Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Jeep Liberty Limited 2008 : essai routier

Jeep Liberty Limited 2008 : essai routier

Par ,

À moins que vous ne soyez membre du Club Jeep ou un amateur de hors route extrême, ou encore que vous ne soyez un chasseur et un pêcheur de tous les instants, vous ferez du Jeep Liberty la même utilisation que la majorité de ses acheteurs : quand vous ferez du hors route, c'est que vous serez sur l'accotement.

Le style du Liberty 2008 se rapproche étrangement de l'impopulaire Commander.

Votre seule raison de l'acheter sera les quatre lettres sur le capot et le pseudo-prestige de la marque. Vous aurez également le sentiment d'être invincible dans les bancs de neige et vous vous rirez des nids-de-poule du centre-ville de Montréal. Cependant, dans la vraie vie, une fois sorti du concessionnaire, qu'en est-il ? Irez-vous vraiment faire vos escapades dans les sentiers inconnus comme vous vous le dites en tentant de vous convaincre que vous avez besoin d'un Jeep ?

Tout nouveau pour 2008, le Liberty a un nouveau dessin, mais je n'arrive pas encore à savoir s'il est plus beau que le dernier modèle. Chose certaine, il est totalement différent. Son style se rapproche étrangement de l'impopulaire Commander qui, tout comme le Liberty, a probablement été dessiné par l'inventeur du beurrier tellement ses lignes sont carrées et sans finesse. Malgré tout, il a belle apparence, et le chrome du Limited est juste assez dosé pour ne pas perdre la vue quand le véhicule est exposé au soleil.

Plastique, plastique, dis-moi qui est le plus beau !
Une fois à bord, le premier constat qu'on fait, c'est que le plastique est roi et maître sur presque toutes les surfaces. Et les détails de finition et d'assemblage sont loin d'être réussis; ce détail semble inacceptable considérant le prix du véhicule, surtout sur la version Limited. L'instrumentation est simple à utiliser grâce à une ergonomie de base extrêmement bien réussie et basée essentiellement sur la simplicité. On a cependant lésiné un peu sur l'insonorisation.

Quand à l'accès à bord, il est rendu difficile par l'emplacement même des roues arrière, carrément dans les portières. Une note positive : le nombre d'espaces de rangement, en augmentation par rapport au modèle précédent. Le confort des sièges avant est fidèle à la tradition Jeep, mais pour ce qui est de la banquette arrière, disons que je ne voudrais surtout pas y faire un voyage Montréal-Québec en passant par les chemins de campagne.

L'instrumentation est simple à utiliser grâce à une ergonomie de base extrêmement bien réussie.