Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Essai: Kia Spectra5 EX Sport 2006

Essai: Kia Spectra5 EX Sport 2006

Par ,

Perfectible, mais impressionnant tout de même

(Photo: Philippe Champoux, Auto123.com)
Regardez la gamme de produits Kia aujourd'hui, et comparez-la à ce que le constructeur offrait il y a six ans, lorsqu'il a percé le marché canadien. Ils en ont fait du chemin, depuis la Sephia et la Sportage originale, deux véhicules qui n'étaient ni excitants, ni durables.

En 2006, Kia offre pas moins de neuf modèles. Parmi eux, la Spectra5 est la plus sportive. Bien sûr, la comparer à d'autres compactes cinq portes est inévitable. Comment se mesure-t-elle par rapport à la Mazda3 Sport? Ou à la Ford Focus ZX5?

Je l'ai déjà dit, et je le dirai une fois de plus. Les coréens sont sur une lancée, et ne semblent avoir aucune pitié pour la compétition. Ils apprennent rapidement, peut-être même trop rapidement pour le bien de certains autres constructeurs.

Habitacle réussi et manqué à la fois

(Photo: Philippe Champoux, Auto123.com)
Le tableau de bord deux tons est bien. Les commandes rotatives pour la ventilation et le chauffage sont faciles à utiliser, et tout est facile d'accès. Par contre, vous savez lorsque vous ne choisissez pas toutes les options dans une voiture, et vous vous retrouvez avec des espaces vides sur le tableau de bord, où des boutons associés à ces options y seraient normalement placés? En bien, cette Spectra5 en a en quantité industrielle. J'en ai compté pas moins de dix, ce qui est ironique compte tenu que cette voiture est la plus dispendieuse des Spectra.

Néanmoins, Kia a fait un bon travail de mettre le plastique meilleur marché dans le bas du tableau et des panneaux de portes, et d'avoir placé du meilleur plastique dans les parties supérieures. Toutefois, je ne comprends toujours pas pourquoi Kia (et Hyundai) équipe ses véhicules de cendriers.

Les sièges sont confortables, et le tissu utilisé pour les recouvrir a agréable au toucher. Par contre, je trouve que le dossier du siège arrière est un peu trop ferme. La voiture est spacieuse à l'avant comme à l'arrière, ce qui est plutôt surprenant. Quant au coffre, il est très grand, que le dossier du siège arrière soit relevé ou non, ce qui est l'avantage de choisir une voiture munie d'un hayon.

Le système audio est moyen. La sonorité n'est pas très bonne, malgré qu'avoir joué pas mal avec les réglages ait aidé un peu. Et malgré que les radios de tout le reste des constructeurs s'éteignent en appuyant sur le bouton rotatif du volume, ce radio-ci a plutôt un bouton dans le coin supérieur droit qui s'appelle « Power ». En général, le système est un peu bon marché, mais au moins, on peut y écouter des fichiers MP3.

Un moteur assoiffé

Le moteur 2,0 litres de 138 chevaux est suffisant pour déplacer la Spectra5 promptement. Il devient un peu bruyant au-delà de 4 500 tr/min, mais ce n'est pas déplaisant. Le levier de vitesses fonctionne bien et la pédale d'embrayage est légère.

La tenue de route de la voiture se marie bien avec son attitude sportive. Habituellement, les voitures coréennes ont des suspensions molles, mais celle-là est agréablement plus ferme. Quelques jours plus tard, j'ai finalement découvert ce qui m'agaçait lorsque je conduisais : le volant est surdimensionné, et semble sortir tout droit d'une voiture beaucoup plus grosse. Un volant de plus petit diamètre encouragerait la conduite sportive davantage.