Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Galpin-Fisker Mustang Rocket 2015 : premières impressions

Galpin-Fisker Mustang Rocket 2015 : premières impressions

Une vision de l’ultime Mustang Par ,

La Galpin-Fisker Mustang Rocket 2015 est une bombe de 725 chevaux, à mi-chemin entre un muscle car et une supervoiture sport. Comment est-elle née? Laissez-moi vous raconter…

Une idée qui devient réalité
Tout a commencé avec un designer automobile danois qu’on associe normalement à des bolides exotiques européens. Henrik Fisker, qui peut bien se passer de présentation, est reconnu mondialement pour ses coups de crayon, comme ceux qui ont donné naissance à la BMW Z8, à l’Aston Martin DB9 et à la Fisker Karma.
 
Fisker a toujours eu un faible pour les muscle cars, en particulier la Mustang. C’est d’ailleurs en voyant un exemplaire jaune dans le film La grande casse de 1974 qu’il a eu la piqûre. Depuis ce temps, il a toujours désiré offrir au monde sa vision de la Mustang ultime. 
 
À l’époque où Fisker travaillait pour Aston Martin, la compagnie anglaise évoluait sous l’égide de Ford et il avait la parfaite occasion de concrétiser son rêve. Malheureusement, le sort en a voulu autrement et il a quitté Aston Martin à la fin de 2004 et fondé Fisker Coachbuild un an plus tard. C’est en 2007 qu’est née Fisker Automotive.
 
Après la faillite de sa propre compagnie, Fisker a décidé de renouer avec ses racines de designer. En rencontrant son vieil ami Beau Boeckmann, chef de la direction de Galpin Auto Sports, lors du Concours d'Élégance de Pebble Beach en 2014, il lui a proposé son idée de créer l’ultime Mustang. Boeckmann, qui possède le plus de concessions Ford au monde, s’est tout de suite montré intéressé. En 10 semaines à peine, ce qui n’était qu’une simple ébauche est devenue une maquette en argile, puis un modèle grandeur nature. Le résultat final, encore sous forme de prototype, a été exposé au Salon de l’auto de Los Angeles 2014.
 
Fisker et Boeckmann souhaitaient connaître la réaction du public avant d’amorcer une production limitée de la Galpin-Fisker Mustang Rocket. Les nombreux commentaires très positifs les ont convaincus d’aller de l’avant. En mars dernier, Galpin Auto Sports (GAS) et Fisker ont présenté une version quasi de série au Concours d'Élégance d’Amelia Island.
 
Rapidement, plusieurs acheteurs potentiels ont formellement passé une commande pour la Mustang Rocket. Après quelques tests finaux et un processus de validation, la production vient tout juste de débuter et les premières livraisons sont prévues pour septembre.
 
Faire connaissance avec la Mustang Rocket
J’ai eu la chance de participer à l’un des tests en question à la suite d’une invitation de Steve McCord, directeur général de GAS. Sur le circuit international de Willow Springs à Rosamund, en Californie, l’objectif était d’évaluer la suspension mise au point par CorteX Racing spécialement pour la Mustang Rocket 2015. Notons que cette firme américaine connaît très bien le coupé sport de Ford, ayant développé des suspensions pour chaque génération de celui-ci à l’exception de la seconde.
 
J’étais choyé : en plus d’être le premier journaliste canadien à pouvoir conduire la Mustang Rocket, je suis devenu le tout premier journaliste au monde à l’essayer en piste. En fait, McCord m’a dit que j’étais seulement la 3e personne à pouvoir piloter la Rocket sur un circuit, avant même Fisker et Boeckmann. Tu parles d’un privilège!
 
J’ai affiché un énorme sourire d’excitation lorsque la remorque contenant la voiture est arrivée dans la ligne des puits de Willow Springs – encore plus quand la porte s’est ouverte. Je l’ai vue, là, toute resplendissante avec sa carrosserie argent et son intérieur rouge et noir décoré de cuir italien cousu à la main.

Dès sa sortie de la remorque, la mâchoire m’est tombée : son design et la qualité de sa finition sont vraiment remarquables. L’enveloppe extérieure, majoritairement composée de fibre de carbone, provient de Metalcrafters, une compagnie qui fabrique souvent des prototypes pour les grands constructeurs automobiles. Son expertise a permis de donner vie à la Mustang Rocket et de s’assurer qu’elle réponde aux normes des voitures de luxe, par exemple des espaces de seulement 1 à 3 millimètres entre les panneaux. De la Mustang originale de base, les ingénieurs n’ont gardé que le toit et les portières, mais la rigidité et la sécurité de la structure n’a été aucunement compromise.

Pendant que mes yeux se régalaient, McCord a démarré le moteur et pris le chemin de la piste. Au ralenti, la voiture demeure incroyablement silencieuse, mais comme me l’a promis un des techniciens sur place, elle produit un son spectaculaire à haute vitesse. Tandis que McCord écrasait l’accélérateur, le système d’échappement Bissani sur mesure (derrière le convertisseur catalytique) se faisait retentir et même le plus blasé des amateurs de voitures aurait été impressionné.
 
De retour après quelques boucles, McCord m’a demandé de prendre place à ses côtés pour une petite exploration du circuit de Willow Springs, car je n’avais encore jamais roulé là-bas. Ensuite, ce fut mon tour de prendre le volant de la Galpin-Fisker Mustang Rocket.
 
