Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

FORD EXPLORER SPORT

FORD EXPLORER SPORT

Par ,

D'ici peu, la compagnie Ford dévoilera son modèle Explorer 2001 qui sera l'objet de plusieurs retouches et nouveautés. Par contre, la transformation de la gamme Explorer au complet s'est amorcée il y a près d'une année avec le dévoilement, au mois d'août 1999, de la nouvelle version deux portes. Pour différencier ce modèle, on l'a affublé du qualificatif « Sport » comme si l'absence de deux portières et un empattement plus court permettait d'y coller cette épithète.

Il est vrai qu'empattement plus court assure une meilleure maniabilité en conduite hors route tandis qu'une plateforme plus rigide est supposée être le gage d'un comportement routier plus relevé qu'avec le modèle quatre portes. C'est la théorie du moins. Mais ce n'était pas le cas avec l'Explorer deux portes qui a précédé. Celui-ci était affligé d'une suspension avant qui n'a jamais été à la hauteur. Le train avant sautillait constamment comme si les pneus étaient perpétuellement déséquilibrés. De plus, le train arrière s'amusait à effectuer d'impressionnantes ruades sur mauvaises routes. C'était vraiment du sport que de piloter cet Explorer, mais pas nécessairement dans le bon sens du terme.

Il fallait donc remédier à la situation d'autant plus que les ventes de ce modèle n'étaient pas tellement impressionnantes. C'est pourquoi l'Explorer Sport a été dévoilée plusieurs mois avant le Sportrac et le quatre portes, en plus d'être commercialisé au début de l'année.

Compte tenu qu'on transformait toute la gamme de pied en cap, la présentation extérieure a été fortement modifiée. La partie avant est toute nouvelle et adopte la même présentation extérieure que celle du Sport Trac, le nouvel hybride qui est l'objet de louanges de la part de la presse spécialisée. Les stylistes ont été influencés par le design « New Edge » si cher à Ford; alors que les rondeurs et les surfaces planes s'affrontent pour créer un tout fort intéressant. C'est beaucoup mieux que la présentation relativement mièvre d'avant. Des orifices verticaux pratiqués dans la calandre, d'imposants crochets de remorquages émergeant du parechoc, des angles plus perceptibles, tout cela donne du « coffre » à la présentation. De plus, l'équilibre des formes est assez réussi pour un modèle deux portes, généralement handicapé à ce chapitre.

L'habitacle a eu droit à une révision en profondeur et cela est très évident en ce qui concerne la nacelle des instruments. Les cadrans sont à fond blanc et à chiffres noirs. Ils sont non seulement plus faciles à consulter, mais également plus élégants. La console comprend des porte-gobelets plus gros et plus pratiques tandis que de nombreux autres espaces de rangement ont été ajoutés. Il faut également souligner que des appliques de couleur titane sont d'un bel effet tandis que la prise en main des poignées circulaires à l'intérieur des portières est excellente.

Or le principal problème de ce véhicule était sa suspension et son comportement routier en général. C'est pourquoi la suspension, les freins et la plateforme ont été sérieusement révisés. Le châssis est plus rigide certes, mais les ingénieurs ont également fait appel à des amortisseurs de meilleure qualité, à des ressorts à flexibilité variable tandis que la géométrie des points d'ancrage a été modifiée. La tenue de route est améliorée. Et on a réussi à éliminer ou tout au moins à réduire considérablement le sautillement du véhicule sur mauvaise route.

La gamme de moteurs offerts sur l'Explorer comprenait certains éléments plus ou moins intéressants. Cette fois, les ingénieurs de Ford ont eu la main heureuse en couplant le V6 4,0 litres à simple arbre à cames en tête de 206 chevaux à la boîte automatique à cinq rapports. C'est d'ailleurs le meilleur choix possible.

Cette transformation n'aura pas été accomplie en vain. L'Explorer Sport est non seulement plus élégant et plus confortable, mais son comportement routier a également progressé. Ce n'est quand même pas le confort du Sportrac avec son empattement allongé. Et on peut se demander qui pourrait bien vouloir d'un modèle deux portes alors qu'il loge moins tout en étant moins pratique. De plus, le train avant a toujours un léger sautillement lorsque la chaussée n'est pas parfaitement lisse.

Malgré ces quelques réserves, le résultat est positif et au fil des jours, on s'habitue à piloter ce coursier des forêts qui se débrouille un peu mieux que ses grands frères dans les champs et les marais. Mais il est certain que l'Explorer Sport deux portes va toujours demeurer un modèle destiné à une clientèle plus jeune attirée par la maniabilité en conduite hors route et un prix plus bas que celui des autres modèles Explorer.

En fait, les limites de ce véhicule tout terrain aux yeux des acheteurs ne sont pas nécessairement ceux de ce modèle en particulier, mais ceux de ce type de véhicule deux portes. Une catégorie qui a été totalement éclipsée par les modèles quatre portes chez toutes les marques. Mais si un deux portes vous intéresse quand même, l'Explorer Sport " nouveau et amélioré " mérite votre attention.



Feux verts
Feux rouges
  • Silhouette moderne
  • Moteur V6 adéquat
  • Système 4X4 simple à opérer
  • Boîte automatique cinq rapports
  • Suspension plus confortable
  • Pneumatiques moyens
  • Modèle plutôt spécialisé
  • Passages des rapports secs
  • Efficacité mitigée en mode 4X4
  • Empattement court nuit au confort

Gallerie de l'article