Auto123.com - On vous guide du rêve à la route

Jeep Wrangler et Grand Cherokee, les baroudeurs

Las Vegas, NV - Un angle d’attaque de 44 degrés. C’est ce que le Jeep Wrangler Rubicon propose de série. Et c’est exactement ce que nous avons mis à l’épreuve lors d’une courte, mais exigeante, randonnée dans la région de la Valley of Fire, en banlieue de Las Vegas.

Lisez notre premier essai du Jeep Wrangler Rubicon 2018 sur le Sentier du Rubicon

Ce petit 44 degrés peut sembler bien peu, mais quand il s’applique à un rocher ou un sentier, il prend une toute autre signification. Dans les faits, l’escarpement affichait plutôt une pente de 37 degrés, selon les spécialistes qui nous servaient de guide à travers les rochers spectaculaires.

Pour quiconque n’a jamais fait de hors-route, ces données sont peu impressionnantes. Mais quand on se retrouve au volant du Jeep Wrangler Rubicon Unlimited duquel on a retiré les portes pour rendre l’expérience encore plus excitante, elles se traduisent en expérience assez vivifiante, disons-le comme ça.

En montant, ce genre de pente oblige le guide qui se tient devant à lever les bras au ciel pour donner des indications précises puisqu’assis au volant, on n’aperçoit que le capot massif du Jeep et le ciel bleu en fond. La pente est tellement abrupte que l’on s’enfonce dans nos sièges, sans espoir de se relever.

Photo : M.Bouchard

La machine elle, grimpe sans hésiter. Peu importe la taille des rochers le long du parcours, le Jeep Rubicon profite de sa suspension articulée (elle est plus mobile de 25% que dans les autres déclinaisons du Jeep Wrangler lorsque l’on déconnecte la barre antiroulis électroniquement) pour sauter les aspérités sans fléchir.

Il faut bien avouer que c’est davantage le pilote qui pose obstacle. Fortement incliné vers l’arrière, le moteur V6 Pentastar du Jeep Wrangler rugit à un rythme régulier, à moins que le pilote ne lève le pied. Malgré tout, le système anti-pente du Wrangler permet de maintenir la position suffisamment longtemps pour ne pas être handicapé par les peurs de son conducteur.

Durant plus de deux kilomètres aller-retour, le Rubicon exercera sa véritable domination sur les éléments qui l’entourent. Doté d’une garde au sol de 27,7 centimètres, monté sur des pneus de 33 pouces, le gros tout-terrain maximise sa capacité en misant sur un rouage 4 x 4 Rock-Trac avec essieux avant et arrière Dana 44 avec un rapport inférieur de 4 à 1.

Si vous n’êtes pas familiers avec les dénominations de hors route, sachez seulement que cette combinaison est la plus imposante sur les véhicules de série, et que le Rubicon est presque seul dans sa classe quand vient le temps de s’aventurer aussi loin hors des sentiers.

Heureusement, il est aussi doté d’un châssis solide et d’une plaque de protection résistante sous la baie moteur. Un choc un peu brutal avec une roche mal fixée s’est terminé par le bris et la chute du roc, mais sans dommage pour le véhicule.

Photo : M.Bouchard

Une fois la portion aventure terminée, c’est sur la route que le Jeep Wrangler Rubicon s’est exprimé. Alors qu’il faisait preuve auparavant d’un comportement exigeant et sautillant, les nouvelles suspensions lui permettent d’être dorénavant plus confortable que jamais sur route. On a même réussi à insonoriser l’habitacle suffisamment pour rendre les conversations agréables, et on a doté le Wrangler du système multifonction UConnect qui permet un usage simple du GPS et du système audio.

Une excellente chose puisqu’il s’en est fallu de peu que l’on ne s’égare sur le chemin du retour, mais les directives nous ont rapidement ramené à l’ordre.

Du hors route de luxe
Pour prouver que la marque Jeep n’est pas que l’affaire du gros Wrangler, ses dirigeants avaient aussi concocté une portion du parcours hors route sur le sable, au volant d’un grand Jeep Cherokee. Cette fois, oubliez les rochers trop imposants puisque la garde au sol du Grand Cherokee ne le permet pas.

En version Trailhawk cependant, il n’a rien à envier aux autres aventuriers de la route. Son moteur V6 de 360 chevaux et de 390 livres-pied de couple(un V8 5,7 litres est aussi offert en option) lui permet de se mesure aux obstacles les plus étonnants. Pris dans une dune de sable, il a su se tirer d’affaire, en maximisant l’usage de son rouage 4 x 4.

Photo : M.Bouchard

Le Trailhawk dispose toutefois d’atouts supplémentaires pour mener à bien ses randonnées. Ses suspensions variables pneumatiques Quadra-lift lui confère la hauteur nécessaire pour dépasser les dunes les plus pointues. Son différentiel autobloquant électrique avec rapport de pont de 3,09 facilitent aussi le franchissement des obstacles.

Mais c’est le mode multifonction qui permet de sélectionner le type de surface, qui rend les plus grands services. En mode sable par exemple, le Jeep Grand Cherokee minimisera les freinages pour empêcher l’accumulation de matériaux devant les roues. Il jaugera aussi l’accélération, et ponctuera les changements de vitesse de la transmission automatique 8 rapports de délais variables, pour faciliter les reprises même en conditions difficiles.

Rouler sur des sentiers de sables profonds, c’est un peu comme rouler dans une neige profonde : de larges sillons se forment rapidement, l’adhérence est réduite au minimum, et il faut pouvoir contrôler sa trajectoire sans trop utiliser le freinage. C’est ici que les fonctions avancées  du TrailHawk rendent les plus grands services. Car alors que le hors route sur rochers (le rock crawling) s’effectue à la vitesse de la tortue, celui sur sentiers sablonneux se déroule à plus grande vitesse, et la capacité de réaction du pilote et du véhicule devient alors doublement importante.

Photo : M.Bouchard

Rien à redire sur le Grand Cherokee à cet effet. Les dérapages se contrôlent du bout des doigts, malgré la lourdeur du véhicule, et seules quelques dunes un peu plus abruptes ont mis à rude épreuve l’angle d’attaque du Grand Cherokee. Les suspensions ont aussi, à quelques reprises, atteint le fond de leur capacité. Mais jamais le Grand Cherokee n’a perdu le contrôle.

Sur route, ce même véhicule se métamorphose littéralement. Il passe du grand aventurier au véhicule de luxe, offrant un confort haut de gamme et un ensemble d’équipements qui rend la randonnée plus qu’agréable. Et la surprenante vivacité du moteur contribue aussi au plaisir de conduite.

De vrais baroudeurs
Qu’elle soit dans sa version plus extrême comme le Wrangler, ou plus civilisée comme le Grand Cherokee, la personnalité de Jeep n’a pas changé. Elle continue d’être aussi unique que le sont les capacités des véhicules qui en font partie.
Même si la qualité de finition, le confort et la longue liste d’accessoires sont désormais une part indissociable de la famille, c’est encore pour ses qualités de baroudeurs que Jeep se démarque. Et dans ce domaine, personne ne les a encore rattrapé.