Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Essai du Toyota RAV4 Trail 2019 : aussi nouveau qu’il n’y paraît

Aussi incroyable que cela puisse paraître, le constructeur japonais a complètement redessiné et revu un de ses plus grands succès de l’heure, le VUS compact RAV4. Quoi ? Toyota qui refait une de ses plus grandes réussites ? Comment un constructeur aussi conservateur a-t-il pu prendre un tel risque ?

Il semble qu’il lui fallait le faire parce que ce segment de l’industrie est un des plus concurrentiels. Toyota ne pouvait laisser Chevrolet, Honda ou Ford s’emparer des ventes d’un véhicule aussi important ! En effet, le RAV4 (construit au Canada) est devenu le véhicule Toyota le plus vendu aux États-Unis, voire même au Canada. Chez l’Oncle Sam, ses ventes viennent tout juste après celles des grands pickup.

Voir : Notre Top 10 des meilleurs VUS compacts au Canada

Voir : Notre premier essai du Toyota RAV4 2019

En fait, le nouveau RAV4 ne retient rien ou presque de la génération précédente. Au départ, soulignons qu’il repose sur la toute récente plateforme TGNA (Toyota New Global Architecture) du constructeur, la même que l’on retrouve sous les nouvelles Prius et Corolla à hayon. Celle-ci avance un empattement plus long de 30 mm comparativement à celui de l’ancienne génération. Notons aussi les 10 mm de largeur supplémentaire et, surtout, les 15 mm ajoutés à la garde au sol, ce qui est un gain d’importance pour un véhicule qui veut être identifié comme un « off-roader ».

Photo : É.Descarries

Puis, il y a l’apparence. Encore une fois, le nouveau RAV4 ne retient rien de la génération précédente. Bien que celle de la version remplacée plaisait beaucoup aux amateurs de la marque, surtout en raison de son allure plus robuste, celle de la nouvelle génération reprend quant à elle un thème déjà adopté par d’autres produits Toyota, y compris le plus robuste 4Runner et ses lignes plus prononcées et son avant plus agressif.

RAV4 Trail
Dans le cas de la finition Trail, on reconnaît même des airs de famille avec le Tacoma TRD alors que l’idée de la peinture à deux teintes avec toit blanc n’est pas sans nous rappeler les FJ Cruiser d’antan. La caisse à quatre portes se distingue par ses lignes droites prononcées alors que la version Trail (qui, incidemment, s’appelle Adventure aux États-Unis) arbore des carénages distinctifs.

L’intérieur
Évidemment, l’intérieur a dû être refait aussi. Cette refonte est marquée premièrement par un nouveau tableau de bord, lui aussi porteur de lignes plus prononcées et, surtout, d’instruments et de commandes mieux disposés. L’instrumentation est judicieusement placée devant le conducteur alors que l’écran central semble reposer sur la planche de bord comme une télévision à écran plat miniaturisée. Cet écran est conçu pour la radio, les commandes du chauffage et de la climatisation et la caméra de marche arrière.

Pas de navigation ? Notre véhicule d’essai n’en avait pas. À sa place, les utilisateurs devront y connecter leur téléphone intelligent (Apple CarPlay) pour obtenir la navigation.

Photo : É.Descarries

Une petite remarque concernant la caméra de marche arrière. Elle pourrait être plus précise. Non seulement sa définition est faible, mais son effet « œil de poisson » (fisheye) n’est pas réussi.

La console comprend toujours le levier de vitesses traditionnel et quelques commandes pour modifier le comportement de la traction intégrale et certaines fonctions de la boîte à huit rapports. On y revient.

Les concepteurs de Toyota ont donné à l’intérieur du RAV4 un look plus robuste tout en conservant un style moderne et légèrement luxueux. Cependant, ils ont manqué leur coup avec les garnitures de portières. Leur dessin est attrayant, mais les poignées pour refermer les portes ont été placées trop vers l’avant rendant l’exercice un peu difficile. En fait d’ergonomie, ces poignées exigent un mouvement des bras moins naturel pour les tirer vers soi et les refermer.

D’autre part, les sièges d’avant (chauffants) sont relativement confortables alors que le compartiment arrière peut accueillir deux ou trois passagers en tout confort aussi. Le dossier de ces places peut se replier pour augmenter l’espace de chargement du coffre. Notre modèle Trail était équipé de l’ouverture et de la fermeture électrique du hayon. En passant, vous remarquerez des touches de couleurs à la finition de l’intérieur du RAV4 Trail qui, soit dit en passant, est bien exécutée.

