Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Hyundai Santa Fe 2019 : une dose de raffinement

Le VUS de taille intermédiaire Santa Fe est nouveau pour 2019 et son arrivée marque les débuts du modèle de quatrième génération. Esthétiquement, la brisure est importante avec la version 2018. Le véhicule, fruit d’un empattement étiré, est plus long. Il est aussi plus large. On retrouve également une nouvelle transmission automatique à huit rapports.

Petite note au passage, ce Santa Fe 2019 remplace la livrée Santa Fe Sport de l’année précédente. La proposition à trois rangées XL revient inchangée pour 2019, mais une nouvelle cuvée de cette dernière est attendue prochainement.

Spacieux
Le Santa Fe a beau être de taille intermédiaire, à l’avant, on a une tout autre impression. L’allongement de 65 mm de l’empattement a généré plus d’espace pour les jambes, tant à l’avant qu’à l’arrière, de même que pour le volume de chargement. Au total, 1016 litres sont libres derrière les sièges arrière et 2019 litres si vous couchez à plat la deuxième rangée. Une section à séparateurs située sous le plancher contribue à ce volume.

À l’avant, la position de conduite va s’avérer une bénédiction pour les gens de plus petite taille alors qu’elle est plutôt élevée, peu importe jusqu’à quel point on abaisse le siège. Du haut de mes 6 pieds et 3 pouces, la voûte était un peu trop près de ma tête à mon goût, mais encore, je ne représente pas la majorité. Je ne suis pas arrivé à comprendre, non plus, la logique de Hyundai avec le réglage inclinable si prononcé de la colonne de direction, mais ma partenaire de route, plus petite, trouvait que c’était parfait ; voilà pour ça !

Photo : Hyundai

L’empattement allongé confère aussi au véhicule une allure plus élégante, un effet augmenté par quelques rainures insérées aux portières et autour des flancs, ainsi qu’une fine ceinture de caisse. Les roues, pendant ce temps, proposent un nouveau design et leur taille peut maintenant atteindre 19 pouces.

À l’avant, l’ajout d’une grille de type nid d’abeille et des phares de jour aux D.E.L. (les phares halogènes sont de série, mais peuvent être remplacés par des D.E.L.) sont partagés avec le récent Kona. Sur ce dernier, plus petit, ça donne une allure plus sportive, mais sur le Santa Fe, c’est plus imposant qu’autre chose. Quant aux phares de jour, ils représentent une sorte d’illusion d’optique ; à l’instar du Jeep Cherokee, ils sont montés au sommet de la grille alors que les phares apparaissent au-dessous. Si la formule est empruntée au Jeep, leur style est moins étrange ici, peut-être parce que ça nous apparaît moins avant-gardiste que ce ne l’était au moment de la sortie du Jeep. Où peut-être par ce qu’on y est allé avec un peu plus de retenue, aussi.

L’arrière est également doté de panneaux avançant des rainures et des détails lui ajoutant un peu de classe, mais le fait saillant, c’est la présence de feux 3D ; ils sont discrets et ressemblent subtilement à ceux du BMW X3, ce qui n’est pas une mauvaise chose. Ils dominent la présentation arrière et en modernisent l’allure. Il est seulement dommage, comme pour les phares, que les feux aux D.E.L. ne soient accessibles que sur la variante la plus chère.

Photo : Hyundai

Simplement élégant
À l’intérieur, la présentation est élégante dans l’ensemble et reçoit quelques touches qui ajoutent un peu d’épices au tout.

Les matériaux utilisés sont tous de qualité optimale et qu’on parle de l’approche monochrome ou de celle à deux tons, la sensation est d’élégance et de richesse.

En laissant vos yeux balayer la planche de bord, la vue des surpiqûres contrastantes, des appliques d’alu sur les pourtours de commutateurs et les buses d’aération vous rappellent que vous êtes à l’intérieur d’un VUS moderne. On retrouve un panneau de plastique autour des poignées de porte, de même qu’un autre au niveau du coffre à gant qui est un peu trop proéminent, mais ça ne défait pas trop le chic de la présentation intérieure.