Tout d’abord, je dois dire qu’il est facile de se mettre à l’aise, car la position de conduite ressemble beaucoup à celle de la Ford Mustang 2015. De même, l’embrayage et la boîte de vitesses sont identiques à ceux de la Mustang GT. Selon McCord, les composantes de série choisies par Ford n’ont aucun problème à gérer la puissance accrue lors d’un usage régulier en ville et occasionnel sur la piste.

À l’attaque!
Non, ce missile terrestre ne manque pas de puissance. Grâce à un compresseur Whipple de 2,9 L à l’admission, le V8 de 5,0 L peut générer jusqu’à 725 chevaux et plus de 600 livres-pied de couple (le nombre exact sera annoncé ultérieurement). C’est suffisant pour accélérer de 0 à 100 km/h en moins de 4 secondes et atteindre une vitesse de pointe supérieure à 300 km/h (encore là, les chiffres seront connus plus tard). Toutefois, en raison d’un rapport d’essieu arrière de 3,73:1 qui favorise les décollages au détriment de la vitesse maximale, la Mustang Rocket ne peut dépasser la fameuse barrière des 200 mi/h (322 km/h).
 
Contrairement à certains muscle cars, celui-ci est bien chaussé. Les pneus Pirelli P ZERO mesurent 325/30/R21 à l’arrière et 275/35/R21 à l’avant (la Dodge Challenger SRT Hellcat 2015 emploie 4 pneus 275/40/ZR20). Ils enveloppent des jantes ADV.1.
 
Pour le premier tour, j’y suis allé calmement afin de me familiariser avec le tracé, qui comprend quelques virages en dévers et d’autres qu’on attaque à l’aveuglette. Gagnant de la confiance, j’ai poussé la Mustang Rocket plus à fond. Elle n’est pas comme les autres gros coupés sport que j’ai déjà conduits, qui montrent parfois de la nervosité ou une certaine mollesse en piste. Sa puissance coule de façon linéaire et, si on la sent très bien en deçà de 3 000 tours/minute, elle devient carrément débile à plus haut régime. Sur la première et courte ligne droite de Willow Springs, j’atteignais toujours les 200 km/h, ce qui est pas mal rapide pour un novice à ce circuit. Quatre choses m’ont aidé : 1) la stabilité que procure la nouvelle suspension; 2) les 725 chevaux; 3) l’adhérence des pneus; et 4) la performance des freins.
 
Bon Dieu que les freins sont efficaces! Mon exemplaire bénéficiait du système Brembo optionnel avec des disques perforés de 15 pouces et des étiers à 6 pistons à l’avant (4 pistons à l’arrière). Ce sont sans aucun doute les meilleurs freins que j’ai essayés dans ma vie. Même sollicités à moitié seulement, ils mordent assez fort pour nous enlever tout l’air des poumons. On peut donc rouler plus vite et freiner plus tard dans les lignes droites.
 
Aucune Mustang ne peut être considérée comme un bolide de piste idéal et c’est encore plus vrai dans le cas de la Rocket créée par GAS et Fisker, qui ne pèse pas moins de 1 805 kilos. Toutefois, jamais je ne me suis amusé autant avec un muscle car sur un circuit.
 
Des reproches? En étant pointilleux, je dirais que la direction n’est pas aussi franche ni communicative que je le souhaiterais. C’est la faute à l’assistance électrique dont profitent toutes les versions de la Mustang 2015. Sinon, même le confort de roulement est excellent pour une voiture sport.
 
Pourquoi pas en essayer 2?
Afin de découvrir ce qu’on ressent au volant d’une Mustang Rocket équipée d’une suspension ordinaire (la voiture noire sur les photos de notre galerie), j’ai été invité au quartier général de GAS à Van Nuys, en Californie. Elle avait les mêmes éléments visuels et le même kit de moteur que la vraie, mais pas la suspension de CorteX Racing. 

Comme vous vous en doutez, son roulement s’est avéré beaucoup plus souple, voire sautillant en comparaison. Même le freinage était affecté, car les ressorts et les amortisseurs de série entraînent plus de plongée. Toutefois, le propriétaire qui mettra la main sur cet exemplaire lors d’un prochain encan pourra vivre la pleine expérience de la Mustang Rocket, car la bonne suspension sera installée entretemps.

À quel prix?
Le prix de base de la Galpin-Fisker Mustang Rocket 2015, avec un V8 atmosphérique de 5,0 L produisant 435 chevaux, est fixé à 109 100 $US. L’option du V8 suralimenté de 725 chevaux augmente la facture à 125 000 $US. Pour ajouter du cuir italien cousu à la main dans l’habitacle, même à des endroits où l’on retrouve normalement juste du plastique, il faut débourser un supplément de 21 000 $US. Une fois toutes les options sélectionnées, la voiture frôle les 160 000 $US. 

C’est vraiment beaucoup d’argent pour une Mustang. La plupart des gens préféreront investir dans une nouvelle Audi R8 ou une Porsche 911. Cependant, ni l’une ni l’autre ne sera plus puissante ni plus exclusive que la Rocket, dont la production annuelle sera limitée à environ 40 unités.

Essais routiers et évaluations

Consommateurs
Galpin-Fisker Mustang Rocket 2015
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Photos :N.Farooq
2015 Galpin-Fisker Mustang Rocket pictures