Photo : É.Descarries

Sous le capot
Lorsque Toyota lance un nouveau véhicule, elle fait souvent table rase. Dans le cas du RAV4 dont il est question ici, cela veut dire un moteur à quatre cylindres de 2,5 litres qui gagne 27 chevaux pour en offrir maintenant 203 chevaux, alors que le couple acquiert 12 livres-pieds pour en avancer 184 (notons que Toyota propose aussi une version hybride de son RAV4, mais pas en finition Trail).

La boîte de vitesses automatique est désormais à huit rapports alors que le système de traction intégrale est à modulation de couple dynamique avec désaccouplement du pont arrière (une technologie qui nous rappelle celle du système utilisé sur les Ford Focus RS). Tout cela est géré par ordinateur sur lequel le conducteur ne peut intervenir.
 
La direction est à assistance électrique alors que le freinage est antibloquant avec l’assistance en cas d’urgence. Le système de traction intégrale peut être ajusté de l’intérieur grâce aux commandes à la console pour attaquer des terrains boueux, rocailleux, mous ou enneigés.

Les pneus de première monte ont des dimensions de P235/55R19, mais notre véhicule d’essai était équipé de Bridgestone Blizzak d’hiver qui se sont avérés très utiles.

Photo : Toyota

Sur la route
Mais alors, comment le nouveau RAV4 se comporte-t-il sur la route ? En vérité, il est difficile de trouver des différences d’importance comparativement au modèle précédent. Mais, si je pouvais m’adresser aux ingénieurs de Toyota, je leur demanderais de rendre le moteur plus silencieux ou d’ajouter de l’isolant entre le compartiment moteur et l’habitacle afin d’éliminer un peu de son.

Puis, il y a la boîte automatique. C’est un nouveau modèle à huit rapports qui devrait aider à l’économie de carburant.

Les accélérations semblent rapides, mais il faut tout de même quelque neuf secondes pour que le RAV4 atteigne le cap des 100 km/h. Si les reprises sont rassurantes, le moteur demeure très bruyant à l’effort et il peut prendre un peu plus de temps que prévu pour accomplir la manœuvre.

Photo : Toyota

Autrement, le RAV4 est relativement stable sur la route. Nous avons dû circuler sur autoroute alors qu’il y avait un fort vent latéral et il a été étonnant de constater comment ce vent avait peu d’effet sur le VUS. Ce dernier se déplace assez silencieusement sur autoroute et il est agile en ville.

Cependant, son rayon de braquage est plus grand que prévu pour un si petit véhicule, ce qui pourrait rendre certaines manœuvres de stationnement plus difficiles.

Autrement, la visibilité y est certainement meilleure que dans bien d’autres véhicules de la marque (on se souviendra comment celle du FJ Cruiser était si mauvaise).

Le RAV4 Trail s’adresse aussi aux automobilistes qui aimeraient bien attaquer des sentiers hors route. Toutefois, mettons les choses au clair ; il ne s’agit pas d’un 4Runner TRD ! Il est vrai que le RAV4 Trail peut emprunter certains sentiers difficiles, mais il ne faut pas trop lui en demander, car le bouclier avant pourrait ne pas résister à certains contacts.

Toutefois, le Trail peut se déplacer facilement dans la neige profonde (jusqu’à un certain point) ou sur un sentier de chalet avec quelques obstacles légers. Nous avons tenté de tester le système de modulation de couple, mais ce ne fut pas facile. Nous avons tout de même trouvé un terrain qui exigeait un peu d’effort du RAV4 et il s’en est sorti sans problème. Quant au système, il est d’une transparence étonnante.

Photo : Toyota

La consommation
La moyenne de consommation que nous avons obtenue durant une semaine de conduite en période hivernale fut de 9,9 litres aux 100 km, ce à quoi nous nous attendions.

Les prix
Le prix de base du RAV4 Trail est de 38 960 $ au Canada. Ajoutons-y l’option de la peinture à deux teintes de 540 $ et cela nous amène à 39 230 $. Puis, continuons avec la taxe de 100 $ pour le climatiseur (cette taxe date du milieu des années soixante-dix), les taxes environnementales et les frais de transport et de livraison pour que la facture finale en arrive légèrement au-dessus de 41 000 $.

Il y a de fortes chances que le nouveau RAV4 soit aussi populaire que l’ancien. Plusieurs acheteurs choisiront certainement des versions moins élaborées que la Trail alors que d’autres opteront fort possiblement pour la nouvelle variante hybride qui nous arrivera sous peu.

Évidemment, il faut s’attendre à une réplique de la concurrence comme le nouveau Ford Escape redessiné. Toutefois, avec sa belle réputation de fiabilité, nous croyons que le nouveau RAV4 connaîtra un grand succès, incluant sa version Trail !

Essais routiers et évaluations

Consommateurs
Toyota RAV4 2019
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Toyota RAV4 2019
toyota rav4 2019
Toyota RAV4 2019
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Photos :V.Aubé
Photos du Toyota RAV4 2019