De plus, si cette économie d’argent est ce qui a permis à Hyundai d’installer un ÉNORME toit ouvrant panoramique sur le modèle de luxe tout en gardant la facture sous les 42 000 $, j’approuve ! J’imagine que le geste leur a aussi permis de recouvrir la voûte et les piliers de toit de matériaux fantastiquement doux ressemblant à du tweed. C’est incroyablement haut de gamme. Le cuir a tendance à être perçu comme LE matériau servant à ajouter une touche de luxe à un véhicule, mais voilà une belle solution de rechange et je suis heureux qu’ils l’aient considéré. Si vous sélectionnez une des deux versions de base qui ne sont pas livrées avec le cuir, vous recevez un traitement en tissu qui peut prendre deux formes.

Il aurait aussi été agréable de voir le matériau utilisé pour la voûte des modèles haut de gamme servir aux sièges des variantes d’entrée, mais dans l’ensemble, on sort bien de la norme ici. L’objectif était d’assurer que même à la base, le Santa Fe n’était pas un modèle trop... basique.
 
Du même coup, Hyundai a réussi à conserver les choses simples et agréables en ce qui a trait aux contrôles. Tous les boutons sont faciles à rejoindre et suffisamment gros pour être aperçus du coin de l’œil.

Photo : Hyundai

Quant aux commodités, le modèle de base Essential (prix partant : 28 999 $ ; il est accompagné de trois autres moutures qui reflètent les nouvelles désignations de versions de la marque : Preferred -- 35 099 $, Luxury -- 41 899 $ et Ultimate --  44 999 $) se pointe bien équipé avec le volant et les sièges avant chauffants et un écran tactile ACL qui assure la compatibilité avec les applications Android Auto et Apple CarPlay. Le groupe de sécurité SmartSense à 1200 $ ajoute l’assistance au maintien de voie, l’avertisseur de collision frontale avec la détection de piétons, le régulateur de vitesse adaptatif et les feux de croisement automatiques.

Ce n’est pas mal pour un modèle de base, mais il est dommage qu’un système d’avertissement d’angles morts ne fasse pas partie du groupe.

Pour l’obtenir, de même que des roues de 18 pouces, la climatisation à deux zones et les sièges électriques, il faut grimper d’un niveau au modèle nommé Preferred.

La variante Luxury ajoute à son tour les sièges avant ventilés, le volant de cuir et une caméra à 360 degrés pour le stationnement. Au sommet de la gamme avec la mouture Ultimate, l’écran passe à 8 pouces, l’affichage tête-haute est de la partie et la chaîne audio signée Infinity compte 12 haut-parleurs.

C’est cependant la variante Preferred qui compte un joyau en matière de nouvelles caractéristiques de sécurité avec le Safe Exit Assist. Essentiellement, pendant 10 minutes après un stationnement en parallèle, le système surveille la circulation environnante. Si un enfant trop zélé décide d’ouvrir la portière sans avertissement, le système ne lui permettra pas de le faire.

Cette technologie va de pair avec l’alerte qui rappelle au conducteur de vérifier s’il a oublié quelque chose à l’arrière. L’application Hyundai Bluelink envoie même un message si vous avez laissé un enfant ou un animal à cet endroit. Elle peut aussi servir à démarrer le véhicule à distance avec la climatisation réglée selon vos paramètres, le localiser, permettre son accès sans clefs, et plus. Un plan de cinq ans est compris à l’achat.

Photo : D.Heyman

Deux moteurs, mais vous allez probablement vouloir le turbo
Les modèles de base sont équipés d’un moteur 4-cylindres de 2,4 litres bon pour 185 chevaux et 178 livres-pieds de couple, le tout envoyé aux seules roues avant. Selon Hyundai, seulement 20 % des acheteurs opteront pour cette mécanique. Les autres choisiront le 4-cylindres turbo de 235 forces et 260 livres-pieds de couple et la traction intégrale. Sur le modèle Preferred, ce bloc est une option à 2000 $ ; il est livré de série sur les deux modèles plus huppés.

