Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Honda Pilot Touring 2009 : essai routier

Honda Pilot Touring 2009 : essai routier

Par ,

Design
L'utilitaire familial de Honda semble avoir pris un peu d'expansion. En tout cas, ce n'est pas vraiment l'espace qui manque à l'intérieur avec un maximum de huit places et un volume de chargement plus qu'appréciable. Pour ce qui est de l'extérieur, les ailes élargissent la partie avant, qui est dominée par une nouvelle calandre massive et atypique de Honda. Les phares se fondent au reste du faciès, dont la section inférieure est entrecoupée par une plus grande prise d'air.

Visiblement, Honda a bien fait ses devoirs, car la conduite est excellente.

Une mince moulure parcourt chaque flanc, protégeant ainsi la carrosserie du Pilot contre les coups assénés par les portes de véhicules adjacents. Elle s'étire d'une arche de roue à l'autre -- tout comme les portes qui, dans la tradition des VUS multisegments, sont conventionnelles autant à l'avant qu'à l'arrière. Enfin, le hayon est très grand et son poids est bien réparti; en version Touring, l'ouverture est même assistée électriquement.

Construction monocoque
L'un des aspects uniques du nouveau Pilot a de quoi surprendre. Honda a conçu ce qu'on pourrait qualifier de structure «monocoque». Or, une telle construction ne possède pas normalement un cadre discernable. Toutefois, si l'on inspecte la structure du Pilot, on voit bel et bien les parties d'un cadre. La différence, c'est que les espaces entre ces parties sont entièrement comblés pour créer ce qui est techniquement une monocoque.

La qualité de la structure est très importante parce qu'elle influence la maniabilité et le roulement du véhicule. Ici, les ressorts et amortisseurs bénéficient en plus de meilleurs réglages et le mécanisme de direction jouit d'une meilleure géométrie. Visiblement, Honda a bien fait ses devoirs, car la conduite est excellente.

Sur la route
Le roulement du Pilot 2009 est aussi plus ferme qu'auparavant. La suspension efficace a été un point d'emphase, ce qui fait qu'on ne retrouve pas la sensation spongieuse des grands utilitaires, voire des fourgonnettes. Elle se compose de jambes MacPherson à l'avant et d'un système à articulations multiples avec bras oscillants à l'arrière.  La direction assistée offre quant à elle un bon feedback de la route. On peut diriger le Pilot exactement où l'on veut, quand on veut. Les pneus à profil surbaissé aident certainement, mais le crédit revient majoritairement à la direction.

À la deuxième rangée, le dégagement au niveau des jambes est généreux et le confort est appréciable.