Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Honda Odyssey Touring 2010 : essai routier

Honda Odyssey Touring 2010 : essai routier

Un moteur sophistiqué qui économise de l'essence Par ,

À une certaine époque, les mini-fourgonnettes méritaient parfaitement leur préfixe «mini». Je n’en suis plus si sûr maintenant, surtout quand la Honda Odyssey pénètre dans mon champ de vision — ou plutôt bloque mon champ de vision, devrais-je dire. Jamais je n’ai vu une mini-fourgonnette aussi imposante.

L’Odyssey 2010 s’inscrit dans la troisième génération de la populaire fourgonnette de Honda.(Rob Rothwell/Auto123.com)

Même silhouette, même étoffe pour 2010
L’Odyssey 2010 s’inscrit dans la troisième génération de la populaire fourgonnette de Honda. À un pouce près, sa longueur se compare à celle de ses deux plus grandes rivales, la Toyota Sienna et la Dodge Grand Caravan. Autrement dit, la taille seule ne constitue plus un argument pour les acheteurs indécis.

Rien ne change cette année dans le cas de l’Odyssey, mais n’allez pas croire qu’elle prend du vieux. Au contraire, sa refonte majeure de 2008 est encore fraîche et les petits fignolages de l’année dernière l’améliorent encore plus. Le design et l’attrait de cette fourgonnette se veulent aussi plaisants et satisfaisants que n’importe quel modèle concurrent, que ce soit pour les jeunes équipes de soccer ou les familles abonnées à Costco.

Merci à la gestion variable des cylindres
Les gros véhicules, qu’on parle de fourgonnettes ou d’utilitaires sport, jouissent d’une bien mauvaise réputation pour leur traitement de l’or noir. Honda redonne un peu de lustre au blason de l’Odyssey en appliquant sa technologie de gestion variable des cylindres, revue et améliorée en 2009. Celle-ci permet au V6 i-VTEC de 3,5 litres à simple arbre à cames en tête de fonctionner avec trois cylindres seulement lorsque le besoin de puissance est minimal.

Pour des accélérations plus soutenues, le système réveille les cylindres désactivés sans que l’on se rende compte de rien en termes de son et de vibration. En effet, si vous craigniez que le fait de jouer aussi radicalement avec un V6 puisse entraîner une cacophonie semblable à des bottes mouillées dans une sécheuse à linge, détrompez-vous. Les manœuvres d’activation et de désactivation s’exécutent tout en douceur et en silence.

Générant 244 chevaux à 5700 tours/minute et un couple de 245 livres-pied à 4900 tours/minute, le moteur sophistiqué de l’Odyssey livre une performance qui, à défaut de stimuler ou d’exciter, demeure honnête. Je me suis satisfait de son pouvoir de dépassement sur l’autoroute et de sa fougue en montant les côtes, mais je ne peux en dire plus.

Le moteur sophistiqué de l’Odyssey livre une performance qui, à défaut de stimuler ou d’exciter, demeure honnête.(Rob Rothwell/Auto123.com)