 2006

Par ,

Allez-y, vous le méritez

BMW 650i 2006 (Photo: Philippe Champoux, Auto123.com)
Je ne suis pas riche, et je ne le serai probablement jamais. Mais je me suis toujours dit que, même si j'avais les moyens, je ne me paierais jamais une voiture de 100 000 $. Personnellement, je m'imagine plutôt acheter plusieurs véhicules à la fois : un pour les performances, un pour le grand luxe, et un pour les sentiers hors route.

D'autres facteurs entrent également en ligne de compte. Si j'avais une voiture de 100 000 $, je deviendrais fou à l'idée de la laisser dans un stationnement, car un jaloux frustré me laisserait possiblement une belle égratignure dessus. Je serais un paranoïaque insomniaque juste à penser que je pourrais me la faire vandaliser, ou voler tout simplement. Et après tout, ce n'est qu'une voiture, un banal moyen de transport, du métal et du plastique, quatre roues et un volant, non ?

Eh bien, la 650i pourrait bien changer ma façon de penser.

Ce gros coupé BMW a réussi à me manipuler comme une marionnette. La 650i est parfaite. Bon, d'accord, rien n'est parfait dans la vie, mais après une semaine avec cette voiture, le moment de remettre les clés à BMW a été déchirant. Je ressens un vide dans ma vie depuis ce moment. J'exagère juste un peu.

BMW 650i 2006 (Photo: Philippe Champoux, Auto123.com)
Le V8 de 4,8 litres dans la 650i développe 360 chevaux. C'est beaucoup, mais il faut surtout noter que le moteur livre la marchandise à n'importe quel régime. La boîte automatique à 6 rapports travaille tellement rapidement et rétrograde à la vitesse de l'éclair, que le mode manuel est inutile.

C'est une grosse voiture, donc l'espace à l'avant ne manque pas. Il y a suffisamment de dégagement pour les jambes, malgré que le dessus de ma tête est proche du plafond. On peut quand même trouver une excellente position de conduite grâce aux sièges électriques. D'ailleurs, ces dernières s'avèrent d'un confort exemplaire. À l'arrière, c'est difficile pour un adulte d'y accéder, et l'espace pour les jambes est limité. Mais pour de jeunes enfants comme les miens (2 ans et 3 ans et demi), c'est parfait.

Les commandes sont faciles à utiliser, si l'on exclut le foutu système iDrive. On doit utiliser ce bidule pour régler la ventilation, certaines commandes de la chaîne audio (excellente, soit dit en passant) et du système de navigation. Sommes-nous tous d'accord pour dire que c'est trop complexe à opérer lorsqu'on conduit ? En parlant du système de navigation, je m'en suis très peu servi : je n'ai pas inventé la patience, comme on dit. Au moins, le iDrive n'est pas aussi enrageant que celui dans la berline 750Li.


BMW 650i 2006 (Photo: Philippe Champoux, Auto123.com)
Mais est-ce une voiture pour toute la famille ? Pour répondre à cette question, j'ai embarqué la petite famille dans la 650i pour un voyage d'un week-end. Le vaste coffre a relevé le défi, et le trajet Montréal-Québec fût un charme. De plus, en roulant à une vitesse constante de 110 km/h (y'avait des enfants à bord, quand même...), ma moyenne de consommation d'essence n'était que de 9,0 L/100 km, ce qui est excellent. Le reste de la semaine, avec un mélange de ville et d'autoroute, la moyenne se situait autour de 13,0 L/100 km, ce qui est très bien... quoique l'acheteur typique de cette voiture s'en fout probablement.