Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Essai: Chevrolet Avalanche 1500 LTZ 2007

Essai: Chevrolet Avalanche 1500 LTZ 2007

Par ,

Quoique son concept demeure inchangé pour 2007, l'apparence et la construction de l'unique camion Avalanche, de Chevrolet, ont subi
(Photo: Rob Rothwell)
plusieurs changements. Commençons par signaler que le véhicule est maintenant basé sur la nouvelle génération de châssis de camion GMT900, de GM, laquelle comprend aussi les pratiques gammes Yukon et Tahoe pour l'année 2007. On peut remarquer au premier coup d'oeil l'intégration du pare-chocs à la nouvelle valence avant de l'Avalanche. La refonte adoucit le nez de ce gros camion, le rendant considérablement plus aérodynamique, tout en réduisant la turbulence et en améliorant la consommation de carburant, ne serait-ce qu'un peu. L'inclinaison du pare-brise du camion contribue également à réduire le coefficient de pénétration dans l'air de l'Avalanche. Globalement, la qualité d'assemblage de l'extérieur est grandement améliorée par rapport aux versions précédentes de ce pick-up transformable en VUS. Malgré les changements significatifs à l'extérieur, les améliorations les plus susceptibles d'attirer les regards du consommateur se retrouvent à l'intérieur. Pour demeurer dans la ligne de conception des GMT900, le tableau de bord de l'Avalanche a été abaissé et totalement redessiné pour 2007, l'opération lui donnant un look plus proche de Cadillac que de Chevrolet. L'aménagement du tableau de bord et le design de l'habitacle rivalisent maintenant avec les arrangements de haut de gamme que Ford a introduit dans ses camions ces dernières années.

Le véhicule d'essai que m'a fourni GM fut la version LTZ toute équipée de l'Avalanche, à laquelle fut ajouté un système de divertissement, sous la
(Photo: Rob Rothwell)
forme d'un lecteur de DVD muni de casques d'écoute sans fil et d'un toit ouvrant à commande électrique. Avec de tels ajouts, l'Avalanche parvient davantage à imiter un luxueux vaisseau terrestre qu'un pick-up demi-tonne de plein format. Le nouvel habitacle de l'Avalanche est quand même surprenant, sans oublier de mentionner qu'il regorge d'espace. Les matériaux utilisés sont beaucoup moins typiques d'un camion que ce qui recouvrait autrefois son intérieur. L'environnement rehaussé et les sièges merveilleusement confortables se marient vraiment bien avec la portée douce du véhicule. L'Avalanche est si doué pour absorber les dégradations de la route avant qu'elle n'affecte l'habitacle que les passagers pourraient être surpris d'apprendre qu'ils roulent dans un rude véhicule à quatre roues motrices (4RM) qui offre un dégagement minimum de 231 mm (9,1 pouce); l'Avalanche dissimule vraiment bien ses capacités en 4RM. (Un modèle Avalanche à deux roues motrices est disponible aux USA et au Canada). Le raffinement est définitivement un point fort de l'Avalanche - et il s'étend aussi à son rouage d'entraînement.

Mon véhicule d'essai était animé par un moteur V8 "flex-fuel" de 5,3 litres produisant 310 chevaux, lequel est de série sur l'Avalanche à 4RM. Le
(Photo: Rob Rothwell)
terme "flex-fuel" signifie que ce moteur peut fonctionner avec un mélange allant jusqu'à 85 pour cent d'éthanol et 15 pour cent d'essence. L'éthanol est un biocarburant dérivé des plantes, comme les céréales et le maïs. Son utilisation, quoiqu'étant encore à ses premiers balbutiements, aidera à réduire notre dépendance au pétrole tout en réduisant les émissions de gaz à effet de serre. Ce biocarburant est également une source d'énergie renouvelable, ce qui pourrait rendre un grand service à l'industrie agricole domestique. Le Vortec 5300 est encore plus vert grâce au système de gestion active de carburant de GM, lequel désactive quatre de ses huit cylindres quand la demande de puissance est moindre. Moins de cylindres actifs veulent dire moins de carburant consommé, ce qui résulte en une réduction des émissions polluantes et une économie d'essence améliorée. Et regardons la situation en face, tout ce qui permettra d'aller chercher quelques kilomètres de plus d'un réservoir d'essence est grandement apprécié lorsque l'on roule un véhicule qui fait osciller la balance à un lourd 2518 kg (5539 lbs). Mais même équipé des dernières technologies pour réduire la consommation d'essence, l'Avalanche 2007 demeure assoiffé. Parcourir 100 kilomètres en ville, selon GM, vous demandera 15,4 litres d'essence conventionnelle, alors que la même distance sur l'autoroute exigera 10,4 litres de ce nectar doré. (Soit respectivement 15 et 22 milles au gallon US). Un mélange d'éthanol et d'essence permettra de réduire ces données de consommation.