Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Honda CR-V : l’ennuyeux destin d’une super vedette

Le CR-V a fait ses débuts en 1997 et dès le départ, il a remporté un succès fou. Rapportons-nous à ce moment pour se rappeler que les VUS ne jouissaient pas encore de la popularité qu’on leur connaît aujourd’hui. Le petit baroudeur s’est imposé de lui-même et il l’a fait en raison d’un format intéressant, d’un style craquant pour l’époque avec le pneu de rechange monté au hayon et, bien sûr, une fiabilité à toute épreuve. 

La mode était lancée chez Honda et au fil des années et des générations, les acheteurs se sont multipliés au point où le CR-V n’est pas seulement devenu un bon vendeur, il est l’un des plus performants à ce chapitre chez Honda et à travers l’industrie. 

Aujourd’hui, alors que le modèle de la génération actuelle, la 5e, est sur le point d’entreprendre sa troisième année depuis sa refonte de 2017, il est plus abouti que jamais. Il fait tout bien et cache habilement les quelques défauts qui sont siens. 

Le meilleur des mondes ? Pas nécessairement, car ceux qui ont connu les premiers CR-V se souviendront que le véhicule avait un petit cachet et proposait un agrément de conduite… Un agrément de conduite point ! 

Aujourd’hui, l’expérience à son volant est devenue aussi intéressante que l’admiration d’un ciel gris. 

Aussi efficace qu’ennuyeux, finalement.

 

Photo : Honda

Le style Honda

En matière de design, on ne peut pas dire que Honda a la main heureuse depuis quelques années. En fait, la firme se cherche et accouche de modèles qui peinent à se démarquer, stylistiquement parlant. 

Le CR-V en fait partie. 

Heureusement, on a conservé une tradition chez la marque, soit celle de disposer à la verticale et de façon élevée les feux arrière ; voilà le genre de trait qui permet à un modèle d’avoir son identité propre. 

Du reste, c’est plutôt banal. La version Touring que nous avions à l’essai arbore tout de même quelques éléments qui lui sont réservés comme des rails de toit en aluminium, des phares aux D.E.L. et des roues de 18 pouces qui montrent un dessin unique. 

À bord

En grimpant dans le CR-V, on découvre un environnement qui a été pensé pour la fonctionnalité, d’abord. Les espaces de rangement sont nombreux, notamment à la console centrale, et le dégagement est généreux à toutes les places, si bien qu’on se sent bien une fois attaché. Pour ce qui est de la position de conduite, il n’y a rien à redire là-dessus ; elle est parfaite. 

Là où ça s’est gâté, c’est avec l’arrivée de la technologie. À ce chapitre le CR-V avance des trucs vraiment bien comme la compatibilité avec les applis populaires Apple CarPlay et Android Auto. En revanche, il nous sert un écran multimédia au graphisme douteux et dont les touches tactiles demandent pratiquement d’être à l’arrêt pour être bien être sélectionné. 

Rageant !

En fait de volume de chargement, là, le CR-V est premier de classe. Le seuil est à la fois bas et une fois les sièges abaissés, on obtient un plancher plat et 2146 litres de capacité sont libérés. 

Impressionnant !

Photo : Honda

Neutre

La neutralité, c’est le mot qui sert à définir la conduite du CR-V.

Dès qu’on enfile les premiers kilomètres, on comprend très bien que Honda souhaite charmer le plus grand nombre de consommateurs avec ce véhicule. Le CR-V avance un excellent niveau de confort, propose une belle douceur de roulement et sa cabine se veut bien insonorisée. Surtout, sa conduite se veut rassurante. 

Si vous êtes à la recherche d’un quelconque plaisir au volant, vous devrez regarder ailleurs ; le CR-V livre tout, sauf cela. 

En matière de prestations, on s’en tire plutôt bien avec les 190 chevaux du 4-cylindres turbo de 1,5 litre qui loge sous le capot. Ce qui aide, c’est la disponibilité des 179 livres-pieds de couple dès les 2000 tours/minutes, ce qui fait qu’on ne se sent jamais à court de puissance. Quant à la transmission à variation continue qui équipe le modèle, elle fait du bon travail et limite ses larmoiements à l’accélération. Franchement, il n’y a rien à redire sur son rendement. 

Surtout, elle contribue grandement à abaisser la consommation d’essence. Ma semaine au volant s’est soldée par une cote moyenne de 7,4 litres aux 100 kilomètres. 

Le hic, cependant, c’est que vous ne pouvez pratiquement rien tracter avec le CR-V. La capacité est limitée à 680 kg, soit 1500 livres. 

Sur ce point, c’est décevant. 

À ceux qui ont des besoins en la matière, Honda va vous suggérer le Ridgeline ou le VUS Pilot… mais vous pouvez regarder ailleurs dans la catégorie.

Conclusion

Le CR-V est l’un maître de son créneau avec le Toyota RAV4 et le Nissan Rogue. Dans ce segment fort populaire, les bons candidats ne manquent pas. L’important, ce sera de bien évaluer vos besoins. Si c’est au chapitre du remorquage, le Mitsubishi Outlander est apte à tracter 3500 livres. Le Mazda CX-5, lui, est l’un des plus agiles de sa race avec le Ford Escape et propose une expérience de conduite plus engagée. 

J’y reviens, tout est une question de besoins. Si le CR-V y répond, vous ne faites pas un mauvais achat, loin de là.

Essais routiers et évaluations

Consommateurs
52%
Honda CR-V 2018
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Honda CR-V 2018
honda cr-v 2018
Honda CR-V 2018
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Photos :D.Rufiange
Photos du Honda CR-V Touring 2018