Ce petit bloc est vigoureux, surtout une fois lancé, car il travaille bien avec la nouvelle transmission automatique à huit rapports (qui ne compte pas sur un double embrayage et n’avance pas de palettes au volant, toutefois), pour procurer de bonnes accélérations en toutes situations. Il est un peu lent au départ cependant, mais le véhicule ne prétend pas être sportif. Considérons que même si le nouveau Santa Fe est plus léger que l’ancien, il fait tout de même 1853 kilos. Conséquemment, s’il vous permet d’effectuer des dépassements sûrs, alors il a accompli son rôle d’être d’abord un VUS sécuritaire et silencieux pour la famille.

« Sécuritaire » et « silencieux », vous avez bien lu. Le truc qui m’est revenu constamment en tête au cours de cet essai, c’est la qualité de l’insonorisation et le caractère solide et rassurant de la conduite. Des mesures ont d’ailleurs été prises pour abaisser le coefficient de traînée en 2019, manoeuvre qui s’accompagne d’une réduction des bruits de vent.

Bien sûr, le vent et les bruits de route sont une chose lorsqu’on parle de douceur de roulement, mais il faut également être certains qu’on n’ait rien oublié au niveau des ajustements du châssis. De toute évidence, Hyundai n’a rien omis alors que le Santa Fe se comporte de façon aussi luxueuse que le suggère son habitacle. Les imperfections de la route sont toutes avalées avec une jugeote inspirant la confiance et même si vous allez ressentir du roulis dans les virages plus prononcé, j’ai l’assurance que même ceux qui ont le mal des transports vont bien s’en tirer.

J’aimerais pouvoir vous dire que le train arrière sautille moins. J’ai tenté de passer de l’un à l’autre des trois modes (Comfort, Smart et Sport) pour trouver le bon compromis, mais hélas, ces derniers sont là pour modifier la réponse du moteur et de la boîte seulement. Un Santa Fe plus chargé serait peut-être mieux outillé pour contrer ça, mais dans l’ensemble, au niveau du confort de roulement, c’est excellent.

Photo : D.Heyman

Quant aux changements qu’apportent les modes de conduite, les réponses de l’accélérateur et de la transmission sont modifiées selon le paramètre retenu, mais la grosse différence se situe au niveau du rouage intégral. En configuration Sport, par exemple, jusqu’à 50 % de la poussée peut être relayée à l’arrière (il s’agit du seul des trois modes qui le permettent). En conduite normale, la sélection du réglage Smart envoie 100 % de la puissance à l’avant, une question d’économie d’essence. Tout fonctionne à merveille.

Dans le mille
Tout ça est excellent, mais je reviens à une chose, soit à quel point le Santa Fe se conduit bien. Pour avoir essayé les modèles des deux générations précédentes, je vous avoue que je ne m’attendais pas à un niveau d’insonorisation aussi élevé, à un degré de luxe aussi étonnant et une telle sensation de tranquillité de ce véhicule. Du style à l’expérience au volant, en passant par le groupe motopropulseur, il s’agit d’un VUS compétent qui répond à de nombreux besoins. Bien fait, Hyundai. Bien fait, vraiment.

Essais routiers et évaluations

Consommateurs
85%
Hyundai Santa Fe 2019
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Hyundai Santa Fe 2019
hyundai santa-fe 2019
Hyundai Santa Fe 2019
Évaluer ce véhicule
Esthétique
Accessoires
Espace et accès
Confort
Performance
Dynamique de conduite
Sécurité
Appréciation générale
Nom
Courriel
Commentaire
Mot de passe
Mot de passe oublié? Cliquez ici
Annuler
Photos :D.Heyman
Photos du Hyundai Santa Fe 2019